SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
L’évaluation, le jury et la ministre
Article publié le jeudi 19 février 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Evaluation au service de la sĂ©lection des meilleurs ou Ă©valuation au service de meilleurs apprentissages de tous les Ă©lĂšves ? Le rapport du jury de la confĂ©rence nationale s’inscrit sans hĂ©sitation dans la deuxiĂšme perspective : l’évaluation n’a de sens que si elle aide Ă  mieux apprendre.

Pour le jury, il ne s’agit pas de s’inscrire a priori dans une Ă©valuation « bienveillante » ou « positive » mais de «trouver des moyens de rendre les pratiques d’évaluation plus efficaces, plus adaptĂ©es et plus motivantes, le but Ă©tant de susciter et d’encourager le dĂ©sir d’apprendre chez tous les Ă©lĂšves, quel que soit leur niveau et leur environnement social et familial ».

La problĂ©matique est complexe et le jury avance  sept recommandations qui, si elles Ă©taient suivies, conduiraient selon lui Ă  :

-    Distinguer clairement ce qui relĂšve de l’évaluation formative et ce qui relĂšve de l’évaluation sommative, en donnant une place beaucoup plus importante aux pratiques d’évaluation formative.

-    Cadrer l’évaluation sommative en dotant les Ă©quipes d’outils nationaux pour rĂ©duire les inĂ©galitĂ©s liĂ©es aux pratiques de notation actuelles qui ne sont pas sans consĂ©quences sur les parcours scolaires des Ă©lĂšves.

La ministre fera part de ses dĂ©cisions en avril. Le nouveau DNB sera alors annoncĂ©, en mĂȘme temps que la rĂ©forme du collĂšge. Pour autant, elle a jugĂ© utile de communiquer immĂ©diatement son intention de ne pas suivre la recommandation de l’abandon des notes chiffrĂ©es dans les trois premiers cycles. Cette prise de position trĂšs politicienne annihile tous les efforts entrepris pour faire Ă©voluer les reprĂ©sentations sur l’évaluation dans le cadre de la ConfĂ©rence Nationale. Elle affaiblit les personnels engagĂ©s dans des dĂ©marches exigeantes de renouvellement des pratiques d’évaluation, au service de leurs Ă©lĂšves. Elle dessert l’objectif principal de la loi de Refondation, promouvoir une Ă©cole bienveillante, exigeante et juste.

MĂȘme si nous ne partageons pas forcĂ©ment toutes les recommandations du jury de la confĂ©rence nationale, nous pensons qu’elles constituent un ensemble solide sur lequel la ministre aurait dĂ» s’appuyer au lieu de le dĂ©crĂ©dibiliser avant mĂȘme qu’il soit rendu public.

Les nombreuses Ă©quipes qui travaillent sans notes continueront Ă  avancer sans le soutien de leur ministre. Elles en ont l’habitude.
 

Les principales recommandations


RECOMMANDATION NÂș 1

À propos de la formation des professeurs

Le jury pointe tout d’abord, en s’appuyant sur les travaux de la recherche, les difficultĂ©s Ă  Ă©valuer de maniĂšre juste les acquis des Ă©lĂšves.

Il recommande que « les résultats les plus significatifs de la recherche sur ces questions soient systématiquement présentés aux enseignants au cours de leur formation initiale et tout au long de leur carriÚre ».

RECOMMANDATION NÂș 2
À propos des modes d’évaluation en phase d’apprentissage

Le jury recommande qu’on distingue clairement Ă©valuation formative et Ă©valuation sommative, l’une ne devant pas contaminer l’autre. Les Ă©lĂšves doivent pouvoir faire des erreurs en phase d’apprentissage sans ĂȘtre sanctionnĂ©s. C’est la garantie pour eux de pouvoir d’engager sans crainte dans des apprentissages nouveaux .

Le jury prĂ©conise que « l’évaluation sommative soit pratiquĂ©e de façon rĂ©guliĂšre, mais moins frĂ©quente que l’évaluation formative : elle interviendrait Ă  des moments prĂ©cis qui correspondent Ă  des â‰Ș points d’étapes ≫ du parcours scolaire ».

Le jury recommande le dĂ©veloppement d’outils standardisĂ©s par la DEPP pour ces Ă©valuations d’étape : il s’agira de dĂ©terminer le niveau de maĂźtrise des diffĂ©rentes compĂ©tences attendues et de l’inscrire dans un livret numĂ©rique de suivi.

RECOMMANDATION NÂș 3
À propos de la place et du rĂŽle de la notation chiffrĂ©e

« La premiĂšre proposition du jury est que, dans un souci Ă  la fois d’égalitĂ© et d’harmonisation, la place et le rĂŽle de la notation soient semblables dans tous les Ă©tablissements et Ă©coles du territoire national. »

« La deuxiĂšme proposition du jury consiste Ă  gĂ©nĂ©raliser l’abandon de la notation chiffrĂ©e tout au long des cycles 1, 2 et 3, classe de sixiĂšme comprise, et Ă  la remplacer par un autre type de codage reflĂ©tant la situation de l’élĂšve dans le cadre d’une Ă©valuation formative de ses compĂ©tences (on utilisera par exemple des Ă©chelles de performance). »

« La troisiĂšme proposition du jury consiste Ă  faire du cycle 4 la pĂ©riode au cours de laquelle les Ă©lĂšves rencontreront pour la premiĂšre fois la notation chiffrĂ©e. Les usages de cette notation et le poids qu’on lui donne doivent y ĂȘtre strictement encadrĂ©s. »

La note chiffrĂ©e sera rĂ©servĂ©e aux Ă©valuations sommatives. Chaque note devra correspondre Ă  un niveau de rĂ©fĂ©rence dans des grilles descriptives. La notion de moyenne n’a alors aucune pertinence. Les Ă©valuations sommatives doivent reposer sur des situations diverses  (oral, conduite de projets, utilisation de l’environnement numĂ©rique, Ă©crits individuels et travaux collectifs).

« Le jury recommande enfin que le cycle terminal du lycée conserve une notation plus traditionnelle, en lien avec les épreuves du baccalauréat, en préservant cependant le lien avec les compétences, la distinction entre évaluation formative et sommative, et une certaine prudence vis-a-vis du principe de moyenne » .

RECOMMANDATION NÂș 4
À propos de la communication avec les familles

« Afin de permettre a tous les parents de mieux saisir les modalitĂ©s d’évaluation de leurs enfants, le jury recommande que les mĂ©thodes et les critĂšres utilisĂ©s leur soient clairement expliquĂ©s grĂące a une communication spĂ©cifique et adaptĂ©e Ă  la diversitĂ© des familles ».

RECOMMANDATION NÂș 5
À propos de la politique d’évaluation dans les Ă©coles et les Ă©tablissements scolaires


Le jury recommande d’  « impliquer en amont les reprĂ©sentants de la communautĂ© Ă©ducative dans une dĂ©finition commune, explicite et cohĂ©rente des modalitĂ©s d’évaluations proposĂ©es.

Pour cela, il prĂ©conise que la politique nationale d’évaluation des Ă©lĂšves soit dĂ©clinĂ©e et inscrite dans chaque projet d’école et d’établissement scolaire dans un chapitre spĂ©cifique. Cette dĂ©clinaison serait prĂ©sentĂ©e dans les conseils d’écoles et d’établissements. »

RECOMMANDATION NÂș 6
À propos de l’orientation des Ă©lĂšves

Le jury propose que « dans la phase d’affectation, le niveau de maitrise de certaines compĂ©tences puisse ĂȘtre pris en compte, auquel serait adjoint un avis du chef d’établissement sur la motivation et l’implication de l’élĂšve dans la construction de son projet ».

RECOMMANDATION NÂș 7
À propos du diplîme national du brevet

Le jury propose de « valider l’acquisition du socle en fin de cycle 4) Ă  partir :

1. Du livret de compĂ©tences du cycle 4 pour lequel le renseignement apporte par les Ă©quipes pĂ©dagogiques s’appuie pour une part sur des Ă©valuations sommatives dont les contenus sont puises dans une banque nationale ou acadĂ©mique.

2. Des Ă©preuves du diplĂŽme national du brevet (DNB) dont l’unique fonction est dĂ©sormais de contribuer Ă  cette validation du socle.

Ces Ă©preuves sont les suivantes :

‱ deux projets personnels conduits l’un en classe de quatriĂšme, l’autre en classe de troisiĂšme, impliquant une production (sur tout support), inscrits dans des champs disciplinaires diffĂ©rents et prĂ©sentĂ©s oralement devant un jury ;

‱ une Ă©preuve Ă©crite terminale d’examen, dĂ©finie nationalement, dont le sujet est fixĂ© au niveau national ou acadĂ©mique. Cette Ă©preuve permet d’évaluer plusieurs compĂ©tences du socle qui peuvent elles‐mĂȘmes renvoyer Ă  plusieurs disciplines.

‱ une Ă©preuve orale de langue vivante sur projet ».

 
 
 
 
ALC