SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Evolution du bac : Sarkozy Ă  contresens
Article publié le lundi 12 mars 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Des propositions pour une évolution du baccalauréat exposées dans le rapport des inspecteurs généraux rendu public par le ministre lundi 12 mars, le président-candidat Sarkozy n’aura retenu que les plus polémiques et encore, pour de mauvaises raisons, très éloignées de celles qui ont motivé les auteurs du rapport.

CĂ©dant Ă  la facilitĂ© dĂ©magogique, il a jugĂ© intĂ©ressante la proposition qui consisterait Ă  introduire des notes Ă©liminatoires pour redonner son caractère d’  « excellence au bac Â». Une approche malthusienne qui  mĂ©connait la nĂ©cessitĂ© impĂ©rieuse d’élever le niveau de qualification des jeunes Français et de conduire 50% d’une classe d’âge au niveau Bac+3, engagement que la majoritĂ© actuelle a pourtant soutenu. La proposition poursuit un tout autre objectif dans l’esprit des rapporteurs, celui de caractĂ©riser davantage le bac selon les sĂ©ries et de contribuer Ă  les rĂ©Ă©quilibrer. Au SE-Unsa, nous ne sommes pas favorables Ă  cette approche qui pĂ©naliserait lourdement, d’après les simulations, les Ă©lèves de la sĂ©rie L, et n’aurait qu’un impact mineur sur les Ă©lèves de la sĂ©rie S. Surtout, elle renchĂ©rirait la pression scolaire, dont la France est dĂ©jĂ  championne et alimenterait un peu plus le marchĂ© des cours privĂ©s sans rĂ©soudre le problème de fond, celui de la structure de notre lycĂ©e en voies et sĂ©ries Ă©tanches, indĂ»ment hiĂ©rarchisĂ©es. Faire payer aux lycĂ©ens les dĂ©fauts structurels du lycĂ©e n’est pas acceptable.

Mais le rapport fait bien d’autres propositions et esquisse plusieurs scénarios pour l’avenir, dont l’un des grands mérites est de prendre en compte le contexte international. Il n’y a qu’à voir les difficultés des élèves des lycées français en Espagne pour accéder aux meilleures formations universitaires espagnoles pour comprendre que nous ne pouvons pas rester dans un splendide isolement. Rendre plus lisibles les acquis réels de nos lycéens doit être un objectif de toute réforme du bac.

Le SE-Unsa partage de nombreuses propositions du rapport, comme la nĂ©cessitĂ© de limiter le nombre d’épreuves Ă©crites terminales Ă  caractère national Ă  quelques disciplines caractĂ©ristiques de la sĂ©rie ou la nĂ©cessitĂ© de diversifier les modalitĂ©s d’évaluation pour prendre en compte des compĂ©tences plus diversifiĂ©es (expression orale, planification d’un travail dans la durĂ©e, capacitĂ© Ă  collaborer dans un groupe,…). L’introduction d’une part plus importante d’évaluation continue ne met pas en pĂ©ril le caractère national du diplĂ´me si des rĂ©gulations sont introduites. L’évaluation de l’EPS au bac en est un excellent exemple. La suppression des Ă©preuves de « rattrapage Â» au profit de l’examen du livret scolaire est aussi une proposition intĂ©ressante car elle valorise l’ensemble du parcours du lycĂ©en.

Ces quelques propositions pourraient avoir un impact important non seulement sur la certification mais aussi sur les acquisitions des élèves. En effet, elles permettraient de valoriser des compétences essentielles pour réussir sa poursuite d’études après le bac, compétences insuffisamment travaillées au lycée au profit d’une accumulation de connaissances dont la plupart sont oubliées le lendemain de l’examen.

 

 
 
 
 
ALC