SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Gel des avancements, des primes...l’Unsa exige un engagement ferme de renoncement
Article publié le jeudi 6 février 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

L’UNSA a exprimĂ© sa colère et celle des agents auprès de la ministre le 13 fĂ©vrier, lors de l’ouverture de la rĂ©union sur les parcours professionnels, carrières et rĂ©munĂ©rations :
"C’est avec surprise et colère qu’on a vu s’installer parmi les responsables de la majorité gouvernementale un débat sur la possibilité de geler les avancements ou primes des fonctionnaires.
L’UNSA exige que le gouvernement s’engage à abandonner le gel des avancements, sinon ce serait pour elle une cause de conflit majeur.
Une nĂ©gociation qui aurait pour rĂ©sultat principal que des reculs pour les fonctionnaires se ferait alors sans nous !"

Madame la minis­tre
A l’ouver­ture de cette réu­nion conclu­sive sur la méthode qui pour­rait être suivie d’une négo­cia­tion sur les par­cours pro­fes­sion­nels, car­riè­res et rému­né­ra­tions, nous sommes inquiets.
Dès la pre­mière pré­sen­ta­tion du rap­port Pêcheur, dès l’ouver­ture du cycle de réu­nions, nous avons rap­pelé la néces­sité de lever l’hypo­thè­que bud­gé­taire qui pesait sur une éventuelle remise à plat des car­riè­res et des grilles. Nous avions enre­gis­tré de façon posi­tive lors de la pré­sen­ta­tion de ses vœux à Metz le 23 jan­vier, le dis­cours du pre­mier minis­tre sur des ser­vi­ces publics forts. De même, la réaf­fir­ma­tion de l’atta­che­ment à une fonc­tion publi­que de, l’affir­ma­tion des valeurs et de la per­ti­nence du statut, les mesu­res sur le dérou­le­ment de car­rière des caté­go­ries C, ont notre appro­ba­tion.
C’est donc avec une très grande sur­prise et une cer­taine colère qu’on a vu s’ins­tal­ler parmi des res­pon­sa­bles de la majo­rité gou­ver­ne­men­tale un débat sur la pos­si­bi­lité de geler les avan­ce­ments des fonc­tion­nai­res.
L’UNSA le dit tout net : Ce serait pour elle une cause de conflit majeur et elle ne pour­rait plus par­ti­ci­per Ă  des nĂ©go­cia­tions sur les car­riè­res dont on aurait sapĂ© l’essence mĂŞme. Nous en avons dès le 6 fĂ©vrier appelĂ© au Premier minis­tre pour qu’il rejette cette idĂ©e. C’est ce qu’il a, pour partie, fait ce matin sur une radio.
Cet épisode illus­tre l’extrême sen­si­bi­lité et la ten­sion qui habite aujourd’hui les agents publics. Quatre ans de gel des rému­né­ra­tions, les décla­ra­tions cons­tan­tes ten­dant à les rendre res­pon­sa­bles des dif­fi­cultés bud­gé­tai­res du pays sont deve­nus insup­por­ta­bles.
Faut-il rap­pe­ler que les dépen­ses publi­ques concou­rent à l’inves­tis­se­ment et à la per­for­mance de l’économie. Elles assu­rent la cohé­sion sociale et la soli­da­rité au sein de la société et sont l’affaire de tous, agents publics com­pris.
Ils ont déjà fait beau­coup d’efforts pour repren­dre l’expres­sion de B. Cazeneuve. Ils atten­dent des signes de confiance.
L’UNSA demande donc :
- que le contexte bud­gé­taire de la réu­nion soit éclairci

  • que soit confirmĂ© l’aban­don du gel des avan­ce­ments
  • que soit pro­gram­mĂ©e rapi­de­ment une nĂ©go­cia­tion sala­riale incluant 2014, notam­ment pour faire face Ă  la baisse du pou­voir d’achat que le Premier minis­tre dit ne pas accep­ter.

En conclu­sion, une négo­cia­tion qui n’aurait pour résul­tat prin­ci­pal que des reculs pour les fonc­tion­nai­res se ferait sans nous. " La confiance ne se décrète pas, elle se cons­truit"

 

 
 
 
 
ALC