SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Vers un plan ministériel de formation continue dans le 1er degré
Article publié le jeudi 31 mars 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Pour accompagner –enfin!- la refondation de l’École, le ministère annonce un plan pour la formation continue sur les deux prochaines années scolaires dans le 1er degré. L’objectif est de permettre 3 jours de formation continue par an et par enseignant en plus des 18 h d’animations pédagogiques.

Ce plan prĂ©voit des moyens spĂ©cifiques en termes de remplacement ainsi qu’un pilotage national. Les moyens de remplacement doivent donc ĂŞtre fortement abondĂ©s pour la prochaine rentrĂ©e.  C'est dans ce sens que le SE-Unsa 76 a plaidĂ© lors des opĂ©ration de carte scoliare et la DASEN y a rĂ©pondu favorablement en reconstituant une brigade de formation continue. L’objectif de 3 jours par an et par enseignant peut apparaĂ®tre insuffisant mais il sera dĂ©jĂ  difficile Ă  atteindre si le remplacement pour formation n’est pas sanctuarisĂ©.

Nous actons favorablement les projets de stage (en hausse sur la quantitité) qui nous ont été présentés lors du dernier conseil de formation. Se traduiront-ils dans les faits ?

Par ailleurs, un comité spécifique national regroupant des inspecteurs, des directeurs d’école, des conseillers pédagogiques, des enseignants de différents contextes d’exercice, a été constitué. Il devra formuler des recommandations et des orientations tant en terme de contenus que de démarches.

Ce plan traduit la volonté d’une nouvelle politique de la formation continue, tant sur le fond que sur la forme. Le SE-Unsa en fait la demande depuis des mois. L’Éducation nationale doit changer de logiciel en abandonnant une formation continue synonyme d’information institutionnelle descendante au profit d’une logique de développement professionnel où les personnels, en équipe, sont acteurs de leur projet de formation. Ainsi, les équipes devront pouvoir non plus être formées mais accompagnées dans le temps pour un programme de formation qu’elles élaborent et parfois alimentent elles-mêmes, pour répondre à leurs questionnements et leurs besoins.

Ce plan pour la formation continue doit être l’occasion pour le ministère de montrer qu’il a tiré toutes les conclusions de la Refondation. Il doit reconnaître désormais les enseignants non plus comme des agents qu’il faut diriger mais comme des professionnels dynamiques qu’il faut soutenir et accompagner. C’est ce que le SE-Unsa rappellera au comité national lors de son audition.

 
 
 
 
ALC