SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - 62@se-unsa.org

 
Contrats Locaux d’Accompagnement (CLA) : un correctif intĂ©ressant, mais un nouveau mode d’organisation inacceptable
Article publié le lundi 8 février 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le dispositif CLA est porté par la secrétaire d’Etat chargée de l’Education Prioritaire, Nathalie Elimas, et il sera expérimenté pour deux ans dans les académies de Nantes, Aix-Marseille et Lille.

Un comité de suivi académique a été installé lundi 11 janvier. La rectrice d’académie en préambule a précisé que cette expérimentation n’était pas un nouveau mode de pilotage, tout en précisant que la carte de l’Education Prioritaire ne serait pas modifiée avant 2023.

DĂ©cryptage

L’un des objectifs des CLA est de compenser les moyens des écoles orphelines de l’éducation prioritaire et de la ruralité . Il s'agirait d'un accompagnement dépassant le cadre des établissements relevant actuellement de l'EP.
Un des défauts d’une carte Education Prioritaire figée pouvait résider dans ces écoles hors-réseau qui ne bénéficiaient pas des avantages de l’Education Prioritaire tout en en ayant les caractéristiques. De même, les caractéristiques sociales et scolaires peuvent bouger sur quelques années pour certaines écoles ou EPLE, et certains sont pénalisés.

A ce jour, seules 27 écoles (20 dans le 59, 7 dans le 62) seront concernées par ces expérimentations.
La rectrice a annoncé que pour les écoles et les établissements, il n’y aurait pas d’appel à candidature, néanmoins les conseils d’école et conseils d’administration devront se prononcer favorablement sur le projet et la contractualisation.
Nul doute que le hasard faisant bien les choses, ces écoles et établissements seront amicalement sollicités par les DASEN…

En plus de moyens humains, ces Ă©coles devraient pouvoir disposer de crĂ©dits pĂ©dagogiques spĂ©cifiques (espĂ©rons le !), les collègues d'IMP, d'heures supplĂ©mentaires, et des avantages de carrière analogues Ă  ceux des REP. Le ministère commence seulement Ă  rĂ©flĂ©chir aux vĂ©hicules rĂ©glementaires pour mettre en place ces propositions.

Ces points concerneront également les personnels des EPLE du second degré même si l’Unsa-Education a immédiatement interrogé la rectrice sur les personnels concernés.
En effet, les Assistantes sociales ou AED/AESH sont exclues de ces primes REP/REP+.

Par contre les EPLE ne bĂ©nĂ©ficieront pas de moyens humains supplĂ©mentaires, ce qui pour nous reprĂ©sente un frein Ă  la prĂ©sentation des CLA dans le second degrĂ©. Comment oser aujourd’hui solliciter un LGT, un LPO ou un LP dans un contexte de crise sanitaire, d’une rĂ©forme du lycĂ©e et du bac non prĂ©parĂ©e (euphĂ©misme) et en mode hybride des enseignements pour lui prĂ©senter un CLA sans moyens supplĂ©mentaires ?

Faut-il rappeler que Madame la Rectrice appliquera la prĂ©paration de rentrĂ©e 2021 de Monsieur le Ministre et ses 194 suppressions de postes ?

Le CLA est pour le second degré, à cette heure, inutile et indécent.

De même si le dispositif, expérimental, rappelons-le, est fortement axé sur la contractualisation et le projet, il ne peut pas signifier pour nous un nouveau mode d’organisation et de pilotage de l’Education Prioritaire.

L’enjeu de la fluiditĂ© des parcours qui devait trouver une rĂ©ponse dans l’esprit de rĂ©seau est encore bien loin des objectifs dans la rĂ©alitĂ©. Par exemple, oserions nous faire une photographie de la relation Ecole-Collège Ă  cette heure ? En Ă©ducation prioritaire ou pas ?

En conclusion, si l’Unsa-Education souhaite conforter la prise en charge des écoles, des collèges et lycées en fonction de caractéristiques sociales, elle fera en sorte que les moyens de l’Education Prioritaire ne se diluent pas demain dans un rapport uniquement contractualisé, à court terme, individuel et managérial.

Nicolas Penin, Secrétaire régional Unsa-Education

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir