SECTION SE-Unsa du NORD - BOURSE DU TRAVAIL - 254 BD DE L USINE - 10010 - 59040 LILLE CEDEX
Tél. 03 20 62 22 80 - Fax. 03 20 62 22 79 - 59@se-unsa.org

 
Il faut sauver la maternelle
Article publié le vendredi 7 mars 2008.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Soucieux de ne pas faire de la publicité à un ouvrage pitoyable, nous avons fait le choix de ne pas rédiger de communiqué de presse. Toutefois, nous avons réagi, notamment sur le plateau de I-Télévision et sur France 2. Nous vous proposons ci-dessous un article » prêt à l’emploi » à diffuser largement dans vos publications, vos sites locaux et vos lettres en ligne.
 
Un livre sous forme de pamphlet au titre provocateur, "Il faut fermer les écoles maternelles",
brocarde en termes virulents la maternelle. Courageusement écrit sous un pseudonyme - Julien Dazay - par un ancien instituteur, actuellement inspecteur de l’Education nationale, l’ouvrage vilipende une école maternelle qui "entretient voire produit l’échec", "ressemble de plus en plus à une simple garderie" et où des "fonctionnaires de niveau Bac + 5" sont "payés par l’Education nationale" pour "dispenser un enseignement pendant 35 minutes sur 3 heures". L’auteur préconise de transformer les maternelles en des "lieux d’éducation principalement animés par des éducateurs" sur le modèle des kindergarten allemands, et d’en confier la gestion aux municipalités. Il suggère de ramener l’âge de la scolarisation obligatoire à 5 ans et de créer un cycle 2 comprenant la grande section, le cours préparatoire et le cours élémentaire 1ère année.
 
La presse s’est fait l’écho de la publication de cet ouvrage, le Parisien y a même consacré sa Une de mercredi. Il s’agit là d’une nouvelle attaque en règle contre la maternelle. Elle fait suite au rapport Bentolila de décembre 2007 et au nouveau projet de programme de maternelle qui montre  un changement complet de perspective : d’ambition d’une première scolarité réussie, on passe à une propédeutique des apprentissages plus systématiques de la lecture, de l’écriture et du calcul au CP.
Le style pamphlétaire de l’ouvrage montre à l’évidence que le but n’est pas d’analyser puis de proposer des pistes d’amélioration mais bien de descendre en flèche une structure que bien des pays nous envient et de jeter le discrédit sur les enseignants qui s’y investissent. Il faut aussi resituer cet ouvrage dans un contexte de réduction des moyens. L’idée d’économiser 100.000 postes peut séduire certains.
 
Les effets déterminants de la scolarisation en école maternelle sur le développement des enfants, en termes de socialisation, d’acquis, de premiers apprentissages et les conséquences positives sur leur scolarité ultérieure sont clairement établis. L’école n’est donc clairement pas une garderie.
À la rentrée 2006, 2 500.000 enfants étaient scolarisés dans l’enseignement préélémentaire.100.000 enseignants assurent avec un professionnalisme reconnu et indispensable, cette scolarisation, gratuite et de qualité.
Les collectivités territoriales seront certainement ravies d’apprendre qu’un courageux inspecteur anonyme entend leur confier l’accueil de tous ces enfants…
Quant aux familles, si l’école maternelle est supprimée et remplacée par un accueil payant, que feront celles qui ne pourront pas payer ? Les femmes seront-elles priées de rester dans leur foyer ?
 
La maternelle est un sujet sérieux sur lequel le SE-UNSA continuera à faire valoir ses propositions :
  • La place de la maternelle dans le socle commun
  • L’école obligatoire dès 3 ans
  • La scolarisation à partir de 2 ans dès lors que les parents en font la demande et la tenue d’une conférence de consensus sur la scolarisation de ces enfants.
  • Des moyens adaptés, en particulier pour les 2/3 ans
  • Un module de formation obligatoire en IUFM
  • Le développement de la Coéducation et du partenariat.
  • Des mesures de dépistage et de remédiation précoce des difficultés
Nous rappelons en outre notre volonté de voir aboutir les recommandations élaborées par le groupe de réflexion initié par le ministère et dans lequel le SE-UNSA a fait des propositions.
1- Clarifier les programmes de l’école maternelle pour qu’ils présentent explicitement finalités et objectifs, et disent clairement ce qui est attendu de tous les élèves en fin de grande section et soient compréhensibles par les parents.
 
2- Donner à l’apprentissage de la langue française une priorité absolue.
 
3- Faire figurer explicitement dans les projets d’école les modalités de la liaison entre école maternelle et école élémentaire.
 
4- Rédiger un cahier des charges national sur la spécificité de l’évaluation à l’école maternelle.
 
5- Renforcer la formation initiale et la formation continue des maîtres à la spécificité de l’école maternelle. Prévoir une formation spécifique à tous les formateurs et inspecteurs.
 
6- Organiser l’accompagnement professionnel des enseignants nouvellement nommés en école maternelle.
 
7- Mieux accueillir les enfants et leurs parents à l’école maternelle.
 
8- Proposer des préconisations nationales pour l’équipement et le fonctionnement de l’école maternelle.
 
 
 
 
ALC