SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - 62@se-unsa.org

 
AESH le grand ratĂ© de la rentrĂ©e : le SE-Unsa Ă©crit au ministre
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Chaque jour qui passe apporte son lot de dysfonctionnements dans la gestion humaine et administrative des AESH.
Alors que le nouveau cadre réglementaire prévu par la circulaire de juin devait sécuriser et reconnaître les personnels, c’est trop souvent l'inverse qui se produit.


Les contrats non édités et ou les salaires versés avec retard (et de manière incomplète !) en sont les exemples les plus visibles, mais surtout les plus inacceptables.
Pour le SE-Unsa ce n’est hélas pas une surprise : dès juin nous avons alerté sur l’impossible équation qui allait devoir se résoudre en trois mois : gérer plus d’agents, tout en mettant en place de nouveaux services de gestion administrative et de ressources humaines, le tout sans moyens supplémentaires !

Le SE-Unsa, présent et actif localement pour obtenir des explications, et débloquer les situations d’urgence, écrit au ministre (courrier en PJ) pour l’interpeler officiellement sur ce qu’il faut bien appeler un fiasco en terme de gestion, et de reconnaissance des personnels accompagnants.

L’urgence passée, viendra le temps du bilan sur l’application de la circulaire : pour le SE-Unsa le compte n’y est pas pour les AESH, et il faut que le ministère réagisse.

Le nouveau mode de calcul du temps de service souffre d’imprécisions réglementaires : comme nous le craignons, il est dévoyé sur la quasi totalité du territoire. Les engagements d’information faits aux accompagnants sur leur interlocuteur local ou encore la communication de leur numen et adresse professionnelle n’ont pu être tenus.

Certains modules de formation se tiendront pendant les congĂ©s de Toussaint, sans qu’aucune information suffisamment  anticipĂ©e n’ait Ă©tĂ© faites aux agents, et alors mĂŞme que leur contrat ne traduit pas toujours la reconnaissance financière qui doit accompagner cette nouvelle organisation.

Enfin, quand les rectorats mettront-ils en application la tenue de l’examen professionnel et du réexamen triennal de la rémunération ?


Le SE-Unsa demande au ministre de prendre ses responsabilités. Le préjudice financier et humain doit être reconnu. Des explications doivent être données, des solutions trouvées. Enfin, pour ne pas revivre les situations intolérables de cette rentrée, et transformer les intentions en actes pérennes, nous demandons la réouverture des discussions sur la circulaire du 5 juin 2019.

 


 
 
 
 
Cliquez pour agrandir