SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
CHSD compte rendu
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

L’UNSA Education s’est basĂ©e sur Le programme annuel de prĂ©vention ministĂ©riel pour l'annĂ©e 2011-2012 paru au BO n°32 du 8 septembre 2011 pour interroger l’administration.

 Il fait apparaĂ®tre 3 grandes familles de risques :

  • Les Risques Psycho-Sociaux (RPS)

« La prĂ©vention primaire nĂ©cessite un diagnostic approfondi et un plan d'action. Â»

De quels indicateurs disposez-vous ?

Des fiches d’indicateurs, des grilles d’évaluation sont en cours de réalisation notamment à partir des fiches complétées dans les Documents Uniques d’Evaluation des Risques (DUER). On nous informe que ces outils devraient être opérationnels avant la fin de l’année scolaire…

OĂą en est-on du recrutement d’un mĂ©decin du travail dans le dĂ©partement ?

Le médecin de prévention présent, le Dr BAUDOUIN, confirme l’ouverture des postes budgétaires mais que le manque de candidats explique le non recrutement. Elle souligne aussi l’épuisement de la profession à court terme.

Quelles sont les mesures mises en place pour lutter contre les violences internes (harcèlement, agressions physiques ou verbales, insultes, brimades, intimidations, conflits exacerbĂ©s Ă  l'intĂ©rieur de l'Ă©tablissement entre collègues ou avec les responsables hiĂ©rarchiques.) ?

L’administration nous informe que les chefs d’établissements et les IEN sont les premiers relais pour aider le personnel en difficulté. Le SE-UNSA, par le biais de sa Fédération, souligne que bien souvent les enseignants subissant des brimades ou des intimidations ne prendront pas contact avec leur supérieur hiérarchique. Aucune autre réponse n’est apportée.

Noter les personnes ressources Ă  votre Ă©coute :

La cellule d'écoute (MGEN), l'AS du personnel (03 86 71 86 76) ou l'ACMO de l'Inspection Académique (03.86.71.86.71 ) qui sauront vous orienter.

Nous avons aussi soulevĂ© un point commun entre beaucoup de fonctions : le sentiment de solitude. Ainsi, nous serons vigilants Ă  la mise en place concrète d’une proposition de stage d’analyse de pratique professionnelle.

  • Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)

      Quelles dĂ©marches sont mises en place concernant les TMS ?

L’ACMO départementale nous informe qu’un programme important de formation en ergomotricité est prévu en direction des professeurs des écoles nommés en maternelle.

  • Concernant les risques liĂ©s aux agents cancĂ©rogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction (CMR)

Pouvez-vous nous prĂ©ciser quelles consignes sont donnĂ©es aux personnels de  direction concernant l'Ă©vacuation des produits dangereux ?
Quelle relation existe-t-il avec le Conseil GĂ©nĂ©ral ou le Conseil RĂ©gional, propriĂ©taires des locaux et donc des espaces de stockage ? Sont-ils aussi responsables de l'Ă©vacuation des produits ?

Madame la secrétaire générale précise que ce sont les collectivités locales qui gèrent le traitement, l’évacuation et le stockage des produits dangereux.

Le plan Ă©voque aussi la formation de cinq jours des membres du CHS devant se transformer en CSHCT. Avez-vous des informations concernant ce point ?

Madame la secrétaire générale ne possède aucune piste de travail ni académique ni départementale.

Le SE-UNSA, par le biais de sa FĂ©dĂ©ration, sera attentif Ă  la rĂ©alisation de ce projet essentiel au repĂ©rage et au traitement des difficultĂ©s de notre mĂ©tier. Nous connaissons trop de situations que l’on laisse se dĂ©grader en espĂ©rant que cela s’arrange tout seul. 

  • Le SE-UNSA a rĂ©alisĂ© une enquĂŞte en direction des jeunes enseignants. Il apparaĂ®t que 84 % d'entre eux se sentent dĂ©munis dans l’accompagnement des Ă©lèves en difficultĂ©s. Ceci est clairement une cause de stress (dĂ©finition du stress : dĂ©sĂ©quilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son environnement de travail et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face).

Existe-t-il une dĂ©marche nationale, acadĂ©mique ou dĂ©partementale pour minimiser ces risques clairement identifiĂ©s ?

M. GIEN, IEN ASH, expose le dispositif mis en place pour les professeurs des Ă©coles. Dans le programme, il est notamment prĂ©vu trois journĂ©es d’aide Ă  la prise en main de la classe. De plus, les services veillent Ă  ce qu’un personnel titulaire première annĂ©e ne soit pas nommĂ© sur un poste dont il n’a pas la qualification (SEGPA, RASED etc…). Pour les titulaires deuxième et troisième annĂ©e qui peuvent ĂŞtre  nommĂ©s eux sur de tels postes, il est prĂ©vu des stages « nĂ©o ASH Â». D’autre part, des stages sont inscrits au plan dĂ©partemental de formation concernant l’accueil d’élève handicapĂ©s. Ces stages sont, depuis la rentrĂ©e 2010, ouverts aux enseignants du second degrĂ© par le biais du plan acadĂ©mique de formation (PAF). Cette annĂ©e, ces stages traiteront le thème de l’autisme (40 places sont prĂ©vues pour les enseignants du second degrĂ©). Enfin, des confĂ©rences sont mises en place sur le thème de « comment s’y prendre avec ces Ă©lèves qui perturbent la classe ? Â».

Le SE-UNSA, étendra sa demande au niveau académique comme il l’a fait déjà fait au niveau national.

La solidarité est un atout pour aider nos collègues en difficultés.

Vos représentants resteront toujours disponibles pour vous écouter.

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir