SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Redoublement, une politique de chiffres
Article publié le dimanche 22 avril 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Si pour la grande majorité des élèves, le passage dans la classe supérieure est la règle, pour quelques-uns, les équipes s’interrogent. Pourra-t-il suivre dans le niveau suivant ou progresserait-il davantage en refaisant une année dans le même niveau ? Comment le vivra-t-il ? Sera-t-il dans une dynamique ou au contraire celle-ci sera-t-elle stoppée ? Autant d’interrogations de professionnels qui trouvent des solutions au cas par cas, bien conscients des effets pervers du redoublement. Pourtant, dans de nombreux départements, les enseignants n’ont pas la confiance de leur hiérarchie qui multiplie les formulaires et pré-commissions. En agissant ainsi, elle veut surtout dissuader et faire baisser le taux de «redoublement». À l’heure du pilotage par les chiffres, chaque strate, circonscription, département, académie, cherche à le diminuer. Rappelons que des indicateurs ne sont justement que des indicateurs. Faire baisser artificiellement la fièvre ne guérit pas. Ne pas faire redoubler, individualiser, accompagner, oui ! Mais il faut faire confiance aux enseignants et leur donner les moyens de faire réussir tous leurs élèves.

RAPPEL DE LA PROCÉDURE(*)

Le conseil des maîtres se prononce sur les conditions dans lesquelles se poursuit la scolarité de chaque élève, en recherchant les conditions optimales de continuité des apprentissages, en particulier au sein de chaque cycle.

Les propositions sont adressées aux parents ou au représentant légal pour avis ; ceux-ci font connaître leur réponse dans un délai de quinze jours. Passé ce délai, l'absence de réponse équivaut à l'acceptation de la proposition. Le conseil des maîtres arrête alors sa décision qui est notifiée aux parents ou au représentant légal. Si ceux-ci contestent la décision, ils peuvent, dans un nouveau délai de quinze jours, former un recours motivé, examiné par la commission départementale d’appel.

   (*) Article D321-6 du code de l’Éducation.

 
 
 
 
ALC