SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - 63@se-unsa.org

 
Le 26 janvier : exprimons la rĂ©alitĂ© de l’Ecole et demandons une politique ambitieuse pour les personnels et les Ă©lèves
Article publié le mercredi 13 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le 26 janvier : exprimons la rĂ©alitĂ© de l’Ecole et demandons une politique ambitieuse pour les personnels et les Ă©lèves

 Alors que nous ne voyons pas le bout du tunnel et qu’un nouveau confinement est Ă  l’ordre du jour, le ministère prĂ©pare la rentrĂ©e 2021. Le budget est votĂ© et la rentrĂ©e ne s’annonce pas comme remplissant les conditions nĂ©cessaires Ă  la sĂ©rĂ©nitĂ©.

Les SE UNSA de l’Allier, le Haute Loire et du Puy de Dôme ont pris connaissance des importantes fermetures de postes dans le second degré. Près de 54 postes seront supprimés qui s’ajoutent aux dizaines de fermetures déjà effectuées les années passées.

Alors que des classes dépassent les 30 élèves en collèges et les 35 en lycées, ces nouveaux retraits sont inacceptables. Les créations de postes dans le premier degré se font au détriment des élèves de collège par redéploiement des postes.

Parallèlement, dans le 1 degrĂ© et le second degrĂ©, les suppressions de postes couplĂ©es Ă  l’augmentation des postes rĂ©servĂ©s aux Ă©tudiants en masters 2 vont rendre impossibles les mutations des collègues près des zones urbaines. Ce fait est loin d’être anecdotiques pour des collègues (notamment du second degrĂ©) Ă©loignĂ©s de plus de 150km de leur famille. De la mĂŞme manière que la « revalorisation historique Â» de Jean Michel Blanquer, qui exclut pas moins de 70% des enseignants, le soit disant effort inĂ©dit de la Nation envers l’Education concernant cette carte scolaire 2021 n’est qu’un exercice de communication visant Ă  masquer une rĂ©alitĂ© tout autre.

Dans un contexte propice au creusement des inĂ©galitĂ©s entre les Ă©lèves, et après un confinement dont nous commençons Ă  mesurer les effets sur les Ă©lèves les plus fragiles, il est temps de demander un budget Ă  la hauteur d’une scolaritĂ© rĂ©ussie pour tous les Ă©lèves. Cela passe par des effectifs allĂ©gĂ©s partout sur le territoire de la maternelle au lycĂ©e, la crĂ©ation de postes de RASED en nombre suffisant, de dispositifs spĂ©cifiques d’accompagnement des Ă©lèves en situation de handicap, de remplaçants en nombre suffisant pour permettre aux personnels d’accĂ©der aux formations auxquelles ils ont droit. Pour le SE-UNSA, la crise sanitaire nous montre l’importance d’une formation d’excellence, notamment en direction des Ă©lèves les plus fragiles. La dotation allouĂ©e ne permettra pas de satisfaire tous ces objectifs pourtant indispensables Ă  tous les Ă©tages et sur tout le territoire.

Au niveau de nos salaires, la loi de programmation que nous attendons depuis 1 an n’est toujours pas annoncée. Le ministère ne prend pas la mesure de l’état d’épuisement des personnels qui œuvrent au quotidien pour faire réussir tous les élèves. La revalorisation annoncée, qui ne concerne que 30% d’entre eux, doit être la première marche d’un plan pluri annuel de revalorisation de tous les personnels et des perspectives doivent être rapidement annoncées en ce sens.

Les nombreuses attentes au niveau de la direction d’école n’ont pas reçu de réponse satisfaisante.

Le transfert de la médecine scolaire au conseil départemental est aussi une forte source d’inquiétude quand on connait le nombre important de cas d’enfants en souffrance dans les classes.

Enfin, la rĂ©alitĂ© de l’Ecole d’aujourd’hui, c’est aussi celle du « pas de vagues Â» prĂ´nĂ© par notre administration. Au-delĂ  de la revalorisation salariale du mĂ©tier et de l’amĂ©lioration des conditions de travail, c’est Ă©galement de soutien que les enseignants ont besoin. Alors qu’on nous parle d’Ecole de la confiance, quid de la confiance accordĂ©e Ă  nos enseignants, encore trop souvent dĂ©savouĂ©s lorsqu’ils devraient ĂŞtre soutenus ?

Pour ces raisons le SE UNSA appelle Ă  cesser le travail dans le cadre intersyndical le 26 janvier.

Alors le 26 janvier, mobilisons-nous pour demander une politique ambitieuse pour l’Ecole. Investir dans l’école, c’est investir dans la Nation et son avenir.

Cette Ă©cole ambitieuse passe par :

-          Des effectifs par classe allĂ©gĂ©s partout sur le territoire en arrĂŞtant les suppressions de postes

-          Des personnels mieux reconnus

-          Une formation initiale et continue ambitieuse.

Le SE-UNSA appelle dans le cadre syndical unitaire, les collègues à être dans l’action le 26 janvier. Soyons nombreux à réclamer des moyens pour l’école et ses personnels. Il s’agit pour nous tous, d’exprimer le souhait d’une autre politique éducative, respectueuse des personnels et des élèves, dans le cadre d’une démocratie sociale, sereine et apaisée.

Trac d’appel unitaire, FSU, FNEC, SUD, SNALC, CGT, SGEN, UNSA

 

 
 
 
 
ALC