SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - 62@se-unsa.org

 
Compte rendu CAPD Avancement
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Compte-rendu de la CAPD du vendredi 15 décembre 2017

 

Déclaration liminaire du SE-Unsa

 

Rien de ce qui est humain ne devant nous être étranger, une pensée pour les 25 collégiens de Millas, leurs familles, leurs professeurs et leurs camarades.

 

Monsieur l’Inspecteur d’académie,

Mesdames et Messieurs les membres de cette CAPD, 

 

Il existe le temps de l’annonce, le temps des annonces. Et il existe le temps de la mise en œuvre. C’est souvent ce qui se passe quand les enseignants doivent mettre en place les mesures préconisées par leur ministre de tutelle. Des annonces et l’application sur le terrain. Sauf que les enseignants ont l’impression d’évoluer dans le monde des annonces permanentes de Monsieur Blanquer. Relayées avec délectation par des médias souvent ignorants des portes ouvertes enfoncées.

Parce que, quand même, depuis mai 2017 : réforme du collège édulcorée, rythmes scolaires, CP à 12, rentrée en musique, redoublement à nouveau possible à titre exceptionnel, grand plan pour l’EPS, épreuves du bac à réformer, diplôme national du brevet, port possible de l’uniforme, … Plus récemment : chorale à l’école, dictée quotidienne – solution miracle qui permettra de résoudre les problèmes de compréhension révélés par l’enquête PIRLS, interdiction des portables, création d’unités laïcité qui existe déjà sous une autre appellation, … On a envie de lui dire : Stop, n’en jetez plus. Le temps éducatif est un temps long. Laissez-nous du temps. Laissez le temps au temps…

Ou plutôt puisque vous aimez ouvrir tant de chantiers en même temps, ouvrez donc celui de la Gestion des Ressources Humaines, dossier qui semble bien ne pas être sur le dessus de la pile rue de Grenelle.

 

Et justement, concernant la GRH, la suite de mon intervention portera sur plusieurs sujets qui s’y rapportent en lien avec la CAPD d’aujourd’hui.

 

Nous sommes en année transitoire concernant le PPCR, entre les RV de carrière et l’avancement ancienne formule pour les 6ème et 8ème échelons. Dans ce cadre, les ajustements de la note pédagogique ont été portés à 4 ans en arrière. C’était 3 ans auparavant. Nous aimerions connaître les raisons de ce recul d’un an pour voir son ancienne note majorée d’un demi-point par année.

La classe exceptionnelle se met en place. C’est un pan important du PPCR qui ouvre de nouvelles perspectives aux collègues à la hors-classe. Qui plus est, les 8 années sur missions particulières qui permettent l’éligibilité signifient pour les collègues plus jeunes de se projeter sur une carrière choisie et non plus subie. Nous sommes énormément sollicités par nos collègues sur ce sujet, tant pour des infos d’ordre général que pour des aspects techniques.

 

La bonne articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle des collègues est essentielle pour qu’ils se sentent bien dans leur peau d’enseignant. Dans ce cadre, des améliorations sont toujours d’actualité. Par exemple pour les BDFC. Le SE-Unsa ne peut accepter que des collègues du bassin de Lens-Hénin- Carvin doivent se rendre sur la côte. Ce fut le cas pour 3 collègues. Sollicités, nous donnerons comme consigne de refuser mais nous souhaitons que cela ne se reproduise pas.

Un autre exemple de l’articulation entre vie professionnelle et vie personnelle, les autorisations d’absence. Une note de service a été publiée à ce sujet. Elle a fait beaucoup réagir. Elle a choqué les collègues... Nous déplorons que les examens médicaux soient accordés sans traitement, avec demande expresse de prendre les rendez-vous pendant les vacances. Si c’était si simple… Il y a moult et moult situations où le collègue n’a pas d’autre choix. Oui cette mesure est blessante. Elle va altérer les relations de confiance entre les IEN et les collègues ; C’est une relation perdant/perdant avec des absences de ce fait sur une journée plutôt que sur une demi-journée ou d’une ou deux heures. On ne choisit pas d’avoir des ennuis de santé et on n’a pas forcément le choix du rendez-vous fixé par le praticien. Nous vous demandons Monsieur l’Inspecteur d’académie votre totale bienveillance pour toutes les demandes que les collègues vous feront remonter. Il y a la Lettre et il y a l’Esprit de la Lettre. Si l’Esprit de la Lettre pouvait prendre davantage de hauteur que la Lettre elle-même, les enseignants de ce département vous en seraient reconnaissants.

 

Concernant la direction d’école, la situation reste explosive. Il est temps de créer des emplois pérennes, de vrais emplois de secrétariat. En attendant, les directrices et les directeurs feront comme ils pourront, quand ils pourront.

 

Dernier sujet : les règles du mouvement. Malgré le BO qui offrait la possibilité d’ouvrir davantage de postes à profil, notre département a gardé le principe des postes à exigence particulière. Je cite pour exemple certains postes de direction. Cette demande a été présentée par notre syndicat pendant plusieurs années. Elle a été satisfaite l’année dernière. Elle perdure et c’est une excellente nouvelle pour les collègues. Un regret toutefois dans ces règles du mouvement, c’est que l’extension des vœux y figure toujours. Nous pointons également l’extrême difficulté pour nos collègues de la côte, même avec dix ans d’ancienneté d’obtenir un poste classe. De plus, dans ce secteur, des directeurs en mesure de carte scolaire, même avec les bonifications, risquent également d’avoir des difficultés pour retrouver un poste de direction. Mais, dans l’ensemble, nous accueillons positivement ces règles du mouvement.

Pour terminer, nous apprécions la façon dont les classes des écoles avec des CP (voire CE1) allégés seront attribuées : à titre définitif, en tant qu’adjoint dans cette école avec la répartition des classes et des élèves qui incombera à la directrice ou au directeur d’école après avis du conseil des maîtres. Comme cela doit se faire.

 

Je vous remercie pour votre attention. 

                                                                                                                                                                                                 Pascal Bécu

 

 

Réponses du DASEN :

L’inspecteur d’académie remercie les organisations syndicales pour leurs mots de réconfort envers les familles touchées par la tragédie de Millas.

Il remercie les services de la DSDEN du Nord qui sont présents et qui gèrent l’avancement des personnels.

En ce qui concerne l’avancement (boost des 6e et 8e échelons), c’est la dernière année avec les notes qui sont prises en compte.

Par mesures ministérielles, ce sont les notes d’inspections effectuées entre le 1er septembre 2013 et le 31 août 2016 qui sont prises en compte.

Le groupe de travail a permis un véritable échange concernant les règles du mouvement.

Concernant le prochain mouvement, les CP en REP et REP+ seront dédoublés, et peut-être les CE1 en REP+ si la dotation de la prochaine carte scolaire le permet.

Les collègues avec moins de 3 ans de titularisation ne pourront être affectés sur ces niveaux de classe.

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir