SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - 62@se-unsa.org

 
DĂ©fendre les valeurs de la RĂ©publique ? Pas sans vous M. le Ministre
Article publié le jeudi 28 octobre 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

La promotion des valeurs de la République et du principe de laïcité font partie de l’ADN du SE-Unsa. En ce sens, nous accueillons favorablement le plan de formation annoncé par le ministère, et qui correspond à un besoin exprimé des enseignants et personnels d’éducation.

Ce plan prévoit la formation de 250 000 agents par an, qui bénéficieront de deux demi-journées de formation. Ainsi, l’urgence des besoins a sans doute conduit le ministère à privilégier la surface de formation plutôt que sa profondeur, qui aurait pu offrir du temps aux équipes éducatives pour construire des projets pédagogiques correspondant aux problématiques rencontrées localement.

Mais le lancement de ce plan de formation, a donné lieu à une polémique consécutive aux propos du ministre de l’Éducation nationale : « Si vous voulez devenir plombier et que vous avez un problème avec les tuyaux, vous choisissez un autre métier. Il faut en faire un autre. Si vous devenez professeur, vous transmettez les valeurs de la République. Et si vous ne les transmettez pas et si même vous militez contre les valeurs de la République, éventuellement sortez de ce métier, parce que vous vous êtes trompés à un moment donné »

Ainsi, le fond du propos du ministre n’a rien de nouveau et figure déjà dans le premier article du code de l’Éducation qui précise clairement que « Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. » Sur le terrain, ces valeurs sont largement partagées et mises en œuvre par les enseignantes et enseignants, ce que confirment les corps d’inspection.

Toutefois et de manière très prévisible, le ton hâbleur de cette sortie a suscité un grand nombre de réactions hostiles, qui consolident l’effet recherché : apparaitre auprès de l’opinion publique comme un authentique défenseur des valeurs républicaines. Cela s’inscrit dans la continuité du lancement de son think tank nommé « le laboratoire de la République ».

Si ces propos étaient destinés à œuvrer concrètement, en faveur des valeurs de la République, le ministre aurait dû s’interroger quant aux personnels de l’enseignement public, et surtout de l’enseignement privé ayant manifesté dans une tribune leur soutien à Éric Zemmour, lequel vante perpétuellement les mérites de Philippe Pétain, qui a notamment abattu la République en instaurant le régime de Vichy.

De plus, le premier article de notre constitution indique que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Or, cet élément social manque cruellement au laboratoire du ministre : la mixité scolaire n’est aucunement recherchée, les fonds sociaux destinés aux élèves les plus défavorisés ont diminué de 17% depuis 2017, l’enseignement privé – principal opérateur du séparatisme scolaire – est systématiquement avantagé au bénéfice de la frange la plus favorisée de la population. Pire, la ségrégation scolaire est une réalité quotidienne pour les milliers d’élèves scolarisés dans les cent collèges ghettos repérés par le Cnesco en 2016. C’est souvent dans ces sites que se concentrent les difficultés d’enseigner les principes qui nous animent. Sur ce sujet, l’inaction des pouvoirs publics est dangereuse.

Pour le SE-Unsa, l’exercice d’un ministère ne doit pas se confondre avec l’orchestration de positionnements essentiellement destinés à s’élever vers un avenir politique pour lequel ni l’École ni ses personnels ne veulent servir de marchepied.

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir