SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
carte scolaire : les intentions du ministère
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
tout savoir les intentions ministérielles en matière de carte scolaire...
Avec le CTPM de ce jour, les opérations officielles de carte scolaire sont lancées.
Important :
 La Bourgogne devrait rendre pour le 2nd degré, 254 postes dont 78 au titre des décharges statutaires. C’est énorme après 3 années de restrictions. Rappelons que 186 postes ont été supprimés l’an passé et 314 en 2005.
Le 1er degré, en Bourgogne, reçoit 2 postes d’enseignant et perd 8 postes d’assistant en langues... L’Yonne et la Saône et Loire sont en hausse d’effectifs, la Nièvre et la Côte d’Or en baisse, le redéploiement de moyens ne jouera pas en notre faveur !
Bien syndicalement
JC LARTIGOT
 
 
INFO du secrétariat national :
 
Le CTPM est convoqué le 11 janvier sur la répartition des moyens entre académies, vous trouverez en pièce jointe le document préparatoire contenant notamment le projet de répartition des emplois entre les académies. Ce sont ces données qui ont été transmises aux recteurs pour la préparation de la rentrée 2007.
 
Voici quelques premiers éléments d’analyse.
 
Ecoles :
Pour pouvoir annoncer des taux d’encadrement maintenus, le ministère joue notamment sur les prévisions d’effectifs. La prévision de juin 2006 estimait l’augmentation des effectifs publics à +39 500 élèves. Les documents font apparaître 24 000 élèves… Il est à craindre que la scolarisation des tout petits n’en fasse les frais une nouvelle fois.
Les indicateurs, que nous avons contestés depuis plusieurs années, restent inchangés ; le classement des académies aussi.
Les variations démographiques, telles que le MEN les prévoit, montrent des tendances contrastées. Les départements du nord-est, du centre, du sud-est et de l’extrême sud-ouest voient leurs effectifs repartir à la baisse au contraire de la façade atlantique et des régions rhodanienne et toulousaine.
459 créations sont prévues. 6 académies mobilisent 517 ETP : Créteil, Bordeaux, Grenoble, Rennes, Nantes et la Guyane. On assiste donc, à nouveau, à des redéploiements.
Ce manque de moyens est aggravé par la suppression de 300 postes d’intervenants en langue qui permettront de financer les créations à Mayotte.
 
Second degré :
Seules, les académies de Toulouse, Guyane, Bordeaux, Nantes et Montpellier enregistrent une progression des effectifs.
La récession démographique est en train de s’atténuer en collège mais touche de plein fouet les LEGT. La prise en compte de la variation de l’horaire des stagiaires PLC2 (qui à la rentrée compteront pour 8h et non plus 6), l’effet de la modification des décrets de 50 va amplifier les retraits d’emplois au niveau lycée.
456 ETP sont mobilisés par redéploiement pour créer les 166 UPI et les 100 dispositifs relais.
Au total, avant ces créations, 2458 ETP sont retirés au titre de la démographie, 3058 au titre des décharges et de l’effet stagiaire notamment.
Ces éléments valident l’analyse que nous faisions lors de l’intersyndicale nationale. Le problème des décharges rejoint celui de la carte scolaire et c’est donc au plus près du terrain que peuvent se construire les mobilisations. Le choix fait par la FSU d’une manifestation nationale apparaît encore moins pertinent aujourd’hui, qui plus est face à l’hétérogénéité des situations.
 
Une prochaine circulaire apportera d’autres précisions après une analyse plus approfondie, les éléments de déclaration au CTPM et les perspectives en termes d’action.
 téléchargez le rapport complet

   rapport complet   
(601.3 ko)
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir