SECTION SE-Unsa de la SAONE ET LOIRE - MAISON DES SYNDICATS - 2 RUE DU PARC - 71100 CHALON SUR SAONE
Tél. 03 85 41 32 22 - Por. 07 68 48 80 44 - 71@se-unsa.org

 
AUDIENCE DASEN REP Jeudi 18 décembre 2014 : Rien n’est écrit dans le marbre
Article publié le vendredi 19 décembre 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le dossier de l’éducation prioritaire ( passage ou non de ZEP en REP, entrées et sorties du dispositif) dans le département n’est pas clos. Le SEUNSA a été reçu en audience par le DASEN avec le Snuipp, la CGT Educ et FO, accompagnés d’une représentante de parents d’élèves et de la directrice de l’école St Exupéry de Chalon et d’une enseignante de Marcel Pagnol de Mâcon  ce jeudi de 18h à 20h15.

Notre demande d’audience ayant été remise au DASEN le 8 décembre, nous pensions pouvoir nous exprimer avant le CTM du 17 décembre qui a traité au niveau national de la carte scolaire et de la carte REP. Malheureusement, le DASEN a joué la montre, mais n’a pas entamé notre détermination à faire reconnaître les besoins des quartiers et des écoles les plus défavorisées socialement et économiquement de notre département.

Notre argumentaire, nos questions et nos revendications:

  • Les besoins d’abord et pas de baisse de moyens

  • Les difficultés socio-économiques de notre département n’ont pas disparu au cours des dernières années, au contraire ( en France : 400 000 enfants de plus dans la pauvreté)

  • La dotation pour l’éducation prioritaire est insuffisante et la carte scolaire 2015 sera pénalisée dans son ensemble

  • La convention entre la politique de la ville et l’éducation prioritaire doit être respectée

  • Des écoles orphelines ( écoles ZEP dont le collège ZEP de secteur a disparu) ont bénéficié à Toulouse et à Dijon du statut REP , sans collège de rattachement. Dérogation du texte applicable à notre département ? la fermeture du collège Jean Zay a conduit à plus de mixité en collège mais n’a pas réduit les difficultés du primaire.

  • Demande de plus de lisibilité des critères qui définissent le label REP aux collèges (Pourquoi pas Doisneau ?) le flou règne sur les critères qui ont conduit à établir la carte de l’éducation prioritaire 2015 en Bourgogne : nous ne pouvons ni évaluer les choix effectués, ni vérifier l’exactitude des indicateurs utilisés. Nous demandons tous les documents dont dispose l’administration.

  • Le bénéfice de la discrimination positive attribuée aux écoles ZEP apparait au regard des résultats d’évaluation au CP, entre les écoles ZEP de Chalon et les écoles non ZEP de même profil

  • Les équipes enseignantes des écoles ZEP sont mobilisées pour la réussite des élèves mais ont besoin d’encouragement , de reconnaissance et leur stabilité en dépend.

  • Le décrochage est un risque dès le collège si les bases en primaire ne sont pas solides (maman d’élève)

  • La mobilisation des parents est construite et forte et ne se laissera pas influencer par des promesses floues. (maman d’élève)

  • Nous demandons 1. le maintien des 4 écoles Kergomard et St Exupéry en REP, ainsi que les 4 écoles Pagnol, Arc-en-ciel, Delaunay et Eluard, 2. l’entrée des autres écoles des prés St Jean et Aubépins en REP, ainsi que Les Perrières et Jean Moulin.

Réponse du DASEN :

  • La nouvelle carte des collèges REP est posée par le ministère depuis le 17 décembre mais celle des écoles sera décidée par le recteur avec la même méthodologie de calcul (quand ?)

  • Il y a des endroits où la carte prioritaire de la politique de la ville et celle de l’éducation ne se juxtaposent pas ; la cohérence est incitative et pas obligatoire.

  • Le budget de l’éducation nationale est en hausse globalement et en particulier de 350 000€ pour l’éducation prioritaire ce qui représente un effort national conséquent en période de crise budgétaire ( soit 0.78% seulement)

  • De nouvelles données en ce qui concerne la carte scolaire vont être posées pour attribuer (et retirer) des moyens : revenu médian des ménages, pourcentage de chômage, NIVEAU SCOLAIRE DES PARENTS.

  • Dans notre département le revenu médian des ménages est 26317€. Il est de 10240€ à Marcel Pagnol et de 12027€ à Arc-en-ciel.

  • Le revenu médian le plus bas par unité de consommation (individu) est de 5381€ à l’école Chagall Picasso Chalon (maintenue en REP).

  • Le schéma qui a établi le classement des collèges se fonde sur 4 critères nationaux  : ( taux de catégories sociales défavorisées (pondéré par un coefficient de 8, taux de boursiers (coef 3), taux d’élèves en ZUS ( coef 4, taux de redoublants (coeff 1) et un critère académique = indice de ruralité (coeff 4). Ainsi le collège Jean Vilar obtient l’indice 51 et Doisneau ( qui a 0 pour l’indice de ruralité) obtient l’indice 42 dans une échelle de 22 à 59.

Pour conclure, le DASEN se dit optimiste ( !!!) concernant la carte scolaire à venir ainsi que pour le devenir des écoles en situation qu’il reconnait prioritaire. Il promet aux parents d’élèves de ne rien enlever des moyens pendant les trois prochaines années. ( Vigilance sur les effectifs par classe, poste surnuméraire, accueil des deux ans, formation des maitres, poste coordonnateur)

Pour ce qui est des 4 écoles « orphelines » il n’exclut pas qu’elles puissent entrer en REP et attend l’arbitrage du recteur mais cela signifie-t-il pour lui la mise en place d’ une CAPÉ ? (Convention Académique de Priorité Éducative) . L’objectif de cette convention est de garantir sur la durée de 3 ou 4 ans tout ou partie des moyens actuels.

Rien n’est concrétisé encore. Les demandes restent légitimes et doivent continuer d’être portées par tous les partenaires


 

 
 
 
 
ALC