SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - Por. 06 70 49 09 50 - 66@se-unsa.org

 
Audience Rectorat : direction d’école, DEA, langue régionale, Stagiaires, nouvelles circonscriptions…
Article publié le lundi 23 juillet 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 La persévérance finit toujours par payer. Après quatre courriers adressés à la rectrice entre novembre et juin, le SE-Unsa a enfin été reçu pour aborder de nombreuses problématiques liées au 1er degré. Au programme : Aide à la direction d’école, Occitan (CPD, CALR, GT départementaux), ERUN, Avenir Directrices.teurs écoles d’application, Expérimentation "Agir pour l’école", Mise en œuvre des dispositifs dédoublés sur l'académie, Stagiaires (échanges, transfert scolarité, organisation de la formation), Nouvelles circonscriptions…

Présents : Stéphane Aymard (Secrétaire Général Académique), Nathalie Masneuf (DRH), Olivier Bost (A-DASEN 34), SE-Unsa

 

Aide à la direction d’école

Le SE-Unsa est conscient que l’académie fait office d’exception dans la mesure où le rectorat avait fait le choix de renouveler les contrats très tôt en juin 2017, avant les annonces présidentielles en août qui signaient la fin des contrats d’aide à la direction. L’ensemble des contrats CUI étant désormais exclusivement destinés à l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Pour autant, il fait part à l’administration que s’il a bien saisi la volonté ministérielle d’orienter les contrats aidés exclusivement vers de l’accompagnement d’élèves en situation de handicap, il souhaiterait que la situation particulière des personnels de plus de 58 ans qui peuvent bénéficier d’une reconduction de contrat jusqu’à la date à laquelle ils sont autorisés à faire valoir leurs droits à la retraite (article L5134-25-1 du code du travail) soit étudiée de manière bienveillante par la rectrice.

En effet, ces personnels, très peu nombreux dans les faits, ne se voient pas assurer des missions d’accompagnants qui ne correspondent souvent ni à leurs compétences, ni à leurs souhaits.

Le SE-Unsa souhaiterait donc qu’à titre tout à fait dérogatoire mais parfaitement encadré, une attention particulière et une solution humaine puisse être trouvée pour ces personnels.

Le Secrétaire Général Académique (SGA) précise que la volonté ministérielle et présidentielle est très claire mais s’engage à étudier cette possibilité.

Enfin, le SE-Unsa demande au rectorat s’il est conscient de la réalité des directrices et directeurs d’écoles et si une alternative peut leur être proposé.

Le SGA répond par la négative.

 

L’avis du SE-Unsa : un constat partagé mais aucune perspective d’évoquée… Le SE-Unsa ne s’attendait pas à mieux et sera aux côtés des directrices et directeurs dès la rentrée pour faire entendre au ministre que la situation ne peut plus durer et que l’école a besoin d’un statut et d’un vrai secrétariat de direction.

 

Occitan

Concernant le poste de CPD du département de l'Hérault, le sujet est caduc dans la mesure où le DASEN de l’Hérault a finalement publié un appel à candidature. Le poste a été pourvu par une collègue. (en savoir plus)

Le SE-Unsa intervient pour savoir quelle suite sera donnée à l'annonce de la rectrice de procéder à des GT départementaux.

Le SGA précise que l'idée était un GT académique (et non une déclinaison départementale) auquel serait convié l'ensemble des participants au CALR.

Le SE-Unsa fait remarquer que des GT avec 50 personnes n'aboutiraient à rien.

Le CALR doit demeurer une instance politique et le SE-Unsa souhaiterait que chaque département mette en place un GT "langue vivante" qui ne se limiterait pas seulement à l'occitan mais à l'ensemble des LV enseignées et qui permettrait d'aborder la cohérence des langues sur le territoire.

Cela permettrait de préparer à la fois le CALR mais également la CALV.

Le SGA a semblé sensible à cette idée qui sera proposée à la rectrice.

 

ERUN

Le SGA informe le SE-Unsa que suite à son courrier (voir courrier), de l’ordre a été remis et désormais seules deux types de situations perdurent :

  • Les ERUN qui sont également Conseillers Pédagogiques. Ces derniers bénéficient d’une NBI de 25 points.
  • Les ERUN qui ne sont pas Conseillers Pédagogiques. Ces derniers peuvent prétendre à la prime.

Le SE-Unsa se satisfait de cette situation mais regrette que l’administration ne l’ait pas informé avant…

 

Avenir Directrices.teurs écoles d’application (DEA)

Le SE-Unsa revient sur l’audience fédérale qu’il avait eu avec la rectrice Gille lors de son arrivée il y a quelques semaines. Lors de cette audience, la rectrice avait expliqué les raisons de son choix quant à la disparition des DEA. Le SE-Unsa avait alors évoqué le texte « ESPE du futur » dans lequel les écoles d’application ont un rôle central.

La rectrice s’était alors engagée à se rapprocher du ministère afin d’en savoir plus.

Le SGA confirme que contact a été pris mais que la formation initiale étant au programme de l’agenda social dès le mois de septembre 2018, il est surtout urgent d’attendre…

Le SE-Unsa insiste sur le manque d’équité qui touche les DEA car dès qu’un poste se libère, il est défléché et transformé en poste de direction ordinaire rendant toute mutation de DEA impossible.

Le SE-Unsa demande donc un moratoire sur les postes de DEA afin de permettre aux collègues de continuer à pouvoir muter.

Le SGA a paru sensible à cette demande et en fera part à la rectrice.

 

Expérimentation "Agir pour l’école"

L’IEN Adjoint du 34 précise que le ministre a réuni les IEN mardi 10 juillet afin de rappeler que l’expérimentation ne devait se faire que sur la base du volontariat.

Des courriers vont donc être adressés aux enseignants concernés afin de leur préciser qu’il n’y a aucun caractère obligatoire et de vérifier le volontariat de chacun.e.

 

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa se satisfait de ce retour. En effet, le SE-Unsa dénonce depuis plusieurs mois la pression exercée sur les collègues dans plusieurs départements de France. Le ministère, craignant une mauvaise publicité et surtout un relai médiatique préfère apaiser la situation.

 

Mise en œuvre des dispositifs dédoublés sur l'académie

Le SE-Unsa revient sur la mise en œuvre des CP et CE1 dédoublés qui s’est faite de manière relativement inégale sur l’académie.

Le SGA précise que des consignes d’harmonisation avaient pourtant été passées auprès des DASEN concernés.

Le SE-Unsa cite l’exemple des Pyrénées Orientales qui ont mis en place un système hybride et proche du terrain s’évitant ainsi des heures d’entretiens pour au final valider la quasi-totalité des candidats.

Le SGA précise que la volonté et d’avoir des personnels compétents et en adéquation avec le poste, d’où le choix du PEP. Cependant, il s’engage à faire un bilan de la mise en œuvre pour l’an prochain et à mutualiser les bonnes pratiques.

Le SE-Unsa finit en pointant les écueils soulevés par les PEP (mise à mal des règles mouvement, déstabilisation des équipes,…)

 

Stagiaires

  • Transferts de scolarité et échanges de stagiaires

Le SE-Unsa demande à ce que les transferts de scolarité pour les stagiaires et les échanges de stagiaires à l’issue de l’année de stage soient à nouveau rendus possible entre les départements de l’académie.

Le SGA avoue son scepticisme sur ces pratiques qu’il estime floues, mal encadrées et génératrices d’iniquité.

Le SE-Unsa rappelle alors qu’une circulaire départementale était produite dans chaque département, les stagiaires informé.e.s et qu’il n’y a jamais eu aucun retour négatif, bien au contraire.

Les transferts, ou les échanges ne pénalisent en rien les mutations des titulaires puisqu’ils ne font pas partie du même vivier. Ces pratiques permettent seulement d’améliorer les conditions de vie de nos collègues et évitent qu’ils se retrouvent l’année d’après à grossir les rangs des titulaires en demande de mutation.

Le SGA entend les arguments et semble dire que des réflexions plus globales sont en cours pour améliorer l’articulation « vie pro/vie perso ». Il ne répond cependant pas favorablement à la demande du SE-Unsa.

L’IEN Adjoint de l’hérault précise alors qu’il a organisé il y a quelques années ces opérations de transfert et que cela se passait plutôt bien.

Une piste à explorer serait peut-être d’organiser une sorte de mouvement des demandes de transfert de scolarité, ce qui permettrait aux collègues de bénéficier d’une année pour souffler et se retourner avant de réintégrer le département obtenu lors de la titularisation.

 

L’avis du SE-Unsa : la proposition de l’IEN Adjoint constitue une solution à mi-chemin et déjà plus favorable aux collègues que ce qui se passe aujourd’hui. Cependant, le SE-Unsa peine à comprendre pourquoi le rectorat émet tant de réticences vis-à-vis d’un dispositif qui a fait ses preuves par le passé et qui permettrait d’apporter un peu « d’humain » dans la gestion des personnels…

 

  • organisation de la formation initiale

Enfin, le SE-Unsa revient sur l’organisation de la mise en stage des stagiaires 1er degré (50% en classe/ 50% en formation) et propose que cette organisation soit revue en lui préférant le système « filé/groupé » (1 jour en classe/3 jours en formation + Stages de 3 semaines sur des niveaux différents).

Pour le SGA aucune modification ne pourra intervenir d’ici la rentrée. Il s’engage à ce qu’un point soit fait pour la rentrée 2019 en regardant ce qui se passe dans d’autres académies.

 

L’avis du SE-Unsa : l’ancien recteur ne voulait pas entendre parler d’organisation « filé/groupé ». La nouvelle rectrice semble quant à elle plus ouverte. Le SE-Unsa fera preuve de détermination sur ce dossier surtout à l'heure où s’ouvre le chantier de la formation initiale.

 

Nouvelles circonscriptions

Le SE-Unsa fait part de son étonnement que des consignes de mise en cohérence des bassins de formation (autrement dit des modifications de circonscriptions 1er degré) interviennent si tardivement dans l’année avec prise d’effet immédiate pour la rentrée 2018.

Autrement dit, des collègues partent en vacances en juillet en étant rattachés à la circonscription X et reprendront en septembre en étant rattachés à la circonscription Y sans en avoir été informés…

Le SE-Unsa demande pourquoi tant de précipitation. Toutes ces modifications (84 sur le seul département de l’Hérault !) ne pouvaient-elle pas attendre la carte scolaire de février 2019?

Le SGA explique que les bassins de formation prolongent en quelque sorte le principe d’écoles du socle déjà souhaité par l’ancien recteur. La mise en œuvre de la réforme du bac et de la voie pro, le bilan du projet académique ainsi que la nécessité de faire remonter des éléments d’analyse pour le prochain projet académique ont amené la rectrice à mettre ce plan en œuvre dès la rentrée 2018.

Le SE-Unsa regrette une fois de plus le manque d’anticipation et la désorganisation que cela va engendrer pour les équipes de circonscription, les IEN, les collègues rattachés à des circonscriptions (TR Zil, TRS, RASED…) ainsi que pour les directrices.teurs.

L’IEN Adjoint du 34 précise que le 34 (département le plus impacté) ne mettra en œuvre que 4 écoles du socle dès la rentrée (en savoir plus). Les 80 autres ne seront modifiées qu’en 2019, dans un deuxième temps. De plus, concernant la problématique des personnels, le département appliquera une sorte de moratoire, c’est-à-dire que les personnels demeureront gérés par leur circonscription actuelle durant l’année à venir.

 

L’avis du SE-Unsa : la proposition de moratoire de l’administration héraultaise apporte effectivement des éléments de réponse positifs. Cependant, la surcharge de travail retombera sur les secrétaires de circonscription et les IEN…

 

Enfin le SGA annonce qu’un courrier devrait parvenir aux écoles concernées dans les jours à venir. Le SE-Unsa fait alors remarquer que les collègues sont en vacances, y compris les directrices et directeurs et que cela ne servira pas à grand-chose.

L’idée de l’envoyer fin août est également évoquée.

 

 

 
 
 
 
ALC