SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - 62@se-unsa.org

 
Loi Blanquer et positionnements syndicaux
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa s’oppose à la loi Blanquer et en particulier à l’article 6 quater qui acte dans l’état actuel du projet la création des EPLSF (Établissements Publics Locaux des Savoirs Fondamentaux). Cet article permet de rattacher des écoles primaires au collège et fait perdre toutes leurs compétences aux directrices et directeurs d’école dont la disparition pure et simple est légalement possible.

 

Au SE-Unsa, nous ne mĂ©langeons pas tout. Quand nous lançons un mot d’ordre de manifestation ou de grève, nous n’y incorporons pas un tas de revendications annexes oĂą forcĂ©ment on peut toujours trouver un motif pour contester mais qui, au final, dilue la principale revendication dans un patchwork contestataire. Ainsi, dans le cadre de notre opposition au projet de loi intitulĂ© « Pour une Ă©cole de la confiance Â», nous appelons les collègues Ă  se rassembler et Ă  manifester avec un seul mot d’ordre : NON A LA LOI BLANQUER.

 

D’autres organisations font un autre choix et leurs revendications sont multiples voire sortent du champ Education Nationale. A chacun sa stratégie en fonction de ses propres valeurs et de ses propres mandats. Et au SE-Unsa nous n’avons pas à commenter des choix différents du nôtre.

 

C’est dans ce cadre que le samedi 30 mars, nous avons appelĂ© au rassemblement devant les 6 sous-prĂ©fectures et la prĂ©fecture du Pas-de-Calais uniquement autour de ce mot d’ordre : Non Ă  la loi Blanquer et en particulier, non Ă  ses EPLSF. Nous estimons, avec le Sgen-CFDT, qu’il fallait rĂ©unir au-delĂ  des enseignants. D’oĂą notre appel commun avec la FCPE en direction des parents et des Ă©lus. Ces rassemblements locaux ont Ă©tĂ© un vrai succès et nous tenons Ă  remercier les parents, les Ă©lus et les collègues qui y sont venus. Nous avons Ă©tĂ© reçus en audience par 4 sous-prĂ©fets et le directeur de cabinet de la prĂ©fecture d’Arras. Ils feront remonter nos revendications. Mme la sous-prĂ©fète de Montreuil qui n’a pu se rendre disponible, retenue par d’autres obligations, tient Ă  nous rencontrer quand mĂŞme pour faire le point avec nous. Ce sera chose faite ce mercredi 3 avril. Preuve que ce mouvement de fond contre la loi Blanquer interroge et inquiète au plus haut niveau.

 

Pour info.

Une organisation syndicale Ă  qui le SE-Unsa et le Sgen-CFDT avaient proposĂ© cette action l’a dĂ©clinĂ©e. D’autres organisations syndicales, en dĂ©saccord avec le fait que nous n’appelions Ă  nous rassembler « QUE Â» contre la loi Blanquer ont fait savoir leur dĂ©saccord de ce mot d’ordre, tout en appelant Ă  nous rejoindre ! Nous ne ferons aucun commentaire sur ces positionnements car comme nous l’avons soulignĂ© plus haut : Ă  chacun sa stratĂ©gie en fonction de ses propres valeurs et de ses propres mandats.

Au final, le nombre consĂ©quent de militants de toutes ces organisations syndicales qui Ă©taient prĂ©sents Ă  nos cĂ´tĂ©s ce samedi 30 mars, malgrĂ© pour certains leur dĂ©cision de ne pas se joindre Ă  l’action, nous a confortĂ©s sur le fait que nous Ă©tions dans le vrai. La prĂ©sence en nombre des parents, des Ă©lus et des collègues a assurĂ© le succès de ces rassemblements. Comme les militants des autres organisations syndicales qui nous ont rejoints avec force mĂ©gaphone et drapeaux…  

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir