SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Reprise le 11 : une Ă©nième provocation inacceptable
Article publié le mardi 21 avril 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Alors qu’il y a à peine 48 heures, le Premier ministre disait qu’aucun scénario n’était arrêté concernant la réouverture des écoles et des établissements scolaires, le ministre vient d’annoncer les modalités de reprise aujourd’hui à l’Assemblée nationale sans les avoir échangées avec les représentants des personnels, des parents, des élèves et des collectivités territoriales. Une énième provocation insupportable!

Encore une fois les personnels et leurs représentants sont ignorés et méprisés.La santé des français est prise à la légère par un ministre dont nous demandons la démission.

Le SE UNSA condamne encore des annonces qui apportent plus de questions que de réponses notamment sur la mise en sécurité des personnels, pourtant primordiale.

Depuis le début de la crise, notre position, relayée dans les médias, est la suivante :

Avant toute chose, une reprise progressive et partielle ne peut s’envisager que dans un cadre sanitaire strict, sĂ©curisĂ© et sĂ©curisant, et identique pour toute la sociĂ©tĂ©. L’École ne doit pas ĂŞtre une dĂ©rogation aux règles imposĂ©es Ă  la sociĂ©tĂ© en gĂ©nĂ©ral et au monde du travail en particulier.


Par exemple, il est inenvisageable de permettre des regroupements d’élèves dans une cour ou un restaurant scolaire quand les regroupements demeurent proscrits par ailleurs et que des distances minimales entre les personnes doivent être observées dans les entreprises. Le SE-UNSA exige que des protocoles nationaux soient établis avant de reprendre pour fixer les interdits et les préconisations, afin de ne pas faire porter la responsabilité de choisir telle ou telle organisation aux équipes des écoles et des établissements, tant du point de vue du respect des règles sanitaires que du signalement de suspicion de développement de la maladie chez les élèves ou les adultes

Concernant les personnels :
- les personnes à risque ou vivant avec une ou des personnes à risque doivent pouvoir rester en télétravail
- les autorisations d'absence pour garde d'enfants doivent perdurer.

Le SE UNSA 63 exige :

- que des garanties soient données sur les mesures de sécurité ( dépistage, gel, gants, masque ) par les autorités sanitaires avant tout projet de réouverture des écoles aux élèves.

- que l’assurance d’une distanciation possible entre les élèves et les enseignants ou AESH soit effective

- que la situation des écoles soit en cohérence avec la situation sanitaire nationale.
Tant qu’il y a un "virus meurtrier", qui fait chaque soir plusieurs centaines de victimes, comme le rappelle le ministre lui même, circulant activement sur le territoire, les écoles ne peuvent pas ouvrir.

- qu'un CHSCT soit convoqué, et que des réponses claires y soient apportées.

- que les personnels ne soient pas obligés de faire la classe et le télétravail dans le même temps. Ce serait inacceptable!

- que les personnels fragiles ou vivant avec une ou des personnes à risques soient mis defait à l’écart

- que les collègues ayant des enfants Ă  garder bĂ©nĂ©ficient d'autorisations d'absence.

Pour le SE-Unsa, compte tenu de l’évolution de la crise sanitaire, de l’ensemble des contraintes collectives et des situations individuelles à observer, la date du 11 mai semble plus qu’hypothétique pour que soit mise en place, dans les délais prévus, une organisation stable et sécurisée dont l’Éducation nationale à elle seule n’a pas la maîtrise.

 La prioritĂ© pour tous doit ĂŞtre la gestion de l'Ă©pidĂ©mie sur le territoire, pour garantir dans les prochaines semaines la baisse du nombre de morts par jour dans notre pays. Aucune dĂ©cision de reprise des cours ne semble possible dans la situation actuelle.

 
 
 
 
ALC