SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
ctp 13 octobre
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Bonjour,

Voici ci-dessous, le compte-rendu du CTP (comité technique paritaire) de ce jour.

En pièce jointe la déclaration liminaire de l’UNSA Education qui se termine par la condamnation ferme des pratiques du ministre de l’Education Nationale !

Bien syndicalement

Jean-Claude LARTIGOT

CTP du 13 octobre 2006

Ce CTP de rentrée était présidé par M. l’Inspecteur d’Académie, sur un ordre du jour unique, le bilan de la rentrée, dans les 1er et 2nd degré.

Un fait exceptionnel, la réunion s’est ouverte à une délégation de parents de Chaulgnes, le temps qu’elle expose les raisons de la demande forte d’ouverture d’une classe maternelle à Chaulgnes.

La démarche n’a pas convaincu l’IA qui après avoir fermement condamné la manière dont les parents avaient conduit l’action, a maintenu sa décision : ouverture de demi-postes à Saint-Eloi, Chaulgnes et à Germigny.

Le SE-UNSA est intervenu : « attribuer un 1/2 poste à Chaulgnes et à Saint Eloi, c’est reconnaître un besoin. Mais c’est aussi nier l’école maternelle comme un lieu de scolarisation tout au long de la journée. C’est en refusant de bonnes conditions de fonctionnement de l’école maternelle que se dégrade son image. Nous demandons que les parents et la municipalité de Chaulgnes reçoivent, dès maintenant l’assurance, si les effectifs actuels sont maintenus, de l’ouverture d’un poste complet en maternelle en septembre 2007.  ».

Réponse négative de l’IA arguant que ce n’était pas possible de s’engager et d’anticiper la carte scolaire suivante.

Toutefois, Mme ARRETEAU s’est engagée à rencontrer les parents de Chaulgnes et Saint Eloi, très vite afin d’entrer dans le dialogue et la concertation.

Le bilan de rentrée résumé en quelques chiffres :

* le 1er degré a perdu en cette rentrée 2006, 228 élèves alors que les deux rentrées précédentes s’équilibraient (-32 en 2005 et +8 en 2004)...

*le taux de scolarisation des 2 ans et des 3 ans est en baisse respectivement de 1,5% et de 1,68%, les craintes touchant la maternelle se justifient...

Quelques informations :

* la Nièvre en déficit : actuellement 7 postes ne sont pas pourvus par un enseignant et le rectorat refuse toujours le recrutement sur liste complémentaire

* lecture : la chasse aux récalcitrants. Mme ARRETEAU a souligné son rôle d’aide (choix des manuels) plutôt celui de la répression.

Questions diverses posées par le SE.

Messagerie des écoles et laposte.net

Le SE-UNSA s’étonne et s’inquiète de la publicité qui entre à l’école par l’utilisation obligée du serveur laposte.net.

En effet depuis le 1er octobre, au moins 3 bandeaux publicitaires accompagnent toute utilisation de la messagerie. Les adultes sont donc touchés mais pas seulement, des élèves aussi, dès lors que des activités liées à la correspondance sont menées au sein de la classe.

Réponse IA : nous découvrons et nous allons vérifier cela.

Nous avons ensuite averti que les deux questions suivantes seraient moins consensuelles. Nous les avons aussi mises en perspective avec les 8000 postes que M. De Robien affirme supprimer sans que cela porte préjudice au système éducatif !

Stages filés et implantation des lieux de stage.

Dans la Nièvre, les stages filés des PE2, ont été implantés, pour la plupart, dans les écoles de 4 classes et plus, sur les décharges de direction.

Nous notons un très fort mécontentement venant des directeurs concernés. Rappelons que les directeurs réclament depuis des décennies la baisse de leur charge de travail et à défaut du temps pour faire face. Or c’est bien l’inverse qui se produit aujourd’hui !

En cette rentrée, les directeurs accueillant un stagiaire voient leur temps de décharge diminué :

- lors de la semaine de rentrée ils ont remplacé le PE2 = 1 journée de décharge en moins

- ils ne bénéficient plus d’aucun samedi matin au lieu de 6 auparavant dans l’année = 3 jours de décharge en moins.

- ils pratiquent l’accompagnement pédagogique, non pas dans la contrainte administrative mais par souci à la fois du stagiaire et des élèves. Ils chiffrent cela à une heure par semaine, en ce début d’année, soit 6 heures et estiment que cela leur demandera encore autant d’ici la fin de l’année scolaire, = 2 jours de travail supplémentaire.

En conclusion, le SE-UNSA demande qu’il soit accordé 6 jours de décharge pour les directeurs qui accueillent un stagiaire, afin de compenser la perte des journées de décharge et le travail supplémentaire induit.

Réponse IA : le problème est né du protocole que le SE-UNSA a signé…

Nous avons proposé de faire la lecture du protocole et mis au défi l’IA d’y trouver la moindre trace des stages filés !

Conclusion de l’IA : il n’est pas possible d’accorder le moindre temps en compensation, ses moyens ne le permettent pas !

Application du protocole de mesures pour les directeurs d’école.

Le protocole signé le 10 mai par le SE-UNSA met en place, notamment, une décharge de « rentrée scolaire », d’une durée de deux jours fractionnables attribuée pour tous les directeurs non déchargés.

Dans la Nièvre ce temps a bien été accordé mais les écoles situées en RPI en ont été exclues. Cette décision nous apparaît en contradiction avec le protocole national, les RPI comptent bien plusieurs directeurs non déchargés. En outre un RPI de 4 classes et plus ne bénéficie pas d’une décharge statutaire de direction.

En conclusion, le SE-UNSA demande que tous les directeurs de RPI bénéficient, dès cette présente année scolaire, des deux journées fractionnables.

Mme ARRETEAU reconnaît que toutes les écoles doivent bénéficier de cette décharge rentrée scolaire mais que les moyens manquent.

L’IA enfonce le clou en affirmant que ce n’est pas possible !

Rédaction JC LARTIGOT

La délégation UNSA Education était composée de Martine GAUDIN, André GODINEAU, JC LARTIGOT, Bruno MESSERLI, Laurent MEUNIER qui entendent bien ne pas en rester là et agir pour faire respecter les textes.


   ctp1310   
(55.4 ko)
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir