SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - 66@se-unsa.org

 
CARTE SCOLAIRE DE RENTR√ČE 2018
Article publié le dimanche 18 février 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le CTSD de repli s'est tenu vendredi. Le projet présenté par la DSDEN le 07/02 est à peine modifié. Encore une fois, entre mer et montagne, de nombreuses écoles font les frais d'une politique basée sur les effets d'annonce.

Apr√®s neuf heures de d√©bat le 7 f√©vrier,  nous avions esp√©r√© que l'administration prenne la peine d'entendre le SE-Unsa qui a √† coeur de d√©fendre le terrain. Faute est de constater que l'Inspection m√©connait nos conditions de travail au quotidien.

La DSDEN consid√®re certaines communes comme privil√©gi√©es. Ainsi pour eux √† Baho, √† Saleilles, √† Saint-Cyprien, √† Cabestany ou √† Pollestres, ce n'est pas un probl√®me que les moyennes de classe avoisinnent les 28 par classe . M√™me √† Perpignan, hors et en √©ducation prioritaire certaines √©coles ( hors d√©doublement) voient leur taux d'encadrement exploser. Le SE-Unsa a clam√© haut et fort qu'il n'y a pas d'√©cole accueillant exclusivement des √©l√®ves privi√©gi√©s dans le 66 en 2018. Pas dans le public en tous cas! Nous travaillons dans des classes dans lesquelles nous devons g√©rer l'h√©t√©rog√©n√©√Įt√© des √©l√®ves : ceux qui avancent vite et sont passionn√©s ont droit √† la m√™me attention que les √©l√®ves les plus fragiles.  A cette gymnastique s'ajoutent les gestions mat√©rielles et administratives de la classe. Autant de t√Ęches qui deviennent extr√®mement compliqu√©es lorsque nous avons trop d'√©l√®ves.

En maternelle, le service des atsems est parfois fluctuant selon les communes : les remplacements courts ne se font pas toujours et parfois les temps partiels ne sont pas complétés.

Dans les élémentaires qui accueillent une ulis, l'inclusion sera mise à mal par la fermeture d'une classe.

Le SE-Unsa a demandé expressément au DASEN d'envoyer un signe fort à la profession et aux familles en soutenant les écoles qui sont en concurrence directe avec un établissement privé comme au Soler, à Saint-Cyprien ou à Saillagouse. Il n'en sera rien!

Le SE-Unsa a √©galement soulign√© que nous ne pouvons pas d√©cemment accepter de fermer des classes sous pr√©texte d'absent√©isme. Le r√īle de la DSDEN et, plus largement, des pouvoirs publics est de faire respecter l'obligation scolaire et non de se servir d'une faible fr√©quentation pour retirer des postes.

Nous aurions souhaité,comme nous l'avons déjà écrit, que le dédoublement des CE1 REP+ se fasse l'année prochaine Pour autant, nous ne souhaitons pas, comme d'autres, que les élèves soient tassés comme des sardines à deux fois quinze par classe avec leurs enseignants. Nous avions demandé en décembre au directeur académique que soient prises en compte les conditions d'accueil des élèves ( co-intervention ou pas ) pour constituer les groupes du dédoublement ( ils peuvent aller de 11 à 15). Nous maintenons notre positionnement.

De plus à carte scolaire exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Alors qu'il n'est absolument pas dans nos prérogatives, ni nos habitudes de proposer des fermetures à l'administration, nous avons adopté une attitude responsable en mettant en avant que la fermeture de quelques supports de brigadiers formation continue auraient pu éviter certaines fermetures et nous permettre aussi des ouvertures. Chaque année les stages ne font pas le plein. Et pour cause... Alors que le SE-Unsa demande depuis plusieurs années que la formaion continue soit choisie et non subie, la DSDEN continue d'imposer les thèmes sans consultation préablable. On nous a réaffirmé au CT que ce n'était pas aux enseignants de choisir. De gros moyens sont dédiés à la mise en place du DOF et des pools qui sont des dispositifs qui ne font pas l'unanimité chez nos collègues. Nous sommes prêts à maintenir qu'entre deux jours de formation par an et des classes avec des effectifs corrects, le choix des collègues est vite fait.

Pour le SE-Unsa, nous ne pouvons pas continuer ainsi √† g√©rer la carte scolaire des √©coles en fermant des classes √† droite  pour en ouvrir √† gauche. Cette gestion √† flux tendus donnent des situations ubuesques dans lesquelles la m√™me √©cole peut ouvrir et fermer une classe la m√™me ann√©e comme c'est le cas par exemple √† Latour Bas Elne.

Ce que défend le SE-Unsa 66 : de la continuité, de la stabilité pour les équipes et les élèves. La carte scolaire doit cesser d'être gérée au rythme des expérimentations des têtes pensantes du moment.

 

 

 

 

 

 

 


   ouvertures et fermetures    
(539.2 ko)
 
 
 
 
ALC