SECTION SE-Unsa de la HAUTE SAVOIE - BOURSE DU TRAVAIL - 7 RUE DU MOLE - 74100 ANNEMASSE
Tél. 04 50 39 73 85 - Por. 06 16 90 33 54 - 74@se-unsa.org

 
FĂ©minicides : la France rechute
Article publié le mardi 6 septembre 2022.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le ministère de l’IntĂ©rieur vient de faire paraĂ®tre son Ă©tude annuelle sur les chiffres des morts violentes au sein du couple. Cela reprĂ©sente 122 femmes en 2021. Ce chiffre est en hausse de 20 % par rapport Ă  2020. Nous sommes revenus aux chiffres des annĂ©es 2015/2016.
 
 
Un fĂ©minicide a eu lieu tous les deux jours et demi en France en 2021. 74 % de ces victimes subissaient auparavant des violences physiques, psychologiques et/ou sexuelles. 84 % d’entre elles avaient portĂ© plainte contre leur conjoint ou ex-conjoint. Les faits se dĂ©roulant le plus souvent Ă  domicile, dans près d’un cas sur cinq, les enfants en sont tĂ©moins (directement ou indirectement). De plus, en 2021, 105 enfants se sont retrouvĂ©s orphelins de père et/ou de mère.
 
Si on peut analyser les conditions, le lieu des faits, les différentes caractéristiques des victimes et des auteurs, on peut aussi se demander si ces chiffres reflètent la réalité de ce que sont les féminicides en France. En effet, dans de nombreux autres pays européens, les féminicides ne sont pas calculés de la même façon. Nombreux sont ceux qui décomptent tous ces crimes dès lors qu’il existe un lien entre la victime et l’auteur (familial, amical, cadre du travail…) et qu’il y a un lien au genre. Dans notre pays, seuls les féminicides commis par le conjoint ou ex-conjoint sont comptabilisés, ce qui minore les chiffres.
 
Pour rappel, la lutte contre les violences faites aux femmes était une grande cause du premier quinquennat d’Emmanuel Macron. Les mesures envisagées (téléphone grave danger, bracelet anti-rapprochement, hébergement d’urgence par exemple) n’ont pas permis de faire reculer le nombre de décès.
 
Au-delĂ  de l’indispensable arsenal judiciaire, l’éducation est un puissant levier d’évolution de la sociĂ©tĂ© Ă  l’égard des violences sexistes et sexuelles. Ainsi, depuis 20 ans, trois sĂ©ances annuelles d’éducation Ă  la vie affective et sexuelle sont obligatoires du CP Ă  la terminale. Le collectif NousToutes a mesurĂ© que sur les 21 sĂ©ances prĂ©vues dans le secondaire, seules 2,7 Ă©taient effectivement mises en Ĺ“uvre.
 
 
La hausse des féminicides est effroyable. Pour le SE-Unsa, lutter contre ces violences demande une volonté ferme pour protéger les femmes en situation de danger imminent. Cela demande aussi de viser l’éradication du sexisme dans la société. Il faut pour cela épauler les équipes éducatives pour que cette orientation se concrétise auprès de la jeunesse.
 
 
 

 

 
 
 
 
 
ALC
Prendre un rendez-vous
RDV