SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - 66@se-unsa.org

 
Existe-t-il un protocle de gestion des collègues en situation d’addiction ?
Article publié le mercredi 22 janvier 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

C'est la question que les représentants UNSA Education ont posé au CHSCTD du 6 janvier.

Lorsque un ou une collègue a un problème d'addiction quel qu'il soit ( médicaments, drogue, alcool..) il peut être amené à rencontrer le médecin par plusieurs biais : soit à la demande de son supérieur hiérarchique ( IEN ou chef d'établissement) soit à sa propre demande.

Lors de cette rencontre :

- soit le ou la collègue reconnaît son problème d'addiction et une solution médicale est mise en place. En bref le collègue prend un congé qui lui permettra de se soigner. A l'issue de ce congé le ou la collègue doit prouver son aptitude au service par une attestation médicale. Dès lors il ou elle peut reprendre son service. Néanmoins, il n'y a pas d'obligation légale pour le collègue de prouver régulièrement son aptitude au service.

- soit le ou la collègue est dans le déni et à ce moment-là le médecin de prévention peut saisir le Directeur académique qui a son tour saisit le comité médical seul habilité à prononcer une mise en congé d'office pour inaptitude médicale. De même à l'issue de son congé le ou la collègue devra prouver par attestation médicale son aptitude à reprendre le travail.

Cet échange avec le médecin de prévention a mis en avant l'absence de protocole. Toutefois, le cadre règlementaire est précis. Le Dasen a déclaré sa volonté de changer les pratiques de RH liées à ces questions. Pour l'Inspecteur d'académie c'est toute une culture qui doit évoluer : tout le monde doit se sentir responsable et les gens doivent signaler les problèmes sans se sentir en situation de délation.

Pour le SE-Unsa 66 les situations médicales des collègues en situation d'addiction mettent à mal les collègues eux-même, leurs équipes et leurs élèves. Pousser vers la brigade départementale les collègues n'ayant pas toutes leurs aptitudes physiques pour conduire en toute sécurité est dénonçable et répréhensible. Nous avons demandé à ce que le suivi des collègues en situation d'addiction soit régulier et sérieux.

 

 

 
 
 
 
ALC