SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Non Ă  l’expulsion du territoire français d’Anxhi et de sa famille
Article publié le jeudi 11 février 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

pétition en ligne

Les représentants des parents d’élèves de l’école maternelle Victor Duruy souhaitent vous alerter sur la situation critique de la famille CENGA, réfugiée depuis 2013, un jeune couple et ses deux enfants, Anxhi (prononcer Anji) 5 ans née en Albanie et Angelo 2 ans né à Clermont- Ferrand.

Depuis jeudi 4 février, la petite Anxhi de 5 ans qui est scolarisée dans notre école, ne voit plus son papa. Elle vivait depuis 2 ans la vie d’une réfugiée, qui doit changer de lieu d’hébergement tous les mois avec ses parents en appelant 115. Le père, Admir, transporte chaque fois les valises. Parce qu’il est handicapé d’un bras, il utilise la poussette de son enfant, c’est à ce moment en attendant le tram qu’il a été contrôlé par la police qui lui a demandé de se présenter au commissariat. Il s’y est présenté, y est resté en garde à vue puis sa femme a reçu un coup de téléphone pour la prévenir qu’il ne rentrerait pas. Il est au Centre de Rétention de Lyon, en danger d’être expulsé. Cette nouvelle est d’une grande brutalité pour les parents d’Anxhi. Ils vivent avec la peur de l’expulsion vers l’endroit qu’ils ont fui.

Ils ont laissé leur pays, l’Albanie, en 2013 à cause de la situation invivable. Dans leur ville, la mafia a pris tous les droits sur les commerçants. Elle a brûlé leur magasin puis leur a adressé des menaces de mort. Quitter son pays, ce n’était pas un choix facile. Entre se résigner à la mort et avoir le courage de partir, ils ont choisi. C’est en France, notre pays des droits de l’homme, qu’ils ont espéré se reconstruire. Ils ont voulu survivre pour donner un avenir à leurs enfants. La mère était enceinte de 7 mois quand ils sont arrivés à Clermont-Ferrand. Leur gentillesse et leur sourire ne montre pas les blessures de leur vie difficile de réfugiés. Le père travaille aux Mains Ouvertes à Gerzat malgré son handicap. Cette maman ne parle pas encore français couramment, elle ne sait pas comme faire pour partager son chagrin avec d’autres parents de l’école.

C’est pourquoi les parents d’élèves élus et la FCPE font la démarche d’informer les autres parents de sa situation et d’appeler à un rassemblement devant l’école maternelle Victor Duruy, 43 rue de Châteaudun, mercredi 10 février à 11h45 et jeudi 11 février de 16h à 18h.

Venez nous rejoindre devant l’école maternelle pour proclamer qu’il y a des personnes, françaises ou étrangères qui défendent les droits humains , le droit des enfants de n’être pas séparés de leurs parents et de vivre en paix . On souhaite que cette famille ait le droit de vivre parmi nous et que ses enfants puissent apprendre et partager la joie de vivre avec nos enfants. Nous demandons le retour de leur père à Clermont-Ferrand.
Nous sommes choqués de constater que les procédures judiciaires réglementaires n'aient permis ni de faire valoir plus d'humanité ni de prendre en compte les dangers réels qui menacent cette famille.
Non au démembrement des familles !
Exigeons le retour d'Admir et sa régularisation !

 
 
 
 
ALC