SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - Fax. 04 73 19 83 87 - 63@se-unsa.org

 
Rythmes scolaires : les apprentissages d’abord
Article publié le lundi 4 février 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
C’est localement que tout doit se dĂ©cider mais après des mois de considĂ©rations diverses et variĂ©es, de dĂ©sinformation, il est difficile de commencer Ă  dessiner concrètement ce que pourrait ĂŞtre la nouvelle semaine scolaire de son Ă©cole. Enseignants, invitons nos partenaires Ă  prendre le temps et ne perdons pas la main. Rappelons bien le premier objectif de cette rĂ©forme : favoriser les apprentissages des Ă©lèves. Notre avis est alors essentiel.

Alors que les discussions ne font que dĂ©buter, des mairies envisagent trop rapidement de rĂ©soudre l’équation par un allongement de la pause mĂ©ridienne. Si cela peut avoir du sens lorsque des activitĂ©s pĂ©ri-Ă©ducatives adĂ©quates seront proposĂ©es, trop souvent cela se rĂ©sumera Ă  du temps libre surveillĂ© dans la cours ou sous le prĂ©au les jours de pluie. Dans ses conditions, plus question de trouver par la suite en classe le pic de vigilance identifiĂ© par les chronobiologistes. Les Ă©lèves reviendraient en classe Ă©nervĂ©s et il faudrait beaucoup de temps pour rĂ©cupĂ©rer les capacitĂ©s des uns et ce sera impossible pour d’autres. Le bĂ©nĂ©fice de 5 matinĂ©es d'apprentissages plutĂ´t que 4 serait hypothĂ©quĂ© par des après-midis dĂ©gradĂ©s.

La pause méridienne rallongée ne peut être la solution de facilité

Bien sûr, cette pause méridienne rallongée est une solution apparemment facile mais elle n’est pas nécessairement la bonne. Et en tous cas, pas nécessairement pour tous les jours de la semaine. Tout d’abord parce que son contenu conditionne le reste de la journée. Ensuite parce que, ne libérant pas les enfants plus tôt, elle empêcherait de concevoir de nouvelles passerelles avec les clubs et associations. De même la pause méridienne allongée, ne permet pas aux parents de récupérer leurs enfants plus tôt alors que les horaires des familles sont très divers et irréguliers sur la semaine.

Le temps de la discussion locale est arrivĂ©. Le Maire a jusqu’au 31 mars pour demander le report (en saisissant d’abord le conseil gĂ©nĂ©ral avant le 9 au sujet des transports). Les projets d’organisation de la semaine seront validĂ©s ensuite jusqu’à fin avril. L’étape de discussion ne doit pas ĂŞtre bâclĂ©e. Ce n’est pas parce que les textes ont tardĂ© Ă  ĂŞtre publiĂ©s qu’il faut maintenant faire vite en ratant l’essentiel : favoriser les apprentissages des Ă©lèves. Pour la pause mĂ©ridienne comme pour les autres temps de l’enfant, l’entrĂ©e gestionnaire ratera la cible. Les enseignants ont des arguments prĂ©Ă©minents Ă  faire entendre. A nous de jouer.

 

 

 

 
 
 
 
ALC