SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
REPRISE LE 11 MAI ? L’annonce choc qui se heurte Ă  la rĂ©alitĂ© !
Article publié le mercredi 15 avril 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Décidément, on apprend plus de choses en regardant les médias que par l’intermédiaire de notre hiérarchie…

Hier, le président de la république a posé la date du 11 mai dans le paysage comme le début de la réouverture progressive des écoles, collèges, lycées. Comme toujours, 24h après, le gouvernement, le ministre et ses conseillers, tentent d’apporter des nuances et d’éteindre le feu suite aux critiques des syndicats mais surtout de la communauté scientifique et médicale.

Dans cette crise sanitaire, où la situation est scrutée jour après jour, la date du 11 mai parait bien précipitée. Fallait il donner une date avec si peu d’explications ?
Le SE UNSA a pris position fermement dès l’annonce prĂ©sidentielle et a interpellĂ© le ministre ce matin.

Personne ne peut savoir où en sera le pays le 11 mai, pour autant, les médecins affirment que le virus sera encore en circulation. D’ailleurs, les commerces et lieu de réunions resteront fermés.

Est-il alors cohérent d’autoriser le rassemblement de centaines de jeunes dans les salles de classes et les cours de récréation ?

Est-ce imaginable de garantir les gestes barrières d’hygiènes et de distanciation de la maternelle au lycée ?

Ne risque-t-on pas de provoquer cette seconde vague, ce rebond, tant redouté par les autorités sanitaires ? Autant de questions auxquelles il faudrait répondre avant de lancer une date.

Pour le SE UNSA, si Ă©videmment il faut rĂ©flĂ©chir Ă  toutes les hypothèses comme la rĂ©ouverture des Ă©coles pour en anticiper les Ă©lĂ©ments pratiques, la dĂ©cision de poser la date du 11 mai est pour nous inconcevable.

Le SE UNSA  est un syndicat qui pèse ses mots et refuse les postures faciles. Nous demandons donc au ministère d’agir Ă©galement ainsi et de rĂ©pondre aux inquiĂ©tudes des professionnels mais aussi des parents.

Nous porterons cette position lors du CHSCTA du jeudi 16 avril et de toutes les instances Ă  venir.

Nous demanderons au rectorat ce que le ministère entend par « reprise progressive » « demi classe » « public défavorisée » autant de termes utilisées hier et aujourd’hui et qui posent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. Le SE UNSA est certain que le rectorat n’en saura pas plus que nous. Ainsi va le ministère dans ce nouveau monde où la parole médiatique a remplacé l’information interne à l’Education Nationale. S’il y a lieu de réinventer notre pays comme le dit monsieur le président, il faudra qu’il commencer par cela.

 
 
 
 
ALC