SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - 66@se-unsa.org

 
Carte scolaire premier degrĂ© 2019 : l’Inspection donne ses orientations
Article publié le dimanche 3 février 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

L'objectif de cette rencontre était de nous informer sur la méthodologie utilisée par la DSDEN pour gérer les besoins en ouverures de la rentrée 2019 avec une dotation de 0 postes. L'année dernière, le SE-Unsa 66 avait choisi de déposer une alerte sociale afin d'obtenir ces même informations. Force est de constater que si le dialogue social est compliqué au niveau national, dans les Pyrénées-Orientales il s'est considérablement amélioré!

L'UNSA-Education a demandé que l'ensemble des effectifs prévisionnels de toutes les écoles soient envoyés aux organisations syndicales. En effet, le projet étudié en CTSD ne dévoile que les situations retnues par la DSDEN. Si certains collègues restent isolés face à leurs IEN et ne saisissent pas les représentants du personnel leur situation peut rester sans solution cela crée des inéquités pour l'UNSA-Education ce n'est pas possible.

Le secrétaire général n'y voit pas d'objection mais cette décision doit faire l'objet de discussions préalables à l'inspection.

L'UNSA-Education a fait part de son souhait de voir étendre les analyses de fluctuations des effectifs sur 3 ans pour éviter les ouvertures-fermetures de rentrée.

Le secrétaire général a fait remarquer que les mairies ont parfois tendance à grossir les constructions et la démographie. Le SRHE a affirmé que les IEN font déjà ce travail de projection et que c’est pris en compte.

L'inspecteur adjoint du DASEN estime que les tendances sont prises en compte mais que les effectifs ne sont qu’un élément parmi d’autres pour travailler la carte scolaire. Les autres indicateurs sont par exemple la ruralité, les réseaux d'Education prioritaire...

La DSDEN a rappelé que nous sommes dans un contexte de baisse démographique. Les PO perdent 250 élèves dans le premier degré.

Pour le dĂ©doublement des CP et CE1 en Ă©ducation prioritaire  : 15 postes environ seront nĂ©cessaires.

Pour limiter l’impact, l'inspection prévoit que les cycle deux ne seront pas ssytématiquement moins de 12. Ils envisagent de monter jusqu’à 14. Ce système permet d’économiser quelques postes.

Pour l'UNSA-Education on ne peut pas envisager d'aller au delà de 13 s'il y a deux groupes dans la même salle. Afin que la co-intervention soit profitable aux élèves et ne soit pas maltraitante pour les enseignants les effectifs doivent être travaillés au plus près de la situation réelle des écoles et de la disponibilité des salles. Nous sommes les seuls à avoir fait cette demande spécifique au DASEN l'année dernière. Nous renouvellerons cette année en instance.

La DSDEN ne prĂ©voit pas de fermetures en rural. L'objectif de ne pas dĂ©favoriser le rural au profit des dĂ©doublements. Tout l’enjeu de cette carte scolaire est lĂ . Selon eux le 66 possède des rĂ©serves qui dĂ©coulent des cartes colaires des annĂ©es prĂ©cĂ©dentes et notre ratio nombre de  Professeurs / le nombre d'Ă©lèves est bon.

UNSA-Education ne fait pas la même lecture de cette marge. Ces postes sont occupés par des personnels qui se sont installés dans leurs fonctions et qui ne sont pas des marionnettes qu'on déplace d'une carte scolaire à l'autre. De plus, nous avons réaffirmé qu'avec les dédoublements et les classes uniques, le P/E ne veut plus rien dire.

L'UNSA-Education a mis un focus sur le péri-urbain et l'ensemble des communes qui se retrouvent avec des classes surchargées. Pour nous c'est l'intérêt général qui doit primer et les conditions d'apprentissage des élèves ainsi que les conditions de travail des collègues. Nous avons insisté sur le fait qu'il y a des difficultés sociales aussi dans le péri-urbain et le littoral ainsi que des élèves à comportement hautement perturbateurs partout.

Postes mathématiques: le DASEN nous avait parlé à plusieurs reprises de la mise en place de cette mission suite au rapport Villani. Seront ouvertes 1/4 de décharge par circo, soit 2 postes.

L'UNSA-Education est contre la proposition du SNALC de confier cette mission aux directeurs qui croulent déjà sous la multiplicité des tâches. Quoi qu'il en soit pour nous cette carte scolaire est peu propice à installer des décharges particulières.

L'UNSA-Education a aussi interrogé sur les seuils pour une ouverture. En effet, cela fait plusieurs années que nous n'avons plus de taux officiels sur lesquels travailler. La carte scolaire se fait alors à vue de nez, au gré des courants politiques et de leur enclin à apauvrir l'école publique.

Selon l'adjoint du DASEN ils sont raisonnables pourtant le SRHE a évoqué 25/28 en REP, 27/30 ailleurs… N'importe quel PE en poste sait que c'est beaucoup trop.

L'UNSA a également questionné sur l'impact de la scolarisation à 3 ans sur les effectifs prévisionnels en maternelle.

La DSDEN révoit que cette mesure occasionne une faible consommation et espère qu'elle permettra une diminution de l’absentéisme.

L'UNSA -Education a posé la question de l'avenir des postes restant de maîtres surnuméraires.

La DSDEN a parlé de continuité dans les fermetures. Visiblement les autres postes "hors la classe " impactés seront des postes de formateurs non pourvus, des postes de brigadiers formation continue ainsi que certains postes spécialisés rattachés à des structures privées. Par contre le poste pédagogique de liaison avec l'ESPE sera pérénisé.

 
 
 
 
ALC