SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - Fax. 03 21 71 01 77 - [Mél.]

 
RĂ©forme du bac : le cadre est enfin fixĂ©
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Depuis la remise du rapport Mathiot sur la rĂ©forme du bac, fin janvier 2018, les contours du nouveau baccalaurĂ©at mis en Ĺ“uvre en 2021 s’affinent. Le ministre de l’éducation nationale prĂ©sentait, le 14 fĂ©vrier, en conseil des ministres, son projet de rĂ©forme. 
 
Comme prévu, le nombre d’épreuves terminales est réduit à 4, un contrôle continu s’organise autour d’épreuves ponctuelles semestrielles et sur la base des bulletins. Une nouvelle organisation des enseignements remplace les anciennes séries de la voie générale (à lire ici). L’ébauche d’une annualisation des services dans le rapport Mathiot, dénoncée par le SE-Unsa, n’a pas été reprise par le ministre.

Ces nouvelles épreuves seraient mises en œuvre en juin 2020, pour les épreuves anticipées, et au printemps 2021 pour les épreuves terminales. La voie technologique connaît peu d’évolutions. Contrairement au rapport Mathiot qui faisait des propositions, l’importance de chaque épreuve dans la note finale n’a pas fait l’objet d’annonces ministérielles et reste encore à définir.

Par ailleurs, le ministre a tranché en faveur du maintien d’épreuves de rattrapage.

De nouvelles Ă©preuves terminales : vers un bac plus exigeant ?

  • Des Ă©preuves anticipĂ©es de français en fin de première, sous forme Ă©crite et orale, devraient ĂŞtre « revisitĂ©es ».
  • Deux Ă©preuves portant sur les disciplines de spĂ©cialitĂ© Ă©tudiĂ©es tout au long de la terminale seraient passĂ©es au retour des vacances de printemps.
  • Une Ă©preuve Ă©crite de philosophie (prĂ©sentĂ©e dans le dossier de presse comme une Ă©preuve « traditionnelle ») en juin de terminale.
  • Une Ă©preuve orale finale, en juin de terminale, reposant « sur un projet adossĂ© Ă  une ou deux disciplines de spĂ©cialitĂ© (…) suivi d’un Ă©change permettant de valoriser la culture scientifique et historique ».

Un contrôle continu « mixte » qui peut faire consensus

40 % du baccalauréat sera évalué en contrôle continu. Le SE-Unsa a demandé un cadrage national pour les épreuves ponctuelles. Le ministre a pris en compte cette revendication, et le projet de réforme prévoit :

  • des Ă©preuves ponctuelles sur une base semestrielle avec une banque nationale numĂ©rique de sujets, des copies anonymĂ©es corrigĂ©es par d’autres enseignants et une harmonisation de l’évaluation. L’organisation de ces Ă©preuves se ferait Ă  l’échelle de l’établissement.
  • la prise en compte des bulletins pour 10 % du diplĂ´me.

Ce que le SE-Unsa a porté et continue à porter

La réduction des épreuves terminales, et le passage d’épreuves ponctuelles doivent amener une nouvelle vision de l’évaluation des élèves au lycée, plus formative, permettant de mieux consolider les acquis des élèves.
Pour le SE-Unsa, les épreuves du nouveau bac devront être « intelligentes », réduire le « bachotage » et préparer aux formes d’évaluation de l’enseignement supérieur.

Concernant l’épreuve orale finale, le SE-Unsa juge positivement la place qu’on lui donne et revendique des outils et un accompagnement des enseignants pour préparer les élèves à investir des compétences jusque là peu valorisées dans le système éducatif français.

Quant au rattrapage, le SE-Unsa juge qu’il a du sens pour les élèves qui souhaitent repasser une ou deux disciplines du contrôle continu où ils n’ont pas obtenu la moyenne après les épreuves ponctuelles de janvier de terminale, après avoir bénéficié d’un soutien dans ces disciplines au dernier semestre.

Notre revendication : une nouvelle indemnité pour reconnaître la charge de travail évaluative.

L’organisation des épreuves ponctuelles doit rester légère pour ne pas perdre à nouveau en organisation des évaluations le temps gagné sur les épreuves terminales.
Pour le SE-Unsa, la charge de travail des enseignants pour prendre en charge le contrôle continu doit faire l’objet d’une indemnité forfaitaire. Nous portons cette revendication depuis le début des concertations.

Pour plus de dĂ©tail et tout savoir sur cette rĂ©forme, consultez l'espace dĂ©diĂ© de notre site national en cliquant >ICI<

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir