SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - 66@se-unsa.org

 
Immigration : l’UNSA s’interroge sur la tournure du dĂ©bat
Article publié le jeudi 7 novembre 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 

Si parler d’immigration ne doit pas être un tabou, l’UNSA s’interroge sur la tournure prise par le débat ces dernières semaines et par les annonces faites par le Premier ministre aujourd’hui.

N’en parler qu’au travers du prisme des quotas professionnels de l’immigration économique (qui ne concerne pourtant que 15% des arrivées annuelles sur le territoire), ou qu’en instaurant une carence de trois mois pour accéder à une protection sociale universelle pour les demandeurs d’asile démontre, (si ce n’est un angle d’attaque bien trop simpliste), une méconnaissance accablante des réalités du terrain.

A l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique devrait être prioritaire, où les réfugiés climatiques risquent de se faire de plus en plus nombreux, où les questions premières de santé publique ne devraient certainement pas être remises en cause, l’immigration mériterait un débat d’un autre niveau…

Pour le SE-Unsa, il est essentiel de tenir fermement le cap d’une conception d’une sociĂ©tĂ© rĂ©publicaine et humaniste, qui conjugue Ă©quitĂ© et justice sociale.  Cela passe par un accueil digne et l’accès aux droits fondamentaux de toute personne qui foule notre sol.

Recoudre le tissu abimé d’une société où les écarts se creusent prendra du temps et demandera une volonté sans faille : nous sommes prêts à prendre notre part.

Aujourd’hui, pour les Français, l’immigration est une préoccupation importante, mais elle passe en ordre de priorités derrière la santé, la sécurité, l’éducation, le pouvoir d’achat, l’environnement, le chômage, la lutte contre la délinquance et la lutte contre la précarité*. Dans ce contexte, le choix de mettre l’immigration en débats ressemble à un contre-feu préventif à l’égard d’une météo sociale qui s’annonce orageuse : la hausse probable des prix des carburants liée aux troubles en Arabie Saoudite, l’abaissement de la prévision de croissance pour 2019 et 2020 par l’OCDE et enfin, la réforme des retraites. Hélas, on peut craindre que ce débat soit accompagné de discours haineux et de rejet de l’autre.


 
 
 
 
 
ALC