SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
JournĂ©e de prĂ©-rentrĂ©e : l’avis des enseignants compte
Article publié le mardi 27 mai 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Cher(e)s Collègues

Le SE-UNSA 63 a dĂ©cidĂ©  d’écrire cette lettre ouverte aux enseignants du premier degrĂ© suite Ă  la polĂ©mique sur la journĂ©e de prĂ©-rentrĂ© modifiĂ©e. Elle dĂ©taille notre opinion et nos propositions.

  1. Notre Opinion

Nous avons reçu de nombreux mails et interpellations des enseignants du premier degrĂ©  pour nous faire part de leur mĂ©contentement, de leur incomprĂ©hension voire de leur Ă©motion. Le SE-UNSA 63 partage cette position et est solidaire de la position majoritaire des enseignants des Ă©coles du 63.

Nous avons pu constater le dĂ©ferlement mĂ©diatique qui discrĂ©dite la profession et qui ne correspond pas Ă  la rĂ©alitĂ© du travail quotidien de nos collègues. La caricature de « l’enseignant privilĂ©giĂ© Â» en sort renforcĂ©e et l’image de la profession Ă©cornĂ©e. L’amalgame entre tous  les syndicats est Ă©galement injuste.

Le SE-UNSA 63 constate que de nombreux collègues sont déjà présents dans les écoles fin août. Ce n’est pas un phénomène récent mais un élément de notre culture professionnelle. Préparer la classe, les fournitures, rencontrer les collègues, tant de choses indispensables pour assurer aux élèves une rentrée sereine.

Le ministre a repoussĂ© la prĂ©-rentrĂ©e en ajoutant aussitĂ´t qu’il faudrait rattraper la journĂ©e du lundi devant Ă©lève dans l’annĂ©e scolaire Ă  cause d’un problème informatique. Qui peut croire Ă  cette raison alors que cela se faisait les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes ?  Le ministre aurait du avoir l’honnĂŞtetĂ© de dire qu’il rĂ©pondait Ă  la demande de certains  syndicats qui avaient signĂ© la pĂ©tition « Pas de prĂ© rentrĂ©e en aoĂ»t Â». Vous ne trouverez pas le SE-UNSA dans la liste des signataires puisque le contenu  n’abordait  pas les consĂ©quences d’un tel report en terme de rattrapage.

Quid des jours de rattrapage ? Les deux mercredis travaillĂ©s vont- ils ĂŞtre choisis par les conseils des maitres ou imposĂ©s ? Va-t-on devoir travailler le lundi 6 juillet ? Le SE-UNSA y est clairement opposĂ©.

Quid de la journĂ©e de solidaritĂ© ? L'annĂ©e dernière, elle avait Ă©tĂ© laissĂ©e Ă  l'apprĂ©ciation des conseils des maĂ®tres. Ces derniers avaient dĂ©cidĂ© majoritairement de faire une journĂ©e de prĂ©-rentrĂ©e supplĂ©mentaire en aoĂ»t. Est-ce que ce sera encore possible ? Va-t-on devoir rattraper 2 demi-journĂ©es supplĂ©mentaires ou va-t-on nous supprimer le lundi de pentecĂ´te ?

Pour complĂ©ter la rĂ©flexion, dans le calendrier scolaire 2014-2015, il est Ă©crit que deux demi journĂ©es (ou horaire Ă©quivalent), prises en dehors des heures de cours, doivent ĂŞtre dĂ©gagĂ©es avant les vacances de la Toussaint afin de prolonger les rĂ©flexions engagĂ©es le jour de la prĂ©-rentrĂ©e.  Cela pourrait au final porter Ă  6 le nombre de demi-journĂ©es Ă  rattraper!

Vous l'aurez compris, la situation de l'annĂ©e dernière avec les nombreux couacs se reproduit. Le SE-UNSA 63 avait demandĂ© et obtenu, localement, la tenue d'un groupe de travail en avril 2014  sur ces questions de calendrier scolaire. Il avait fait des propositions Ă  l'administration pour Ă©viter ces dysfonctionnements.

Rappelons que nous sommes à un mois de la fin de cette année scolaire et que nous ne connaissons toujours pas l'organisation de la prochaine. Ce sont les raisons pour lesquelles Le SE-UNSA 63 demande à madame l’inspectrice d'Académie la tenue d’une instance officielle pour traiter ce dossier dans les plus brefs délais.

Le SE-UNSA 63 refuse que les considĂ©rations des  enseignants des Ă©coles soient ignorĂ©es, mĂ©prisĂ©es et mĂŞme parfois raillĂ©es dans les mĂ©dias. Il ne s'engagera pas non plus dans un clivage premier-second degrĂ©.

  1. Nos propositions

Pour le SE-UNSA, ce n’est ni aux Ă©lèves, ni aux enseignants de faire les frais d’une gestion calamiteuse de ce dossier. Cette journĂ©e devant Ă©lèves non faite  ne doit donc pas ĂŞtre rattrapĂ©e dans l’intĂ©rĂŞt de tous.
L'argument des 36 semaines complètes  devant  Ă©lèves est « un mythe » puisqu'en fonction du zonage et des jours fĂ©riĂ©s, aucun Ă©lève de France ne fait le mĂŞme nombre de jours de classes.

Dans le cas où la hiérarchie imposerait un rattrapage, nous demanderions que celui ci soit sans élèves.

Nous demanderons Ă©galement que les conseils des maitres puissent dĂ©cider la date de "la journĂ©e rattrapĂ©e" et  par consĂ©quent qu'ils puissent revenir au 29 aoĂ»t s'ils le souhaitent.

Donner la parole et la décision aux collègues est la meilleure solution pour sortir de cette situation.

Pour nous donner plus de force, nous vous invitons Ă  signer la pĂ©tition locale Â« PrĂ©-rentrĂ©e : l’avis des enseignants compte Â». Nous la remettrons Ă  madame la DASEN.

Être à l’écoute des collègues, faire des propositions, être utile et offensif…Voilà notre conception du syndicalisme.

 
 
 
 
ALC