SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
Le SE UNSA Ă  la rencontre des Ă©lus locaux.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Nous remercions les 20 communes qui nous ont envoyé copie de leur délibération de conseil municipal soutenant notre action de défense des RASED.
 

Forum citoyen à Prémery Pays Bourgogne Nivernaise, présidé par Gaëtan Gorce, député maire de La Charité sur Loire

 

Quel avenir pour nos écoles rurales ? 
 
Chaque nouvelle année apporte son lot de réduction d’effectifs d’enseignants et de nouvelles fermetures de classes. Les analyses démographiques, même si elles sont contestées localement car les chiffres sont parfois très faibles, indiquent sur l’ensemble du Pays une baisse des effectifs dans nos écoles, particulièrement en milieu rural. Parallèlement à ce phénomène, différentes réflexions sont actuellement en cours pour essayer d’améliorer la qualité de nos écoles.  

Alain Brunet, ancien Sous Préfet de Cosne et inspecteur général de l’administration de l’Education Nationale et de la recherche, est venu nous présenter sa vision de l’évolution de nos écoles rurales. Après son intervention, un débat s’est tenu. Il avait l’ambitieux objectif de proposer collectivement des solutions pour favoriser le maintien de nos classes, vers une coopération scolaire renforcée à l’échelle du territoire. Étaient invités à débattre des représentants des enseignants, des parents d’élèves et l’Inspection académique.

 

Propositions de l’Inspecteur Général :
  • utiliser l’article 34 de la loi Fillon sur l’école du 23 avril 2005 permettant de mettre en place sur 5 ans maximum des expérimentations, évaluées chaque année.
  • Créer dans les petites villes des réseau d’écoles autour du collège de secteur. Peut-être même sans passer par la phase d’expérimentation si les conditions sont réunies.
  • transformer les RPI en regroupement scolaire avec un seul directeur et un seul conseil des maîtres. En fait, une école sur plusieurs sites.
    Avis SE UNSA : la globalisation des effectifs risque de faciliter les fermetures.
  • EPEP ; ne serait pas une solution.
Intervention du SE UNSA : les transformations ne doivent pas se faire sans une réelle prise en compte du point de vue des enseignants.
 
    Par ailleurs, l’Inspecteur Général a, dans sa longue intervention, tenu des propos intéressants :
  • La réforme de la formation des enseignants tiendrait plus de l’abandon que d’une évolution
  • L’enseignant doit être respecté par ses élèves évidemment mais aussi par les parents.
  • La multiplicité des procédures d’évaluation, des indicateurs ne doit pas faire oublier l’essentiel : les apprentissages.
  • La notion de performance de l’école est maintenant prise en compte au niveau du ministère, de l’académie, de la circonscription, de l’établissement...
    Avis SE UNSA : de l’enseignant ? Nous ne pensons pas que ce soit un progrès, nous ne travaillons pas pour se comparer les uns aux autres mais pour faire avancer nos élèves.
  • Le pilotage de l’Education Nationale est contraint : par les média, par la politique de réduction du nombre de fonctionnaires. Les réductions d’emplois se font particulièrement sentir pour la formation continue ou le remplacement. Le recrutement de personnels précaires par Pôle emploi est déjà monnaie courante dans le second degré et devrait aussi voir le jour pour le premier degré.
  • Il confirme que les classes multi-niveaux favoriseraient davantage l’éveil des élèves. La question des effectifs doit être prise en compte.
  • Les chefs d’établissement doivent se soucier des particularités de leur établissement et s’emparer de questions comme le taux anormalement haut des redoublements dans leur EPLE.
  • Écoles Numériques Rurales : formidable dans les cas où l’enseignant a pu s’emparer de l’outil. Mme Godon précise que dans la Nièvre 49 écoles bénéficient du dispositif pour 51 dossiers déposés. 168 écoles étaient éligibles au dispositif.
 
Le débat a permis de nombreuses prises de parole. L’intérêt des ZEP rurales a été rappelé ainsi que le malaise des enseignants.
L’initiative « autre CDEN » a été exposée. Pour l’IG le CDEN doit rester le lieu du débat.
Avis SE UNSA : nous avons apprécié la liberté de parole de l’Inspecteur Général mais les solutions proposées seront à étudier au cas par cas et nous n’oublions pas leur raison d’être : accompagner la réduction voilure !
 
Bruno Guého
délégué UNSA éducation
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir