SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Rythmes scolaires : le ministre doit ouvrir des nĂ©gociations !
Article publié le mardi 16 octobre 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le ministre a annoncé le passage à la semaine de quatre jours et demi à l’école primaire. Le SE-Unsa souhaite qu’il ouvre très rapidement des négociations. Si la nation est légitime à décider des orientations pour son Ecole, les enseignants le sont aussi pour souhaiter qu'elles ne se traduisent pas par une nouvelle dégradation de leurs conditions de travail.

Peut-on conjuguer intĂ©rĂŞt des Ă©lèves et intĂ©rĂŞt des enseignants ? Plus qu’une possibilitĂ©, c’est une nĂ©cessitĂ©. Le SE-Unsa demande que cette rĂ©forme des rythmes scolaires soit aussi synonyme de progrès pour les professeurs des Ă©coles en prenant mieux en compte les diffĂ©rentes dimensions de leur mĂ©tier.

Diminuer les obligations de service d’une heure

Les obligations de service actuelles sont de 24h d’enseignement auxquelles s’ajoutent 60h d’aide personnalisées, 18h de formation pédagogiques, 6h de conseils d’école et 24h de concertations d’équipe et de relations avec les familles.

Dans le cadre d’une semaine de 9 demi-journées, le SE-Unsa propose de passer :

- d’une part de 24h Ă  23h d’enseignement avec 4 jours de 5h de classe et une demi-journĂ©e de 3h 

- et, d’autre part, de revoir les 108h. 

Le ministre a annoncé aux familles que les élèves resteront tout de même pris en charge jusqu’à 16h30. Le SE-Unsa souhaite que les discussions soient également rapidement ouvertes avec les collectivités pour que ce temps éducatif soit effectivement organisé par elles.

Revoir les 108h

Les actuelles 108h sont mal dimensionnées et ne correspondent pas aux nécessités d’un métier où le temps de travail en équipe, de relation avec les familles et de réunion de l’équipe éducative ne font qu’augmenter pour rechercher les réponses adaptées aux élèves.

Le SE-Unsa propose le retour Ă  un volume de 12h pour les animations pĂ©dagogiques de circonscription. L’essentiel de la formation continue doit se faire sur le temps d’enseignement avec un potentiel de remplacement dĂ©diĂ©.

Le SE-Unsa demande l'intĂ©gration de l’aide personnalisĂ©e sur le temps scolaire pour tous.

Le SE-Unsa souhaite le retour de la confiance de la hiĂ©rarchie aux enseignants avec l’attribution d’un forfait horaire annuel dĂ©diĂ© aux conseils d’écoles, rĂ©unions d’équipe, suivi des Ă©lèves, projets de scolarisation d’élèves handicapĂ©s, relation avec les familles et l’arrĂŞt des pratiques tatillonnes de vĂ©rifications des heures.

Par ailleurs, deuxième journée flottante de prérentrée et journée de solidarité alourdissent aussi les horaires des enseignants. Dans le cadre d’une semaine de neuf demi-journées ces obligations supplémentaires doivent disparaître.

Retrouver la sérénité

L’enseignement exige de la sĂ©rĂ©nitĂ©. Il ne sert Ă  rien de repenser les rythmes scolaires si Ă©lèves et enseignants continuent de courir après les programmes, doivent rentrer dans des formulaires et des protocoles. Programmes, outils de suivi Ă  destination des familles, attestations de validations de connaissances et de compĂ©tences doivent ĂŞtre mis en cohĂ©rence et simplifiĂ©s. 

Des contreparties financières au surcoût engendré

Se déplacer 36 fois de plus sur son lieu de travail engendre des surcoûts de transport et de garde des jeunes enfants. Même dans un cadre budgétaire très contraint, ces surcoûts doivent être pris en compte immédiatement avec des perspectives de revalorisation sur la durée du quinquennat.

 

 
 
 
 
ALC