SECTION SE-Unsa du HAUT RHIN - 13 RUE DE LUCELLE - BP 43069 - 68062 MULHOUSE CEDEX
Tél. 03 89 45 12 17 - Por. 06 23 47 33 12 - 68@se-unsa.org

 
CTSD rentrĂ©e 2015 : le SE-Unsa fait parler les chiffres et dĂ©noncent l’art du siphonage
Article publié le jeudi 9 avril 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

On a bien entendu : + 20 ?

1. + 20 Emploi Temps Plein - + 88 élèves

fermetures 101,5 (81 monolingues, 12 bilingues et 16,5 sections bilingues )
 ouvertures 82,5 (29 monolingues, 41 bilingues et 24,5 sections bilingues)

Depuis la lente remontĂ©e des crĂ©ations de postes dans l’EN (après la grande faucheuse sarkosyenne), les enseignants ne voient aucune amĂ©lioration du nombre d’élèves par classe : pourquoi ?

 

2. Des moyens absorbĂ©s par les dispositifs particuliers : quand le Ministère ne se donnent pas les moyens de ses ambitions.

- REP/REP+ : malgrĂ© la nĂ©cessaire rĂ©actualisation de la carte de l’EP et le gain de 4000 postes au niveau national, l’application des pondĂ©rations et des dĂ©charges octroyĂ©es se fait sur le dos des moyens en remplacement, seul levier de rĂ©cupĂ©ration de postes : pour le SE-Unsa ça suffit, nous relançons les consignes syndicales Ă  appliquer en cas de non remplacement.

- « Plus de maĂ®tres que de classes Â» : avec seulement 13 postes pour tout le dĂ©partement c’est de la dispersion de moyens : pour quelle efficacitĂ© ? le SE-Unsa a demandĂ© un bilan du dispositif. Il porte depuis longtemps dans ses mandats la revendication du « 1 maĂ®tre supplĂ©mentaire par Ă©cole Â». L’attribution de ces seuls 13 postes pour des ouvertures de classes seraient plus efficaces.

- La crĂ©ation de 5 CLIS supplĂ©mentaires : on sait depuis longtemps que l’application de la loi sur le handicap se fait Ă  moyens constants.

 

3. Ce qui laissent sur le carreau les prioritĂ©s nationales : pas de crĂ©ation pour la scolarisation des - de 3 ans, la rĂ©novation des RASED…

Comment monter des murs sans budget pour les briques ? En allant  en dĂ©monter ailleurs.

- Sur les chantiers des fusions d’écoles, des crĂ©ations ou suppressions de RPI, dans le vivier des GS et CP transfuges au mĂ©pris de la spĂ©cificitĂ© des cycles. Les maires se rendent-ils comptent  du dĂ©mantèlement de leurs Ă©coles ou sont-ils complices, plus près d’une logique comptable ?

- Sur la technique du redĂ©ploiement (des  postes de remplacement  par exemple) : dans le secteur privĂ© l’équation redĂ©ploiement = suppression, ils ont compris depuis longtemps !

 

A qui profite le crime ?

A mĂ©diter :

- un rapport Ă©lèves/classe  plus favorable au cursus bilingue qu’à l’Education Prioritaire.

- des postes certes à la marge mais dont on peut se poser la question de l’utilité au service des élèves.

En tout cas très peu aux directrices et directeurs : 0.08 de dĂ©charges supplĂ©mentaires !

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir