SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
Avenir de l’IUFM
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Antenne IUFM de Douai : une victoire à la Pyrrhus ?
 
L’Université d’Artois avait décidé de la fermeture de l’antenne IUFM de Douai. Elle illustrait ainsi ce que le SE-UNSA dénonçait depuis des mois : la disparition pure et simple des IUFM. La mobilisation s’est vite organisée localement, associant élus politiques, enseignants et organisations syndicales (l’Unsa-Education étant en première ligne).
Valérie Pécresse est donc intervenue indiquant qu’ « elle demandait au Recteur de réunir l’ensemble des universités du Nord et de discuter avec elles du schéma directeur régional de la formation des maîtres. »
Elle a ainsi obtenu du Président de l’Université l’assurance du maintien de cette antenne de proximité.
 

Ne nous y trompons pas. Il s’agit là d’un coup politique s’appuyant sur le fait que l’IUFM de Douai accueille bon an mal an 1400 étudiants et stagiaires. Aura-t-on le même traitement pour des antennes de moindre taille ? Assurément non. Les universités sont autonomes et décident de leur fonctionnement.

Antenne de Nevers
 

 Françoise Frérebault, notre secrétaire académique UNSA-éducation, a porté la question de la pérennité de l’antenne de Nevers en CTPA. La réponse de Madame la Rectrice, ou plutôt son absence de réponse, a été assez évasive : cette question n’est pas d’actualité. Effectivement à la rentrée 2010, l’IUFM de Nevers existera toujours mais après ...

Stages à destination des étudiants.

 
Les opérations pour proposer des stages aux étudiants PE1 ou PLC1 sont lancées. Tout le monde est sollicité pour accueillir un stagiaire. Cette procédure appelle quelques remarques tant sur le fond que sur la forme.
- un enseignant ne peut être relevé de son poste pour y mettre un stagiaire s’il n’est pas volontaire sauf si son administration l’envoie en formation pendant ce temps là. Le SE-UNSA maintient donc que le volontariat doit primer dans l’accueil des étudiants.
- La situation des étudiants est plus que délicate. En effet, la question se pose de leur prise en charge d’une classe en responsabilité. Pour le SE-UNSA il est évident que cela ne peut se faire qu’après une période de stage en observation.
- Doit-on appeler au boycott de ces stages ? Si on se place dans cette optique, cela veut dire que les étudiants n’auront aucun stage et aucun contact avec la réalité d’une classe. Ils se retrouveront donc à la rentrée 2010, en cas de réussite au concours face à une classe sans savoir ce que c’est. C’est une solution inacceptable. Le SE-UNSA ne donnera donc pas de consigne de boycott. Il ne l’a jamais fait.
- En ce qui concerne la couverture juridique des étudiants en stage en responsabilité, les procédures sont claires. En plus de la convention prévue dans les textes, ils signeront un contrat de travail de type « vacataire ». L’Etat substitue sa responsabilité à la leur dans le cadre d’une plainte au civil. Ce contrat spécifiera la durée et mentionnera le montant de la rémunération. Petit problème, les étudiants pourront à tout moment quitter leur emploi sans le moindre préavis.
 
Equivalence PE1/PLC1 et M1
 Depuis le début, malgré les propos rassurants des uns et des autres, le SE-UNSA avait émis des réserves sur l’automaticité d’équivalence entre année de PE1/PLC1 et obtention du M1.Comme nous l’affirmions, chaque université définira ses modalités.
Les premiers textes produits par les universités montrent que rien n’est gagné, loin de là. Il faudra vraisemblablement distinguer trois cas :
- les admis au concours : équivalence automatique et totale (60 ECTS)
- les admissibles mais ayant échoué : validation des 60 ECTS correspondant à l’année de M1 uniquement pour pouvoir s’inscrire en M2 « Métiers de l’enseignement »

- non admissibles souhaitant représenter le concours : réunion d’une commission mixte IUFM/Universités pour examen des notes obtenues au concours, au concours blanc, au contrôle continu, assiduité, participation à des stages en lien avec le concours… Tout cela en vue d’une équivalence partielle voire totale à titre exceptionnel  du M1 « Métiers de l’enseignement »
Comme vous le voyez, l’autonomie est bien réaffirmée et rien n’est automatique. 
Si vous ne savez pas trop ce qu’est un ECTS : un éclairage ici

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir