SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
Groupe technique – Rythmes scolaires Mercredi 29 mai 2013
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
  1. Bilan d’étape

Un bilan par commune est mis Ă  disposition des participants par le DASEN. Document joint en bas de page

Lors des CTSD le 6 juin et CDEN le 7 juin un point de l'ordre du jour sera consacré à la mise en place de cette réforme.

Aucune municipalité ne demande une dérogation pour le samedi matin.

Le conseil gĂ©nĂ©ral, reprĂ©sentĂ© par Colette Mongiat, prĂ©cise que le fait de modifier les horaires des Ă©coles impacte les 230 lignes des transports scolaires. Les circuits de collèges sont eux aussi impactĂ©s. Il y a des choix en cours avec, Ă  certains endroits, une ouverture de cantine le mercredi midi pour permettre aux Ă©lèves d'attendre le bus comme Ă  Château-Chinon pour les Ă©lèves de Corancy et du RPI Dun sur Grandy et Dommartin. Parfois il faudra mĂŞme ajouter un car. Exemple Ă  Decize avec les 2 sorties du collège et du lycĂ©e Ă  des heures diffĂ©rentes. Tout cela implique des coĂ»ts ou des impossibilitĂ©s. Le problème est complexe, il y a de nombreux cas particuliers tel que le regroupement Germigny-Tronsanges : le transport pour Germigny dĂ©pend de l’agglomĂ©ration de Nevers et celui de Tronsanges du conseil gĂ©nĂ©ral. La situation de Saint Sauge a aussi Ă©tĂ© Ă©voquĂ©e.

Question du SE-UNSA : Mr le DASEN avez-vous eu Ă  trancher pour arriver Ă  une proposition d’emploi du temps commune ? Pour l’instant non et il est vrai que les IEN ont Ă©tĂ© les relais.

Pour Nevers, un temps supplĂ©mentaire a Ă©tĂ© donnĂ© pour la rĂ©flexion : exemple pour l’école de Loire accueillant des Ă©lèves en situation de handicap. La situation des Ă©coles de la Grande Pâture n'est pas encore totalement arrĂŞtĂ©e.

Est soulevĂ©e par les reprĂ©sentants du SE UNSA, la mise en place de la concertation oubliant, parfois, les enseignants : nous avons Ă©voquĂ© le cas des Ă©quipes de Coulanges et du cadre contraint imposĂ© Ă  Nevers.

  1. Éléments sur les PEDT

PrĂ©sentation de quelques actions de diffĂ©rents PEDT :

  • liaison CM2/6ème , atelier d’anglais, . . . sur les TAP Ă  La Machine ;

  • aide aux devoirs (dispositif CLAS) du centre social et intervention des enseignants sur leurs APC de Saint LĂ©ger les Vignes,

  • souhait des parents de banaliser une plus grande plage horaire un après-midi pour les TAP Ă  Fleury sur Loire et Luthenay-Uxeloup ;

  • le travail actuel sur le passage du temps scolaire au temps pĂ©riscolaire Ă  Cosne ( avec une directrice rĂ©fĂ©rente) ;

  • la situation participative entre tous les partenaires, enseignants compris, de La CharitĂ© sur Loire grâce Ă  l’implication des PEP  ;

  • collaboration forte ayant dĂ©butĂ© par une « grande rĂ©union Â» Ă  Lormes.

Les PEDT ont été longuement mis en valeur par le DASEN et les différents IEN... Ce document doit permettre de formaliser l'articulation entre temps scolaire et périscolaire. Rappelons qu'il n'est pas obligatoire, mais peut s'avérer utile en regroupant toutes les conventions et contrats mis en œuvre autour de ces activités. L'implication des collègues ne se décrète pas elle sera le fruit de la dynamique créée par la mise en place de la réforme autour de l'école.

Tous les élèves bénéficient-ils d'activités périscolaires : à Ville-Langy, il n’y aura pas de temps d’activité périscolaire. Cela semble être le cas aussi pour 5 à 6 communes dont le RPI de Crux la Ville – Bazolles, . . .

Le SE-UNSA se félicite de l’annonce du président de l’Union Amicale des Maires, qu’à sa connaissance, toutes les communes proposent la gratuité pour les TAP. Nous avons remis sur la table le fait que si la commune rend gratuit les TAP, la CAF refuse de participer financièrement à cette initiative. Le directeur-adjoint de la CAF précise que la réflexion est en cours. Un projet de décret réglementaire devrait arriver mais on ne sait pas si le spectre des activités subventionnées sera élargi avec...

Mme Mongiat intervient pour mettre en garde sur les dispositifs impactant les transports.

  1. Emplois d’avenir

Le DASEN explicite les possibilités de ce contrat pour les communes. Il propose de faire une liste, avec l’aide de Pôle Emploi, des jeunes possédant le BAFA sur le territoire des communes pour les aider. Le profil pour être éligible 16 à 25 ans sans qualification ou 30 ans en situation de handicap, ou dérogatoire pour les diplômés BAC+2 en zones rurale ou sensible urbaine, . . . et être employé au minimum à mi-temps.

Les parents FCPE se soucient, à raison, de la qualification des personnes qui vont intervenir sur les temps des animations communales auprès des enfants.

La présidente de l’ODCE propose, suite à une expérience de formation en Saône et Loire, de s’efforcer de mutualiser les actions de formation. Par exemple : proposer la venue d’un intervenant pour 2 temps d’animation le même jour et ainsi partager les frais de déplacement.

L’USEP précise qu’elle va renforcer ses propositions de formation.

Les DDEN soulèvent la difficulté de proposer des actions en cohérence.

La question de la formation est posĂ©e : pour les ATSEM notamment => pas de sursaut constatĂ©, Ă  suivre donc...

 

  1. Point sur l’expérimentation menée à l’école Brossolette à Nevers

L’IEN de SN1 présente le cheminement de cette expérimentation. Cette initiative débutée dans 2 écoles, n’a été poursuivie que dans une des deux suite à la décision des conseils d’école. Sur les 9 classes, il y a déjà 6 classes qui ont un projet au sein du futur PEDT.

Une évaluation est menée actuellement par Claire Lecomte, pour tester notamment le maintien de l'attention des élève tout au long de la journée. Cette évaluation est à l'initiative de la mairie.

 

  1. Questions diverses

Accompagnement des Ă©lèves en situation de handicap lors des TAP : poursuite du travail des AVS possible avec des contrats mixtes (Education Nationale / mairie) possible et existant dĂ©jĂ  pour le temps de cantine.

CLIS : pas de semaine de 4 jours spĂ©cifique mais des amĂ©nagements possibles si la semaine s'avère trop longue pour certain.

80 % : nous avons demandĂ© que cette rĂ©forme soit l'occasion de mettre en place dans le dĂ©partement cette quotitĂ©. En effet, de nombreux collègues, jeunes parents, ont des frais supplĂ©mentaires avec cette rĂ©forme. Nous avons soulignĂ© l'importance de la mise en oeuvre de cette quotitĂ© pour dĂ©fendre: nos conditions de travail, notre pouvoir d'achat, la fatigabilitĂ©, . . . Ă€ ce propos, un groupe de travail sur l'impact de la semaine de 4 jours et demi sur nos conditions de travail a Ă©tĂ© demandĂ© dans un cadre intersyndical.

Vos dĂ©lĂ©guĂ©s SE UNSA : Eric Guyot et Bruno GuĂ©ho

 

 

 


   rythmes 29 mai   
(1 Mo)
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir