SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
CTPD 15 octobre 2010
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 COMPTE-RENDU COMITE TECHNIQUE PARITAIRE 15/10/2010

 
Ordre du jour :
1) Bilan de rentrée
2) Orientation Affectations
3) Examens
4) Calendrier scolaire
5) Questions diverses
 
Adoption du compte-rendu du dernier CTPD
 
 
1) BILAN DE RENTREE
Bilan de rentrée pour le premier degré :
Concernant le 1er degré, les organisations syndicales se sont étonnées d’une perspective de – 170 élèves en maternelle alors que dans le même temps les effectifs pour l’élémentaire prévoient une hausse de 182 élèves. La commune de Nevers connaîtrait un bon nombre de déménagements.
Les déménagements concerneraient donc seulement des familles avec des enfants de maternelle et pas des élèves en élémentaire ?
Nous avons avancé une autre explication : serait-ce un transfert d’élèves du privé vers le public ?
Nous avons profité de l’occasion pour signaler le cas d’une école privée à 3 classes pour seulement 36 élèves !
Pas de réponse de l’administration, l’IA gére seulement le nombre global d’enseignants dans les écoles privées pas leur répartition.
 
Les organisations syndicales ont aussi fait part de leur inquiétude quant à la diminution progressive de la scolarisation des deux ans. Ce constat touche l’ensemble du territoire national. A ce rythme là, il est à craindre que d’ici 3 à 4 ans, la scolarisation des 2 ans ne soit plus qu’un souvenir. Ensuite, pourquoi pas ne s’attaquer à celle des 3 ans...
 
Pour ce qui est des ajustements de rentrée, pas de changement par rapport au dernier CTPD.
 
 
Bilan de rentrée pour le second degré :
La suppression de 342 heures DHG va bien au delà des 110 élèves en moins
Cela revient à un poste supprimé pour 6 élèves !
 
Cas du collège de Corbigny  : difficulté suite à la suppression des CLAD.
Réponse de l’administration : Les CLAD ne fonctionnaient pas, elles étaient utilisées comme des classes de relégation.
Monsieur l’Inspecteur d’Académie approuve le nouveau projet d’établissement élaboré avec les équipes pour prendre en compte la difficulté scolaire. (3 sections en 4 ième et seulement une en troisième à 32 élèves). Pour étayer le projet, l’administration a aussi consenti à accorder 9 heures supplémentaires à ce collège.
 
Concernant le cas des collèges ruraux, qui dans le département n’ont pas de CPE, nous avons avancé l’idée d’un CPE exerçant sur plusieurs établissements. Ce sera un sujet de CTPA, l’IA n’a pas paru emballé.
 
Langues vivantes : stabilisation du nombre de germanistes autour de 16% des collégiens.
Monsieur l’Inspecteur d’Académie s’en félicite et réaffirme sa volonté de favoriser l’enseignement de l’Allemand et ce dès l’école primaire.
Remarque : seuls 3% des élèves d’école primaire sont sensibilisés à l’Allemand à l’heure actuelle.
Le chemin reste encore long. Der Weg noch lang ist !
Pour ce qui est des langues anciennes : environ 20% des collégiens pratiquent le latin et 29 élèves le grec dans le département.
 
2) ORIENTATION / AFFECTATIONS
Assouplissement de la carte scolaire :
Encore une fois cette année , c’est le collège Adam Billaut qui reçoit le plus de demande de sorties.
Monsieur l’Inspecteur d’Académie le regrette mais ne voit pas très bien comment faire pour enrayer les départs.
 
Suit un débat sur les raisons des stratégies d’évitement de certains établissements. Apparemment, c’est l’aspect sécuritaire qui l’emporte sur tout autre critère dans le choix d’un établissement par les parents. Liberté est laissée aux chefs d’établissement de déterminer un seuil maximal d’accueil. Baisser ceux-ci dans les établissements les plus demandés est peut-être une piste à creuser.
 
Concernant les Assistants Pédagogiques (A.P) et les Assistants d’Education (A.E.D) : Ils sont répartis par les services de l’I.A en fonction des critères suivants : les effectifs, la nature de l’établissement (collège ou lycée), le nombre de demi-pensionnaires, le nombre d’internes, le classement ou non en RRS. Certains d’entre eux se sont vus modifier leur quotité de travail à la rentrée et donc leur salaire ! L’état employeur ne recule devant rien.
Pour ce qui est des médiateurs : ils relèvent de contrats de droit privé. Ce sont les établissements qui sont employeurs. Ils ne sont plus que 9 dans le département, nombre d’entre eux ayant fait les frais des restrictions budgétaires.
 
3) EXAMENS
Résultats d’examens : plutôt à la baisse.
 
4) CALENDRIER SCOLAIRE
Pour ce qui est du pont du 11 Novembre, le Lycée Professionnel Pierre Bérégovoy proposera aux élèves présents le 12 des ateliers et travaux de groupe différents du travail ordinaire de classe.
Les établissements du second degré, par le biais de leur Conseil d’Administration décident souverainement de faire ou non les ponts : 11 Novembre comme Ascension.
Pour ce qui du pont de l’Ascension dans le premier degré, l’I.A consultera les collectivités locales et le Conseil Général avant de rendre sa décision.
Nous avons porté les demandes des collègues (qui avaient répondu à notre enquête en ligne) , à savoir : faire le pont en rattrapant le mercredi précédent. Nous espérons avoir une réponse de l’I.A plus précise à l’issue du CDEN.
 
5) QUESTIONS DIVERSES :
 
Bilan de la formation pour les professeurs des écoles stagiaires : pas d’information concernant leur formation.

En revanche, pour les étudiants en M1 et M2, quelques précisions :

 - les M1 réaliseront des stages d’observation, pour l’essentiel en écoles d’application.
    - les M2 : la question n’est pas encore tranchée pour leur stage en responsabilité.
    Rappel : ces stages ne sont pas obligatoires. L’administration n’a pas encore décidé si les étudiants concernés seront ceux qui sont admissibles au concours ou bien tous les M2 qu’ils aient ou non réussi les épreuves écrites. Cela représentera au mieux 32 étudiants.
 
Rythmes scolaires :
Une journée académique est prévue le 14 décembre pour discuter du thème des rythmes scolaires.
A noter : la réflexion est pilotée par le recteur.
Le dossier est suivi par François BOURGUIGNON I.A de Saône et Loire.
 
Pour ce qui est de l’expérimentation sur Mouesse Brossolette, le point de situation est fait par Mme Gien, IEN en charge du dossier. Seul le versant pédagogique sera traité. Il en ressort des différences d’un cycle à l’autre.
Pour les cycles 1 : les nouveaux rythmes scolaires posent problème. Les matinées sont trop longues et les après midis ne sont que trop concentrés sur la sieste. Un travail sur le rythme des activités sur la matinée va être entrepris avec Mme Godon.
Pour les cycles 2 : les collègues notent une meilleure continuité dans les apprentissages avec le mercredi matin.
Pour les cycles 3 : l’après-midi est trop court pour les apprentissages ; les élèves sont souvent très agités. Le mercredi matin permettrait le travail de groupe ou l’enseignement artistique dans de meilleures conditions...
 
EVS AVS : confirmation des restrictions budgétaires. Par ailleurs, Pôle Emploi bloque non seulement l’embauche mais aussi le renouvellement des contrats en cours jusqu’à la fin de l’année civile.

Quid de l’aide à la direction d’école : seul élément de réponse, l’I.A. indique que des écoles plus grosses permettraient aux directeurs d’avoir des temps de décharges plus importants.

D’autre part nous avons fait remarquer que de nombreuses AVS étaient recrutées, notamment dans le second degré, sur des contrats d’EVS beaucoup plus désavantageux pour ces dernières et accompagnés de temps de formation très restreints.

 
CASNAV
L’IA confirme la cration de plate-formes CASNAV sur Nevers, Clamecy et Chantenay. Cela permettra aux élèves concernés d’avoir un temps plus long auprès de l’enseignant CASNAV. Mais ils devront se déplacer : à Nevers prendre le bus et ailleurs … Nous avons fait remarquer que des secteurs n’étaient dèjà plus couverts par les interventions CASNAV (le Morvan notamment …), quand sera-t-il l’an prochain ?
L’IA n’a donné pour solution que l’envoi d’un personnel CASNAV auprès de l’équipe concernée (et non de l’élève) pour les aider à mettre en place le dispositif d’accueil dans leur école.
 
Nous avons à cette occasion évoqué le cas de l’école de Chantenay proche d’un CADA. L’école voit ses effectifs fluctuer en fonction des aléa administratifs des demandeurs d’asile. Actuellement il y a 32 élèves en CM 2 ! Mme Belin, CASNAV, intervient sur l’école à 75 %, son temps de service est complété par un personnel TRB qui n’est là que lorsqu’elle n’a pas de remplacement. Nous avons demandé que cet appui soit plus pérenne afin de mieux épauler l’équipe enseignante. L’administration par la voix de Mme Gien a refusé cet effort supplémentaire.
 
Élèves ayant refusé l’orientation SEGPA
L’orientation SEGPA est proposée aux familles mais ne peut être imposée. Au collège des Courlis de nombreuses familles ont refusé cette orientation alors qu’il restait de la place dans les SEGPA nivernaises. Cela pose de gros soucis aux enseignants, comment gérer ces élèves en grande difficulté ? Nous avons posé la question. L’IA, pour cette année, a débloqué quelques moyens sous forme d’ HSA, Il refuse que se mette en place au sein de l’établissement une structure ressemblant à une SEGPA et regroupant ces élèves. Pour l’avenir les services étudient l’ouverture éventuelle d’un ULIS dans l’établissementl ; l’éloignement des classes SEGPA du quartier des Courlis, pouvant motiver le refus de cette orientation.
 
MEDECIN PREVENTION : un deuxième médecin de prévention a été recruté sur l’académie.
Elle rencontrera les délégués du personnel de la Nièvre au cours du prochain CHSD.
 
RENTREE ECHELONNEE : toujours refus de le part de l’IA qui étend ce refus aux classes de sixième, tout le monde doit rentrer en même temps.
 
PLAN DE FORMATION
La Nièvre miraculée , le plan de formation départemental n’est pas touché par les restrictions budgétaires.
Formation MIN : 2 collègues volontaires sur 4 pourront partir, nous connaitrons les désignations lors de la CAPD de novembre.
 
Rédaction : Céline Cognet, Bruno Guého
UNSA éducation Nièvre
 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir