SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Evaluation des Ă©lèves : un rapport pour dĂ©chiffrer
Article publié le dimanche 1er décembre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Un rapport de l’IGEN(*) éclaire les enjeux et les logiques d’évaluation en œuvre actuellement en France, à l’école et au collège. Il appelle à plus de cohérence et de continuité, essentielles pour la mise en œuvre du socle commun.

Ă€ l’école primaire, le premier constat est celui d’une variĂ©tĂ© des dispositifs d’évaluation, avec toutefois la primautĂ© des apprĂ©ciations littĂ©rales. Cette «bonne intention» est «parfois mal maĂ®trisĂ©e». L’évaluation de type «acquis/en cours/non acquis» ou l’évaluation binaire, se dĂ©veloppent avec l’avancement dans les cycles. Mais la qualitĂ© des apprĂ©ciations est très variable et les codages utilisĂ©s tĂ©moignent d’une «grande diversitĂ© entraĂ®nant parfois de l’incohĂ©rence et un manque rĂ©el de lisibilité». L’évaluation chiffrĂ©e, un Ă©piphĂ©nomène selon les rapporteurs, est toujours prĂ©sente en primaire, notamment au cycle 3. 

Au collège, 418 expérimentations concernaient une évaluation par compétences en 2012, le plus souvent une seule classe dans l’établissement. L’évaluation par compétences permet de «construire un enseignement qui met davantage de sens dans l’acquisition des apprentissages». Les rapporteurs notent les effets positifs sur les pratiques pédagogiques, mais la classe sans note est parfois perçue comme une classe à part, qui peut inquiéter et susciter tensions et incompréhensions. La pérennité des projets est dépendante de la stabilité des équipes, qui s’investissent fortement dans ces projets.

La mission pointe du doigt le «faible degré d’implication des inspecteurs pédagogiques régionaux dans l’accompagnement des équipes», alors que c’est «une condition sine qua non à la poursuite de ces innovations». Les Conseillers académiques en recherche-développement, innovation et expérimentation (Cardie) s’avèrent bien souvent les seuls soutiens.

Le rapport pointe globalement le manque de réflexion pédagogique sur la question de l’évaluation, même si l’introduction du socle commun et de la notion de compétences a fait bouger les lignes.

Les exigences institutionnelles contradictoires, cumulatives, pèsent sur les enseignants (double livret en primaire, LPC et notes au collège). Le cadrage français est défaillant, contrairement aux pays qui ont de bons résultats aux évaluations internationales.

L’évaluation, nœud important de la relation école-famille, reste un enjeu de communication mal maîtrisé, même si les parents font globalement confiance aux professeurs.

Pour l’Inspection gĂ©nĂ©rale, au final, les solutions passent par un meilleur «pilotage» des cadres intermĂ©diaires. Mais ces conclusions nĂ©gligent la nĂ©cessitĂ© de formation commune, notamment entre professeurs d’école et de collège, et isolent l’enjeu de l’évaluation des Ă©lèves des questions d’orientation, de certification, de pratiques pĂ©dagogiques. 

(*) Compte-rendu complet et notre dossier sur l’évaluation des élèves sur http://ecolededemain.wordpress.com #sansnotes

 

 

 
 
 
 
ALC