SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - 66@se-unsa.org

 
DEA et PEMF : suppression des Ă©coles d’applications
Article publié le vendredi 7 février 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

En Comité technique académique le DASEN du Gard présente le projet rectoral sur les postes et mission des maîtres formateurs du premier degré. Ce projet acte la fin des écoles d’application où travaillaient une équipe de maîtres formateurs nommés au mouvement sur des postes spécifiques. La nouvelle organisation prévoit l’octroi de mission de formation annuelle aux collègues PEMF après examen de l’ensemble des candidatures.

L’UNSA Education a fait plusieurs remarques :

Tout d’abord, nous avons fait remarquer que si le projet était intéressant nous regrettions vivement qu’à aucun moment il ne fasse mention de la qualité du travail des collègues en poste, maîtres formateurs et DEA. Cette façon de passer par pertes et profit tout le travail, tout l’investissement de nos collègues est le reflet d’un mode de gestion que l’UNSA Education désapprouve.

Selon l’UNSA Education, ce projet a un versant carte scolaire. Des moyens seront récupérés. La perte de décharge des directeurs d’école d’application, le recalibrage des besoins en formateurs vont permettre de récupérer des moyens sur la formation pour les réimplanter en carte scolaire. Selon l’UNSA Education cela peut aller jusqu’à 30 postes (ETP) sur l’académie et permettre à l’administration de préparer la rentrée. L’UNSA Education considère que cet aspect a déclenché ce changement brutal. Pour le DASEN c’est inexact il le dit en séance, l’UNSA Education maintien son analyse.

L’aspect humain et financier des consĂ©quences de ce projet est important, nos collègues ont demandĂ©s ces postes au mouvement dans le cadre de projets de vie professionnelle. On va supprimer leurs postes de formateurs en  mars, cela va impacter les modulateurs et les collègues nommĂ©s sur les dĂ©charges de direction. Par ailleurs, pour certains ce sont des indemnitĂ©s pouvant aller jusqu’à plus de 2000 € qui vont disparaĂ®tre. L’UNSA Education a demandĂ© leur maintien, l’administration refuse.

L’UNSA Education a demandĂ© qu’un GT acadĂ©mique soit rĂ©uni pour que tous ces aspects soient discutĂ©s. Le DASEN a rĂ©pondu que les maĂ®tres formateurs Ă©taient rĂ©unis par l’administration. Ces rĂ©unions, oĂą nos collègues sont lĂ  « en tant que fonctionnaires Â» donc seuls face Ă  leur hiĂ©rarchie, n’ont rien Ă  voir avec un GT avec les dĂ©lĂ©guĂ©s du personnel qui sont lĂ  pour assurer la dĂ©fense collective. Aucune organisation prĂ©sente (FSU, FO, SNALC) n’a appuyĂ© la demande de GT.

L’UNSA Education a d’ores et déjà demandé que ce point figure a l’ordre du jour du prochain CHSCT Académique.

 

 
 
 
 
ALC