SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - Fax. 03 21 71 01 77 - 62@se-unsa.org

 
Loi pour l’Ecole de la confiance : mal ficelĂ©e, mal nommĂ©e
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Pour le SE-Unsa, la « Loi pour une Ecole de la confiance Â» adoptĂ©e en première lecture par l’AssemblĂ©e Nationale le 19 fĂ©vrier 2019 ne rĂ©pond Ă  aucun des enjeux majeurs auxquels notre système Ă©ducatif est confrontĂ©. Au contraire, si elle reste en l’état, elle va susciter le dĂ©couragement et le repli de tous ceux qui font l’école au quotidien, ceux qui n’attendent pas une loi de plus mais des engagements dans la durĂ©e pour une Ă©ducation de qualitĂ©.

Cette loi a Ă©tĂ© amendĂ©e et adoptĂ©e par l’AssemblĂ©e Nationale sans que les finalitĂ©s  et les impacts ne soient jamais complètement explicitĂ©s et partagĂ©s avec les acteurs de la communautĂ© Ă©ducative. C’est ainsi, entre autres, que dans sa version actuelle :

-          le financement public des Ă©coles privĂ©es corollaire Ă  l’instruction obligatoire Ă  3 ans se retrouve renforcĂ©, au dĂ©triment probable des Ă©coles publiques et de la mixitĂ© scolaire

-          une nouvelle structure scolaire mal identifiĂ©e, l’établissement public des savoirs fondamentaux, voit le jour en soulevant l’inquiĂ©tude des personnels des Ă©coles primaires et du collège ainsi que des collectivitĂ©s

-          le Cnesco, pourtant reconnu pour la qualitĂ© et l’indĂ©pendance de ses travaux,  est supprimĂ© au profit d’un conseil d’évaluation de l’école vertical chargĂ© de construire les outils de l’évaluation des Ă©tablissements

-          les toutes rĂ©centes EspĂ© sont rebaptisĂ©es InspĂ© et reprises en main par le ministère qui en dĂ©signera les directeurs au risque de fragiliser leur ancrage dans  l’universitĂ©.

L’intention initiale de rendre l’instruction obligatoire dès 3 ans et le caractère hĂ©tĂ©roclite de ce texte ne doivent pas faire oublier qu’il dĂ©tricote un peu plus la refondation engagĂ©e en 2013 et ouvre la porte Ă  de profondes modifications de notre système Ă©ducatif. 

Le SE-Unsa s’était adressĂ© Ă  Emmanuel Macron dès son Ă©lection. Il lui demandait de s’engager pour une Ecole durable, en inscrivant la politique Ă©ducative dans le long terme, en faisant confiance aux Ă©quipes, en intensifiant les politiques de rĂ©duction des inĂ©galitĂ©s et de soutien du Service public laĂŻque d’éducation sur l’ensemble des territoires et en reconnaissant les personnels par un accès soutenu Ă  la formation continue et de nouvelles perspectives de carrière. Le SE-Unsa regrette que son appel n’ait pas Ă©tĂ© entendu.

Alors que notre sociĂ©tĂ© est traversĂ©e par de nombreuses tensions et conflits sociaux, cette loi, par son texte et sa mĂ©thode d’élaboration, nourrit la dĂ©fiance des personnels. Le SE-Unsa demande aux sĂ©nateurs de revenir sur toutes les dispositions imprĂ©cises et dĂ©stabilisatrices de cette loi mal ficelĂ©e et bien mal nommĂ©e.  

 
Paris, le 20 février 2019
Stéphane Crochet
Secrétaire général
 

SE-Unsa
Brigitte BIARDOUX     SE-Unsa
Attachée de Presse
209 Boulevard Saint Germain
75007 PARIS (France)
brigitte.biardoux@se-unsa.org
01 44 39 23 93

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir