SECTION SE-Unsa des PYRENEES ATLANTIQUES - 12 RUE RENE FOURNETS - 64000 PAU
Tél. 05 59 82 57 40 - Fax. 05 59 82 57 45 - Por. 06 89 34 86 83 - 64@se-unsa.org

 
[CDEN] Carte scolaire 1D / Moyens 2D : Vote unanime contre du jamais vu dans le département !
Article publié le mardi 9 mars 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le Conseil Départemental de l’Education Nationale s’est réuni ce jour pour examiner les mesures de carte scolaire et le projet de répartition de la dotation globale horaire pour la rentrée 2021 dans les Pyrénées Atlantiques.

A la différence du Comité Technique de jeudi dernier, le CDEN rassemble en plus des représentants des personnels, les représentants des usagers (parents d’élèves, familles) et les représentants des élus (Maires et Département).

Une nouvelle fois, les représentants de l’Unsa Éducation ont noté et regretté l’absence de M. le Préfet mais soulignent la participation importante des élus locaux (maires et conseillers départementaux).

Présents pour les personnels Unsa Education : Cécile LARRIERE, Pascale DURAND, Maya AROTCHAREN, Marie-Laure CRUTCHET et Franck HIALE.

Les IEN,

Pour les usagers FCPE (4), Associations des Familles (2)

Pour les élus locaux, M. Sanz, M. Escale, Mme Pargade, M. Ellissalde

Pour les élus départementaux, Mme Lipsos Sallenave, M. Etcheto, Mme Bistue, Mme Bergé, Mme Coste-Doat, Mme Sémavoine

Retrouvez notre déclaration ici.

Un vœu commun de l’UNSA Education, de la FSU, FO et de la FCPE a été rédigé et présenté à l’ensemble des membres. Les représentants des personnels et des usagers demandent que le retrait des 13 postes soit annulé et que la dotation départementale soit abondée en conséquence.

Vous le retrouvez en intégralité au bas de notre article. 

Ce vœu a été adopté à l’unanimité des membres du CDEN.

1D - Carte scolaire

 

Le DASEN a rappelé qu’au niveau national, il y a moins 56 000 élèves et plus 2500 postes. 

Au niveau du département, il y a une baisse de 450 élèves et une diminution de 13 postes. Pour lui, le taux d’encadrement s’améliore. Notre département comptabilise 60 % d’écoles de 1 à 3 classes, il comprend l’enseignement dans 2 langues régionales et des catégories sociales plutôt favorisées. Il indique qu’on est sur une pente décroissante démographique et cela peut générer un grand nombre d’inquiétudes.

Dans le département, le nombre d’élèves / classe est évalué à 21,4

Il reconnaît que cette carte scolaire reste complexe. Il tient à préciser que tous les élus ont reçu des informations concernant la carte scolaire entre le 1er et le 15 janvier. Ceux qui ont souhaité être reçus l’ont été.

Les priorités choisies par le DASEN ont été les suivantes : 

  • la situation des directeurs d’école.
  • la situation des remplacements.
  • les réseaux d’écoles notamment rurales.

 

Le DASEN reconnaît que plusieurs communes ont fait des efforts par la fusion, ou réflexion sur la répartition des élèves et regrette que d’autres ne s’engagent pas dans cette dynamique.

 

L’UNSA Education rappelle que même si le P/E (nombre d’enseignants/élèves) est positif, il rétrograde dans notre département depuis plusieurs années. Pour l’UNSA Éducation, ce ne sont pas les écoles rurales qui sont les plus coûteuses, mais les écoles bilingues qui sont la spécificité de notre département. La déscolarisation et la non comptabilité des TPS et des ULIS sont des choix d’arbitrage qui ont un impact considérable.

 

Les représentants des élus au conseil départemental sont intervenus sur les situations des écoles rurales avec des effectifs chargés en maternelle dépassant 30 élèves et celles des écoles avec ULIS. Les élus locaux alertent sur la crise sanitaire actuelle qui évolue vers une crise sociale sans précédent.

Il a été rappelé également que la continuité du bilinguisme doit être prolongée et que les choix d’arbitrage opérés dans cette carte scolaire ne le permettent pas systématiquement.

 

Le représentant des familles, M. Robesson, insiste sur l’importance d’une attention bienveillante qui doit être portée au comptage à la rentrée.

 

L’Unsa éducation est également revenue sur toutes les situations pour lesquelles nous avons été sollicités.

 

La FCPE regrette que les choix du ministre n’aient pas été similaires aux choix de mars 2020 protégeant les zones rurales.

 

Lors de ce CDEN  quelques modifications de mesures ont été actées :

  • annulation des créations de 3,75 postes de remplaçants 4 classes
  • annulation de la mesure sur Asson Latapie
  • annulation de la mesure sur Rivehaute
  • annulation de la mesure sur Mourenx De Bordeu
  • annulation de la mesure sur Ascain
  • annulation de la mesure sur Souraïde
  • annulation de la mesure sur Bayonne Curie
  • annulation de la mesure sur le RPI d’Argagnon
  • annulation de la mesure 0,5 PMQC sur  le RPI Accous/Bedous 

 

M. Le DASEN indique qu’une attention sera portée en septembre, aux autres écoles dont les situations particulières ont été évoquées aujourd’hui. Il a souhaité garder quelques moyens pour effectuer les ouvertures nécessaires à la rentrée. Il prend bien en compte les arguments qui ont été discutés lors de cette instance et lors du CTSD précédent.

 

Vote contre à l’unanimité des membres : du jamais vu !

 

Avis de l’Unsa éducation : Même si on peut se féliciter des quelques modifications,  cette carte scolaire reste douloureuse pour beaucoup d’écoles. Nous dénonçons une fois de plus que la dotation départementale ne prenne pas en compte les spécificités de notre département et les difficultés de la crise sanitaire. Nous nous inquiétons également sur les moyens alloués aux remplacements et aux décharges de direction qui ne seront pas suffisants pour la prochaine rentrée.

Ce vote unanime CONTRE des membres du CDEN est historique; encore une preuve de la rupture de notre ministère avec ses territoires.


 

2D : Répartition des DGH - Préparation rentrée 2021

 

Situation particulière UPS collège Albert Camus

Mme LIPSOS SALLENAVE, conseillère départementale a souhaité alerter M. le DASEN sur la suppression du dispositif UPS du collège Albert Camus. 

L’UNSA Education a rappelé les effectifs des élèves scolarisés avec le soutien de l’UPS depuis 2016 et a précisé que le rôle de l’enseignant s’étendait également à la prise en charge d’élèves qui n’avaient jamais été scolarisés. L'UPE2A du collège comptant déjà une trentaine d’élèves, le dispositif permet l’accès optimal aux apprentissages et à leur parcours professionnel.

M. Le DASEN explique qu’on est le seul département de l’académie à posséder ce genre de dispositif. Au collège Camus, il a été remarqué que les élèves scolarisés dans le dispositif ne relevaient pas de la communauté des gens du voyage.

 

DGH

L’UNSA Education insiste pour dire que les DGH ne sont pas que des chiffres et des tableaux et que derrière ce sont des fonctionnements d’établissement qui seront lourdement impactés. Le bilan humain est lourd pour le 2nd degré avec la suppression de 23 postes d’enseignants dans le 64.

La FCPE tient à alerter sur les effectifs des classes de sixièmes à la rentrée dont le seuil de 28 élèves est déjà atteint.

Mme Bistue conseillère départementale s’inquiète des DGH attribuées aux collèges en zone rurale entraînant un nombre important de services partagés des enseignants affectés dans ces établissements et donc un investissement contraint des équipes pédagogiques dans leur établissement.

 

2h chorale

 

L’UNSA Education déplore que la dotation ne permette pas la continuité de cet enseignement. La marge d’autonomie des petits établissements est limitée et cet enseignement ne pourra pas être assuré. L’Unsa éducation demande que les dotations des établissements soient abondées rapidement pour proposer cette option à tous les élèves.

 

Vote : Contre majoritaire des membres du CDEN sauf une abstention

 


   Voeu   
(179.2 ko)
   Déclaration   
(124.6 ko)
   MCS CDEN   
(301.1 ko)
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir