SECTION SE-Unsa du NORD - BOURSE DU TRAVAIL - 254 BD DE L USINE - 10010 - 59040 LILLE CEDEX
Tél. 03 20 62 22 80 - Fax. 03 20 62 22 79 - 59@se-unsa.org

 
Aide administrative : bientĂ´t de bonnes nouvelles ?
Article publié le jeudi 3 février 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 
 Les interventions du SE-Unsa auprès de l’ensemble des groupes parlementaires pour le maintien de l’aide administrative ont payé.
 
Un amendement au projet de loi de finances, proposé par le groupe socialiste, a été adopté à l’Assemblée Nationale à l’unanimité avec le soutien du Ministre Chatel. Il l’a été dans un second temps au Sénat.
 
Réaffectant une partie des crédits « heures supplémentaires » vers le programme « vie de l’élève – encadrement éducatif », cet amendement permettait de retrouver le nombre d’emplois aidés de 2010.
 
Mais c’est le Préfet qui définit dans sa région sa politique relative aux contrats aidés : en clair, celui-ci peut très bien décider d’affecter l’ensemble des moyens sur l’aide aux élèves en situation de handicap.
 
Une circulaire ministérielle doit confirmer cette réaffectation de crédits. Il semblerait qu’elle n’ait pas encore été adressée aux services des rectorats et des inspections académiques. Le SE-UNSA intervient actuellement auprès du MEN pour en assurer la publication dans les plus brefs délais.
 
Une délégation UNSA/SE-UNSA a été reçue par le directeur de cabinet du Préfet le 28 janvier dernier. L’argumentation que nous avons développée a manifestement fait mouche puisque ce dernier nous a finalement déclaré que sous réserve de la réception de la circulaire évoquée ci-dessus, il pourrait avoir de bonnes nouvelles à nous annoncer. Dont acte.
 
Il ne s’agit pour l’instant pas de crier victoire. Le SE-UNSA et son union, l’UNSA, suivent le dossier et continueront à prendre des initiatives jusqu’au règlement favorable de ce dossier.
 
Philippe Martin
 
 
Dernière minute :
Suite à notre audience à la préfecture, Christian Chevalier, secrétaire général du SE-UNSA, et Guy Barbier, secrétaire national, ont été reçus le mardi 1er février à l’Elysée par le conseiller du président de la République qui s’est déclaré très surpris du blocage et qui s’est engagé à contacter le ministère du travail très rapidement.
Tout notre travail va consister à identifier, les uns après les autres, tous les points de blocage et œuvrer pour faire en sorte que ce dossier connaisse enfin une issue favorable.

Rien n’est fait, mais…

 

 
 
 
 
ALC