SECTION SE-Unsa de la SAONE ET LOIRE - MAISON DES SYNDICATS - 2 RUE DU PARC - 71100 CHALON SUR SAONE
Tél. 03 85 41 32 22 - Por. 07 68 48 80 44 - 71@se-unsa.org

 
Chantier direction d’école : des avancées
Article publié le samedi 30 novembre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Pour le SE-Unsa, les premières propositions ministérielles d’entrée en discussion étaient insuffisantes. S’il y avait bien des points positifs, deux absences sautaient aux yeux : pas de volet indemnitaire, trop peu d’avancées concernant le temps donné aux directeurs d’école pour assumer leurs missions (en dehors de la dispense ou la diminution de l’APC pour certaines catégories de directeurs). Voir le compte-rendu ici.

Enfin du neuf sur l’indemnitaire, depuis 2011 !

La mobilisation du SE-Unsa, lors de la 1ère réunion de travail et par la suite auprès du Cabinet du ministre, a permis de faire évoluer la situation.
Dans sa 2ème fiche de propositions, il envisage enfin d’augmenter l’ISS de direction. 89 % des directrices et directeurs d’écoles seraient concernés :

  • 1 à 3 classes : + 66 % soit  + 200 €
  • 4 classes : + 133 % soit + 400 €
  • 5 à 9 classes : + 22 % soit + 100 €

La somme ainsi consacrée à ces augmentations atteignant globalement 8 millions d’€.
 
L’ISS part variable s’établira alors ainsi :

  • Groupe 1 à 3 cl : 500 € / an
  • Groupe 4 à 9 cl : 700 € / an
  • Groupe 10 cl et plus : 900 €

À noter, la volonté réaffirmée de prolonger le protocole d’accord signé en 2006 par le SE-Unsa qui visait, concernant le régime des décharges, à faire glisser les 4 classes dans le groupe supérieur. C’est une même logique qui est ici mise en œuvre sur l’ISS.

Gagner sur du temps supplémentaire !
Si le SE-Unsa se félicite d’avoir réussi à progresser sur l’ISS, cela ne peut être qu’un point d’étape.
Sur le temps de décharge, rien n’a changé depuis 2006 et peu de choses ont évolué depuis une semaine. Si le ministère semble sensible aux arguments, pas grand chose de concret n’apparaît. Pour le SE-Unsa, le prochain cycle de négociations devra permettre de chercher et trouver des marges de progrès. D’ores et déjà, il poursuit les échanges et s’y emploie.
Les directeurs des plus petites écoles, qui n’ont pas de temps de décharge, doivent être prioritaires. Le SE-Unsa a revendiqué dès le début qu’un jour de décharge par mois leur soit attribué (quitte à ce qu’ils soient en partie regroupés à la rentrée ou au moment des inscriptions). Ces journées doivent être obligatoires et non pas laissées à la libre administration des DASEN.
De plus, le SE-Unsa a défendu une amélioration des décharges pour les 7, 8, et 9 classes, ainsi que pour les écoles qui ont des classes spécialisées.

Enfin, le SE-Unsa revendique que l’aide administrative soit renforcée.

Toutes les directrices et tous les directeurs d’école doivent bénéficier d’un temps d’assistance aux tâches administratives.
Les améliorations obtenues montrent l’efficacité du travail engagé.

Inscrit dans une logique de dialogue social, le SE-Unsa continue à agir et tentera d’obtenir d’autres améliorations utiles aux directrices et directeurs d’école.
 

 

 
 
 
 
ALC