SECTION SE-Unsa de la SAONE ET LOIRE - MAISON DES SYNDICATS - 2 RUE DU PARC - 71100 CHALON SUR SAONE
Tél. 03 85 41 32 22 - Por. 07 68 48 80 44 - 71@se-unsa.org

 
Indigence budgétaire : flagrant délit ! (communiqué de presse du SE-UNSA)
Article publié le vendredi 27 novembre 2009.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Indigence budgétaire : flagrant délit !

Le gouvernement ne cesse de minimiser les effets des suppressions de postes sur la qualité de l’enseignement. Le recteur de l’académie de Créteil, en adressant un étrange courrier aux chefs d’établissements, met les pieds dans le plat. Cette lettre est un aveu sans détour des difficultés

lourdes que rencontre aujourd’hui notre système éducatif pour assurer dans de bonnes conditions l’ensemble des heures d’enseignement dues aux élèves.

L’insuffisance des recrutements de professeurs et l’assèchement des viviers de non-titulaires conduisent à leur demander de jouer les agents recruteurs « dans leur entourage personnel ou parmi leur population de vie scolaire ». Pire, faute de trouver des titulaires d’une licence,

on pourra même faire appel à des personnels « ayant des compétences avérées » dont on ne précise ni qui les évalue ni sur quels critères.

On frise même le ridicule en précisant que l’on peut faire appel à des assistants d’éducation pour enseigner car,« comme leur nom l’indique », il y a « éducation » dans leur appellation. Le décret qui fixe leurs missions ne le prévoit pas… A aucun moment n’est posée la question de leur aptitude à enseigner.

Pour le SE-UNSA, ce courrier montre les extrémités auxquelles en sont réduites certaines académies pour colmater les ravages des dernières purges budgétaires. Audelà, il faudrait pour le moins s’interroger sur les causes du tarissement des viviers de non titulaires : rémunérations indécentes, absence de formation préalable et perspectives d’emplois pérennes bouchées.

Au moment où les inquiétudes les plus fortes existent sur l’avenir des recrutements et de la formation des enseignants, ces mesures font craindre le pire.

Le SE-UNSA appelle les enseignants à rejoindre les milliers de collègues qui ont déjà signé sa carte pétition à destination des parlementaires qui vont avoir la responsabilité de voter le budget de l’Education nationale.

 

Communiqué de presse du SE-UNSA

 
 
 
 
ALC