SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Formation : votre projet ambitieux dĂ©fendu par le SE-UNSA 63 !
Article publié le vendredi 11 mai 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Groupe de travail sur la formation des personnels : nos propositions, nos oppositions

Lors du groupe de travail sur la formation, à l’inspection académique, le SE-UNSA 63 a fait des propositions issues des remontées des collègues ayant participé à notre enquête.

Le SE-UNSA a refusĂ© de ne parler que de la formation continue. Nous avons posĂ© un cadre articulĂ© entre tous les dispositifs existants : formation continue (individuelle ou en Ă©cole), animations pĂ©dagogiques, formations Directeurs, REP+ et ASH, formation initiale. Pour nous, la formation revĂŞt un ensemble d'aspects qu'il convient de tous rendre les plus efficients possible. Nous avons demandĂ© une cohĂ©rence d'ensemble et la crĂ©ation de nouvelles formations.

Une formation continue indispensable
 mais actuellement insuffisante

Comment imaginer qu’un collègue recruté en 2017 et qui devra exercer jusqu’en 2059 ne puisse pas bénéficier des apports de la recherche en constante évolution, des remises à niveau nécessaires et des temps de réflexion propres à améliorer sa pratique professionnelle personnelle ? Les textes prévoient 36 semaines de formation continue sur une carrière, nous en sommes loin !

D’autant que pour obtenir un stage long (2 ou 3 semaines), il faut bien souvent avoir une anciennetĂ© importante, ce qui pĂ©nalise les collègues entre 25 et 45 ans.

Il faut donc augmenter le nombre de stages Ă  candidature individuelle pour rendre la formation continue accessible Ă  tous.

Le SE UNSA 63 dĂ©nonce l’absence de formations consĂ©quentes pour aider les enseignants au quotidien dans la prise en charge des Ă©lèves Ă  besoins Ă©ducatifs particuliers. Si la formation ne fait pas tout, c’est tout de mĂŞme un prĂ©requis indispensable. Le succès des stages du SE-UNSA 63 sur ce thème est rĂ©vĂ©lateur. La ministère doit prendre ses responsabilitĂ©s et accompagner ses agents.

Le SE-UNSA 63 croit également beaucoup dans la mutualisation et l’échange entre pairs.

De nombreux collègues demandent de pouvoir aller observer des classes chez des PEMF ou ailleurs. Donner du temps pour sortir de son école surtout lorsqu’on y est depuis de nombreuses années, c’est une ouverture pédagogique.

La question de la formation continue des directeurs a été également posée.

Connaitre les textes réglementaires, organiser les relations avec les partenaire exterieurs...tout ceci ne s'improvise pas.
Il faut que le ministère donne des moyens de formation aux directeurs. Cela fait partie de la reconnaissance du métier de directeur.

Enfin, le SE-UNSA a également réclamé une formation continue également pour les personnels de l'ASH.


Les stages d'écoles : une initiative encouragée

par le SE UNSA 63 !

Depuis 4 ans, le SE UNSA soutient la mise en place des stages de formation dans les écoles car ils répondent à une demande forte des enseignants. Ces stages, dont la durée varie de 1 à 3 semaines, permettent de travailler, au sein d’une équipe, une problématique commune. En ne faisant pas de tri par barème ou par ancienneté, cette modalité permet de brasser les générations, donne du temps aux équipes et enrichit les pratiques par l’intervention de formateurs extérieurs.


Le SE-UNSA a demandé l'extension de ce dispositif.

Pour le SE UNSA, ce mode de formation ressemble à ce qui est mis en place en REP+ et qui est une grande avancée syndicale pour le travail en équipe. De la formation en équipe sur le temps de travail, voilà ce que demande le SE-UNSA pour toutes les écoles.


 


Un système Ă  rĂ©former rapidement !

Le pilotage uniquement par les circonscriptions pose de grandes limites.

Le SE-UNSA demande que chaque collègue puisse connaitre les animations proposées dans tout le département et puissent s’inscrire dans celles de son choix.

Cela évitera les déplacements pour certains, les redites en cas de mutations et correspondra plus aux attentes individuelles de chacun. Rappelons que :

  • La notion d’animation obligatoire n’existe pas.
  • Les dates des animations doivent ĂŞtre connues au moment de l’inscription.
  • La liaison Ă©cole collège est chronophage : tout ne rentre pas dans les 108h. Il faut changer les modes de concertations avec les collègues du second degrĂ© et libĂ©rer du temps pour les maĂ®tres de cycle 3. La concertation, c’est bien, si cela ne vire pas Ă  la rĂ©unionite.

Défendre la place des maîtres formateurs pour améliorer la formation de tous !

 

 

Le SE-UNSA a souligné l’apport indispensable des maitres formateurs dans les différentes formations (initiales ou continues, formations REP+, animations pédagogiques, formation des contractuels…). Leurs missions sont colossales et leur investissement n’est plus à démontrer. Les collègues sont attachés à leurs actions qui permettent un lien entre la recherche et la pratique.

Ainsi, le SE-UNSA demande que les PEMF soient en nombre suffisant pour pouvoir intervenir dans toutes les actions de formation.

Actuellement, la charge de travail est très lourde et nous touchons à la limite du dispositif. De nombreux collègues dans tout le département sont titulaires d’un CAFIPEMF même s’ils ne sont pas nommés sur des supports de PEMF. L’éloignement géographique de certains rend difficile leur sollicitation importante sur l’ESPE ou pour l’accueil d’étudiants. Cependant, leurs compétences mériteraient d’être mises à profit pour partager leurs pratiques au sein de classes typiques de notre département. En effet, le constat revient chaque année qu’il existe un fossé important entre l’année de formation initiale et le premier poste de titulaire.

A titre d’exemple, les cours multiples sont très fréquents dans le Puy de Dôme, et pourtant, les collègues stagiaires sont très rarement mis en situation de développer leurs compétences sur ce type de postes. Pour le SE-UNSA, une formation théorique à l’ESPE sur ce sujet, même encadrée par un intervenant de qualité et compétent en la matière, ne pourra jamais se substituer à l’apport d’un stage, d’observation et de pratique, encadré par un collègue expert et titulaire de son poste.
 
Ainsi, pour le SE-UNSA, il convient de mutualiser les bonnes pratiques et de solliciter toutes les personnes ressources possibles pour améliorer les dispositifs de formation (formation initiale, formations REP+, animations pédagogiques).

 


Formation à l’ESPE :

 

La formation initiale influe forcément sur ce qui doit être fait en formation continue.

 

La formation initiale vécue par les collègues stagiaires rencontre, chaque année, les mêmes écueils : densité des attentes qui pèsent sur eux, nombreux problèmes d’organisations induits par l'alternance (mi-temps ESPE, mi-temps école), redondance des enseignements théoriques entre le M1 et le M2...

Les PEMF tiennent l'Ă©difice Ă  bout de bras mais, cette annĂ©e de stage montre que tout faire rentrer dans une annĂ©e est impossible.

Les stagiaires courent partout sans pouvoir prendre du recul sur leur pratique. Ils essaient de répondre à toutes les sollicitations mais s'épuisent pour un rendu souvent insatisfaisant (de leur point de vue). Alors que leur premier poste est souvent en rural, en remplacement, en poste fractionné ou en ASH, ces aspects du métiers ne sont pas traités en bonne place lors de leur année de stage.


Si l'Ă©cole se veut bienveillante avec les Ă©lèves, le ministère devrait l'ĂŞtre avec ses stagiaires, en leur permettant d'avoir une entrĂ©e progressive dans le mĂ©tier et une formation sur 2 ans.


Formation REP+ : un cadre à préserver, un bilan à faire !

9 jours de formations sur le temps de travail, voilà une avancée syndicale dont on peut être fier.

Le SE-UNSA 63 demande d’ailleurs son extension aux autres Ă©coles. 3 ans après la mise en place, il est cependant nĂ©cessaire de revenir vers les collègues des REP+ pour en faire le bilan et amĂ©liorer les formations.

Le SE-UNSA 63 demande que chaque collègue puisse donner son avis sur les intervenants, les contenus et le pilotage. Il y aura sans doute de nombreuses demandes d’améliorations.


 

2 ans de formation initiale

36 semaines de formation continue pour 42 années d'exercice

Rendre concret le slogan : Enseigner, un métier qui s'apprend !

 
 
 
 
ALC