SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - Fax. 03 21 71 01 77 - 62@se-unsa.org

 
Le SE-Unsa porte vos doléances auprès du cabinet de la ministre
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Une délégation du SE-Unsa a été reçue par Mme Lacroix, membre du cabinet de Mme la Ministre de l’Education Nationale à l’occasion de sa venue dans notre département à Lens ce vendredi 21 novembre.
 
Nous lui avons fait remonter nos doléances pour le Pas-de-Calais et pour les collègues du 1er degré.
 
Revalorisation
Nous avons demandé l’équité entre 1er et 2nd degré avec l’augmentation de l’ISAE pour qu’elle atteigne le même montant que l’ISOE du 2nd degré (1200€ annuels)
Nous avons réclamé l’augmentation du ratio de hors-classe à 7% au lieu de 4% actuellement.
Nous avons dénoncé le gel de notre point d’indice.
 
Personnels
Nous  vons demandĂ© une attention particulière aux personnels prĂ©caires de l’Education Nationale et rĂ©clamĂ© des emplois pĂ©rennes sur les postes d’aide administrative auprès des directrices et directeurs d’école.
 
Carte scolaire
Nous avons rĂ©clamĂ© que notre dĂ©partement cesse d’être classĂ© en « zone urbaine homogène Â» ce qui le handicape au niveau des dotations en postes. Nous avons rappelĂ© que le Pas-de-Calais est le dĂ©partement de France qui a le plus de communes de moins de 500 habitants. Si c’est ça une zone urbaine homogène! … Il ne faut pas que les dotations en postes soient simplement absorbĂ©s par la hausse dĂ©mographique, les moyens doivent donc ĂŞtre Ă  la hauteur.
Nous avons rappelé que pendant des années notre département a scolarisé jusqu’à 40% des enfants de moins de 3 ans sur ses moyens propres. Nous avons ensuite subi pendant une dizaine d’années beaucoup de retraits de postes au regard de notre fort taux de scolarisation des 2 ans, sous le prétexte que nous étions bien au-dessus de la moyenne nationale. Nous avons dénoncé cette injustice.
 
REP
Nous avons dénoncé l’absence de transparence dans la nouvelle carte des REP et dénoncé l’injustice faite aux 8 collèges du Pas-de-Calais qui sortaient de l’éducation prioritaire. Nous avons demandé que Mme la ministre donne des moyens au département pour que ces écoles qui sortent de l’éducation prioritaire ou qui ne peuvent y entrer malgré un tissu social local très défavorisé puissent bénéficier, au-delà de l’indemnité REP sauvegardée pour les 3 ans à venir, des moyens alloués aux REP (prise en compte des enfants de moins de 3 ans dans les calculs de carte scolaire, dispositif plus de maîtres que de classes, seuils de fermetures et d’ouvertures identiques aux écoles en REP).
 
Refondation
Nous avons précisé que les créations de postes pour le retour à une véritable formation initiale des futurs enseignants allaient dans le bons sens.
Nous avons approuvĂ© la continuitĂ© pĂ©dagogique entre primaire et collège avec la crĂ©ation du nouveau cycle 3. Le parcours scolaire d’un Ă©lève doit cesser d’être « saucissonnĂ© Â». 
Nous avons demandĂ© que les moyens correspondant aux 6ème de SEGPA (les postes) ne passent pas par pertes et profits si l’orientation en SEGPA devait se faire en fin de cycle (donc en fin de 6ème). 
 
Le socle et les programmes
Nous avons demandĂ© un socle qui prenne en compte l’élève, qui cesse d’être Ă©litiste. Si les rĂ©sultas des Ă©lèves français ne cessent de se dĂ©grader depuis des annĂ©es (enquĂŞte PISA), les 20% d’élèves qui rĂ©ussissent le mieux ont, eux, vu leurs rĂ©sultats encore s’amĂ©liorer, preuve que les programmes et le socle commun ne sont pas au service de l’ensemble des Ă©lèves de nos Ă©coles. 
« Ce n’est pas en relevant le plafond qu’on relèvera le plancher Â» Claude Lelièvre Ă  propos des programmes de 2008.
 
Nous avons remis nos doléances pour qu’elles soient transmises à Mme Vallaud-Belkacem.
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir