SECTION SE-Unsa du PAS DE CALAIS - 1 PLACE DE MARSEILLE - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 18 97 - Fax. 03 21 71 01 77 - 62@se-unsa.org

 
Lettr’info du 15 dĂ©cembre 2015 : ISAE, carte scolaire, PPMS, laĂŻcitĂ©
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Elections régionales
 Le FN ne dirigera pas notre rĂ©gion (ni aucune autre). 
Le SE-Unsa s’en félicite.




ISAE : Les 53 000 signatures remises à l’Elysée


Le SE-Unsa a remis mercredi 9 décembre, à la Présidence de la République, la pétition qu’il a initiée pour que l’Isae*, créée en 2013 pour les enseignants du primaire, atteigne enfin les 1200 euros de l’Isoe** des enseignants du 2nd degré. Avec plus de 53 000 signatures, elle démontre l’impatience des professeurs des écoles à être considérés à égalité avec les autres professeurs.
Comme leurs homologues des collèges et lycées, ils exercent des responsabilités déterminantes pour la réussite des élèves. Leur haut niveau de compétence professionnelle s’inscrit lui aussi dans une formation professionnelle et universitaire validée par un master. Pourquoi alors cette différence de traitement ? En quoi auraient-ils donc démérité ? Pour le SE-Unsa, il y urgence à rattraper cet écart de reconnaissance.

Il est plus que temps de sortir des représentations dépassées qui alignent la rémunération sur le niveau d’enseignement des élèves, comme si permettre aux élèves les plus jeunes de s’approprier les apprentissages fondamentaux était chose plus facile. Chacun sait que c’est durant ces premières années que se joue très largement l’avenir scolaire, puis professionnel et citoyen de nos élèves.

Cette pétition du SE-Unsa prend un relief particulier, à l’heure où l’OCDE pointe à nouveau du doigt la faible rémunération des enseignants français et, parmi eux, tout particulièrement celle des enseignants de l’école primaire.

Le SE-Unsa, avec l’ensemble de la profession, attend désormais que l’État s’engage, sans tergiverser, pour annoncer l'aboutissement du plan de montée en charge de l’ISAE, d’ici la fin du quinquennat. L’École de la République et ses enseignants du primaire le méritent amplement.

*Isae : Indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves
**Isoe : Indemnité de suivi et d’orientation.

 



Dotation 1er degré, + 200 postes pour l’académie

Le ministère a fait paraĂ®tre jeudi sur son site la dotation des postes pour la rentrĂ©e 2016. Notre acadĂ©mie bĂ©nĂ©ficiera de 280 postes en plus : 200 pour le 1er degrĂ© et 80 pour les collèges et lycĂ©es. 

Un CTA (Comité Technique Académique) procédera prochainement à la répartition de ces moyens entre les deux départements.

La manière est quelque peu équivoque : communication avant la tenue du Comité Technique Ministériel. Mais l’entre-deux tours des élections régionales ne doit pas être étranger à l’affaire.


Calendrier des opérations d’ouvertures et fermetures de postes :

Fin janvier 2016 : groupe de travail carte scolaire 1er degré
Mardi 2 février : CDEN carte scolaire 1er et 2nd degrés
Vendredi 5 fĂ©vrier : CT-SD carte scolaire  1er degrĂ©



PPMS en deux temps…
 
Quelques semaines après les attentats de novembre et la publication de directives renforçant la sécurité dans les établissements scolaires, le cabinet de la ministre a rencontré les organisations syndicales pour faire le point. Pour le SE-Unsa, cette rencontre était nécessaire. D’une part, l’inquiétude traverse l’école et les enseignants comme elle traverse la société. D’autre part, les mesures demandées et les délais impartis font courir le risque d’y répondre administrativement en ratant l’objectif d’une construction d’une culture partagée de la sécurité qui doit avant tout protéger et rassurer.

Le risque attentats restera durablement élevé. Il s’agit donc de prendre des mesures rapides mais aussi d’entrer dans de nouvelles logiques de sécurité.

Le SE-Unsa a donc demandĂ© que le PPMS ne se rĂ©sume pas Ă  un dossier administratif Ă  complĂ©ter prĂ©cipitamment mais soit avant tout une dĂ©marche qui permette Ă  l’ensemble de la communautĂ© Ă©ducative de construire ou consolider de conduites visant Ă  protĂ©ger et Ă  savoir rĂ©agir de façon adaptĂ©e. Pour les Ă©lèves les plus grands de la fin de l’élĂ©mentaire au lycĂ©e, les Ă©lèves doivent ĂŞtre associĂ©s en tenant compte de leur âge. Pour cela, il faut aussi savoir prendre le temps et  ĂŞtre accompagnĂ©s.

Dans le premier degrĂ©, les PPMS, pour ĂŞtre utiles, doivent intĂ©grer les temps pĂ©riscolaires et leurs personnels, les collectivitĂ©s,  impliquĂ©es. Pour les collèges et les lycĂ©es, ces dernières doivent Ă©galement ĂŞtre partie prenante.

Suite à cette rencontre le ministère précise les consignes et le calendrier :

Les exercices de mise en sûreté, dans le cadre des PPMS devront être réalisés avant la mi-janvier.
La rédaction des PPMS ou de leurs éventuelles modifications sont reportées au plus tard mi-février.
Des démarches sont entreprises par l’état pour mieux impliquer les collectivités
Une circulaire adressée aux recteurs, précisera les modalités ci-dessus.
Les difficultés des équipes ne peuvent être ni ignorées ni éludées. Il s’agit d’être pragmatique et constructif.



La laïcité à l’École est plus que jamais une évidence
 
Séparation du religieux et du politique, et liberté de conscience sont des caractéristiques essentielles de l’identité de notre pays. 110 ans après l’adoption de la loi de 1905, le sondage CNAL-IFOP confirme l’attachement profond des Français à la laïcité et tout particulièrement à l’École de la République.

La laïcité de l’École publique est une évidence pour 87% des Français. A plus de 80%, ils se positionnent en faveur de la loi de 2004 interdisant le port de signes religieux à l’école. Quant à la neutralité des parents accompagnateurs de sorties scolaires, elle est également plébiscitée à 81%.

Pour le CNAL*, cela confirme que les Français font très largement confiance à l’Ecole publique et laïque pour garantir aux élèves la neutralité indispensable à leur construction de citoyens libres et autonomes.

Réalisé avant les attentats du 13 novembre à Paris, ce sondage exprime néanmoins une inquiétude croissante : 81% des Français estiment que la laïcité est menacée, alors qu’ils n’étaient que 58% en 2005. Mais il est vrai que depuis 10 ans, la laïcité a été largement instrumentalisée.

Pour le CNAL, il est nécessaire de mettre en œuvre une véritable pédagogie de la laïcité, seul principe qui permette de combiner effectivement la liberté et l’égalité dans une société fraternelle. La laïcité ne consiste pas à neutraliser totalement de l’espace civil, encore moins stigmatiser une seule religion.

Ce sondage montre qu’à 110 ans, loin d’être dépassée, la loi de 1905 reste d’une étonnante actualité. Elle doit être promue et défendue car elle est garante du vivre-ensemble.


Paris, le 7 décembre 2015

CĂ©line Rigo
Secrétaire générale du CNAL

Présentation complète des résultats du sondage CNAL-Ifop
Présentation des résultats sur le site de l'IFOP



Faites de la Laicité le samedi 23 janvier, cliquez ici pour plus d'infos
 

 

Adhérer au SE-Unsa


 
J’adhère par chèque ou en prĂ©lèvement fractionnĂ© en imprimant, complĂ©tant et nous renvoyant le bulletin d'adhĂ©sion disponible sur notre site.

J’adhère par carte bancaire, en cliquant sur le lien ci-dessous



 

Télécharger notre application sur l'App StoreTélécharger notre application Android !

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir