SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - 66@se-unsa.org

 
Suppression de la commission acdĂ©mique de recrutement des DEA : le SE-Unsa Ă©crit au rectorat
Article publié le jeudi 15 mars 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa a appris jeudi dernier que le rectorat avait décidé de supprimer la commission académique de recrutement des DEA. Le SE-Unsa s’étonne d’une telle décision à seulement 5 jours de ladite commission alors que les candidats se sont longuement préparés et avaient reçu leur convocation.
La décision de la retrice n’est pas sans incidence sur les possibilités de mobilité professionnelle des DEA en postes (près de 26) et le SE-Unsa l’interprète comme une volonté de la part de la rectrice de faire disparaitre, sans concertation aucune, les directrices et directeurs d’écoles d’application de l’académie.
Le SE-Unsa regrette cette dĂ©cision prise sans concertation et sans dialogue social alors quedes  projets de redĂ©finition des missions et des secteurs d’interventions des DEA Ă©tait en courssur le dĂ©partement de l’HĂ©rault par exemple.
Pour le SE-Unsa, les écoles d’application telle que nous les connaissions au siècle dernier ne répondent plus totalement aux besoins de l’école du XXIème siècle et une réflexion est nécessaire afin de les faire évoluer. Des « établissements formateurs » par exemple permettraient de valoriser le pair à pair, le "mentorat" auprès des collègues, dans des contextes plus favorables à la formation.
Accompagnés d’un maillage géographique élargi d'écoles, soigneusement ciblées, dans lesquelles exercent au moins un PEMF, des directeurs motivés et des collègues volontaires pour accueillir et accompagner des PES (avec attribution de l’indemnité de tutorat à l’instar de leurs collègues Tuteurs métier du second degré). Cela permettrait de sortir du système figé que l’on reproche souvent aux écoles d’application en bloquant sur un même lieu de nombreux PEMF.
Selon les informations du SE-Unsa, la DGESCO semble y être particulièrement favorable.
Le SE-Unsa est lucide sur la situation mais ne pense pas que la disparition pure et dure de ces viviers de compétences soit une bonne nouvelle pour les futurs stagiaires ou réponde aux objectifs ambitieux de « l’ESPE du futur » - au sujet de laquelle le conseil d’école de l’ESPE de Montpellier a été informé dès lundi dernier, le 5 mars, qu’une réflexion était engagée en lien avec l’ESPE de Toulouse.
Le SE-Unsa espère pouvoir rencontrer le rectorat pour discuter de ce sujet très prochainement.

 
 
 
 
ALC