SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
CM1 CM2 heures sup et rattrapage de printemps
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Nous venons de découvrir, via une dépêche de presse, que le ministre a adressé une note en date du 1er février aux recteurs, IA et IEN .
 
Elle traite de « l’organisation des stages de remise à niveau proposés aux élèves présentant en fin d’école primaire des difficultés en français ou en mathématiques » et qui pourront débuter dès les vacances de printemps 2008.
 
Le ministère met en application le dispositif annoncé par Xavier Darcos et dont nous avions mis en doute l’efficacité pédagogique dans un communiqué de presse (voir circulaire n°08-01-037 du 29 janvier 2008).
 
Le contenu de la note
Ces stages dits « de rattrapage » visent les élèves de CM 1 et de CM 2. Ils se dérouleront à 3 périodes de l’année sur une durée de 15h, à raison de 3h par jour :
- durant l’une des semaines des vacances de printemps
- la première semaine de juillet
- la dernière semaine des vacances d’été
Les groupes d’élèves concernés ne devront pas dépasser 6 enfants par enseignant.
L’implantation des stages se fera en accord avec le maire qui ouvrira les locaux scolaires.
Le dispositif devra être présenté au conseil d’école, dans le volet concernant l’aide aux élèves rencontrant des difficultés.
Avant le début du stage, l’enseignant de la classe établit un bilan de compétences en mathématiques et en français pour chaque élève concerné.
A la fin du stage une évaluation des progrès de chaque élève est communiquée aux familles et à l’enseignant de la classe.
Les stages sont conduits par des enseignants volontaires qui seront payés en heures supplémentaires.
Le budget alloué à ce dispositif, pour chaque département, ne permettra de prendre en charge qu’au maximum 10% des élèves de cours moyen.
 
Réaction du SE-UNSA
Nous restons sceptiques quant à l’efficacité pédagogique réelle de ces stages qui vont à l’encontre des besoins de repos des enfants. Cela étant, si des collègues ayant besoin d’argent sont volontaires pour les assurer, cela relève de leur choix personnel.
Le dispositif proposé imposerait, par contre, aux enseignants de CM1 et CM2 dont les élèves seront pris en charge, un « bilan de compétences ». Si l’on prend à la lettre ce terme, ce serait un surcroît de travail. D’un côté les titulaires seraient mis à contribution sans contrepartie et de l’autre on rémunère les heures supplémentaires…
 
Luc BERILLE a immédiatement contacté le Ministère pour signifier que le SE-UNSA n’accepterait pas qu’une telle surcharge de travail soit imposée à tous les collègues de CM1 et CM2 concernés. Le ministère a répondu que tel n’était pas son objectif et reconnu que la formulation utilisée était excessive. Nous avons exigé et obtenu que des instructions complémentaires soient envoyées demain aux administrations locales pour lever toute ambigüité sur ce sujet.
Dès que cette nouvelle note sera en notre possession, nous vous la communiquerons. PAS DE PANIQUE
 
Consigne du SE-UNSA
Localement, et en nous appuyant sur la note rectificative que nous attendons, il faudra veiller à ce que ce dispositif n’entraîne pas de nouvelles tâches pour les collègues. Pour le SE-UNSA, la photocopie du livret d’évaluation, par exemple, est un outil suffisant. De même, vous veillerez à ce que le recrutement des enseignants susceptibles d’assurer ces « stages de rattrapage » respecte bien le volontariat des collègues.
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir