SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Lettre Ă  monsieur Bianchi, maire de Clermont Ferrand : POUR UN PLAN D INVESTISSEMENT
Article publié le lundi 1er février 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Monsieur le Maire

 

Vous venez d’annoncer une hausse de la fiscalité locale que vous avez jugée comme nécessaire à la lumière des besoins structurels de Clermont Ferrand. Vous avez fait de la jeunesse une de vos priorités et vous avez souligné la mutation de Clermont-Ferrand.

Le Syndicat des Enseignants UNSA vous demande par conséquent dans quelle mesure cette rentrée fiscale supplémentaire pourra bénéficier aux écoliers clermontois qui seront pour beaucoup les forces vives économiques, culturelles et citoyennes de demain dans votre ville.

Si l’Education nationale gère le salaire des enseignants et l’orientation pédagogique des écoles, c’est bien la commune qui possède le patrimoine scolaire et a la charge d’investir puis de veiller à l’entretien des locaux. Son rôle est donc moteur.

La mairie donne également un montant financier par élève et des facilités en termes de transport qui doivent garantir le caractère libre et gratuit de la scolarisation publique. Les personnels municipaux dans les écoles, au même titre que les enseignants, sont également indispensables aux écoles.

Or, les écoles publiques de Clermont-Ferrand rencontrent de multiples problèmes qui ne sont pas seulement liés au nombre de professeurs affectés sur les écoles de la ville. L’investissement communal doit être, selon nous, en priorité donné à l’accompagnement du temps scolaire plutôt que sur le périscolaire. L’enjeu est sans commune mesure.

Le patrimoine scolaire est vieillissant. Il n’est parfois plus adapté aux transformations du secteur de recrutement. Alors que le dynamisme démographique de certains quartiers est appelé à perdurer, leurs écoles sont exiguës. Il faut faire le choix entre salle de classe et bibliothèque, renoncer à de nombreuses salles qui ne sont plus aux normes. Il faut sacrifier la seule salle des maitres, différer les temps de récréation tant la cour est petite…

Oui, les besoins structurels de Clermont Ferrand existent et les Ă©coles en font partie.

D’ailleurs, les écoles privées, qui rencontrent malheureusement de plus en plus de succès dans la ville, ne s’y sont pas trompées et s’enorgueillissent de nouveaux bâtiments modernes qui agissent comme un argument marketing supplémentaire pour les classes moyennes de notre cité.

L’école publique, elle,  reste fidèle Ă  ses valeurs rĂ©publicaines et laĂŻques en accueillant tous les enfants et en leur assurant  la gratuitĂ© de l’enseignement.

Cette volontĂ© a un corolaire : l’école de tous doit ĂŞtre aussi l’école de l’excellence, l’école de l’exigence. Face Ă  des structures privĂ©es qui mettent en avant leurs bâtiments mais aussi leurs Ă©quipements modernes, l’école Publique ne peut pas ĂŞtre en retrait.

Les enseignants ont de nombreux projets et notamment numériques qui ne peuvent aboutir faute d’équipements. Nous sommes à un moment où le foisonnement pédagogique est à un haut niveau. Il faut que la municipalité accompagne ce mouvement.

Les défis liés à l’accueil des élèves allophones, des élèves en situation de handicap, imposent des changements dans la gestion de classe. Les enseignants font de leur mieux mais ont besoin d’aide matérielle et humaine. Il faut libérer les initiatives et pas seulement en éducation prioritaire.

En effet, ce classement strictement Education Nationale, ne correspond pas à la réalité de Clermont Ferrand. De nombreuses écoles ne bénéficient pas de moyens REP et ont pourtant, chiffres à l’appui, des caractéristiques similaires.

Certaines Ă©coles n’arrivent plus Ă  faire vivre la mixitĂ©, car si le quartier comporte toutes les couches sociales, ces Ă©coles publiques, elles, ne voient plus les classes moyennes inscrire leurs enfants dans l’école publique de proximitĂ©.  Ce mouvement s’amplifie et nous inquiète fortement.

C’est un fait, et c’est parce que nous refusons que cela soit considĂ©rĂ© comme une fatalitĂ© que nous souhaitons vous rencontrer mais au-delĂ , qu’un grand plan d’investissement scolaire  soit mis en place.

Il ne s’agit pas de lancer de l’argent public au hasard mais de donner la possibilité aux écoles publiques clermontoises de mener correctement les projets pédagogiques et culturels qui leur tiennent à cœur, ainsi que de les équiper du matériel indispensable à la transmission des nouveaux programmes de l’école primaire. A l’heure où le numérique est présent partout et que de nombreuses municipalités de grandes villes ont déjà fait le choix de doter leurs écoles des moyens nécessaires, les écoles publiques clermontoises font grise mine.

Nous savons que vous avez décidé de donner la gratuité des transports urbains pour les écoles l’an prochain. C’est une mesure qui est dans la ligne de vos discours. Mais nous pensons que cela doit être amplifié.

Notre Ecole Publique doit avoir l’image qu’elle mérite, celle d’une école pour tous, du mélange social, du vivre ensemble mais aussi d’un haut niveau d’exigence. Pour cela, Monsieur le Maire, une politique municipale ambitieuse doit être menée en direction de la seule école que nous reconnaissons comme faisant partie du pacte républicain, l’école Publique.

Nous sommes Ă  votre disposition pour vous rencontrer et connaitre les mesures que vous souhaitez prendre pour les Ă©coles Clermontoises.

Recevez, monsieur le Maire, nos  respectueuses salutations.

Pierre Vallejo

Secrétaire départemental du SE-UNSA 63

 

 
 
 
 
ALC