SECTION SE-Unsa de la NIEVRE - 15 RUE ALBERT MORLON - 58000 NEVERS
Tél. 03 86 61 57 64 - Fax. 03 86 57 29 03 - Por. 06 63 86 06 12 - 58@se-unsa.org

 
Pourquoi le SE-UNSA 58 n’appelle-t-il pas Ă  la grève le 19 mars prochain ? Mais Ă  une manifestation nivernaise le 30 mars !
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Voilà des mois que notre cher Ministre de l’Education nationale ainsi que le gouvernement agissent seuls, sans concertation ni discussion et voilà des mois que nous disons notre opposition aux évolutions proposées. Notre but n’est pas de nous opposer par principe mais bien de dire que notre projet pour l’Ecole ne correspond pas à celui de nos dirigeants.

Nous avons vu comment le gouvernement s’est retrouvé en difficulté face aux différents mouvements de rue de fin d’année 2018 et qui se poursuivent chaque samedi depuis. Le président de la République et le gouvernement reçoivent par « effet boomerang » les discours de rejet et d’inutilité des corps intermédiaires. Leur responsabilité est importante dans cette situation.

Agir, oui... Mais selon quelles modalités ?

Au SE-Unsa, nous envisageons notre action sur le long terme et nous posons tout le temps la question du sens : nous avons un projet pour l’école et la profession, à savoir la réussite des élèves au-delà des inégalités sociales, articulée à l’amélioration des conditions de travail de nos collègues et c’est avec cette boussole que nous agissons. En effet, on comprend aisément que nos collègues réfléchissent avant de s’engager dans une grève à l’heure où la question du pouvoir d’achat des enseignants est essentielle et préoccupante.

Mais que font les syndicats ?

Et bien nationalement comme localement, ils agissent en concertation, entre syndicats, parfois avec des boussoles différentes, mais ils agissent, discutent et œuvrent et travaillent au quotidien pour répondre à chaque proposition de réforme. L’UNSA a déposé par exemple, 100 amendements sur le projet de loi Fonction publique. Ils interpellent aussi les élus locaux et nationaux, les parlementaires et dénoncent les propositions de lois. N’oublions pas non plus qu’ils agissent également au quotidien, aux côtés et au service des collègues.

Le « boulot » n’est pas mince ! Nous accompagnons énormément individuellement tous les collègues dans le besoin. C'est notre mission principale mais pas que...

Alors quels seront, au SE-Unsa, nos engagements dans les mobilisations de mars ?

  • Lors du CTSD du 12 mars et de la CAPD du 14 mars, nous avons dĂ©noncĂ© la loi dite de l’école de la confiance permettant de dĂ©truire le système public d’éducation français, si elle reste en l’état. Elle arrivera devant les sĂ©nateurs en mai pour repasser Ă  l’assemblĂ©e nationale ensuite.
  • Nous soutiendrons l'action pacifique des jeunes pour le climat le 15 mars ainsi que les marches qui, en France comme au plan international, auront lieu le 16 mars (rendez-vous Ă  la gare de Nevers Ă  9h45).
  •  Le 30 mars prochain, nous avons invitĂ© jeudi 14 mars tous les syndicats, la FCPE et les DDEN pour s’engager ensemble dans une action commune bien plus efficace ! Nous appelons l'ensemble des enseignants, CPE, psychologues et personnels d’accompagnement de l’Education nationale, Ă  se mobiliser pour s’opposer Ă  la politique du chamboule-tout dans notre ministère comme dans la fonction publique et exiger des politiques qui s’inscrivent dans la durĂ©e, qui soient construites avec nous et qui nous sĂ©curisent pour relever durablement le dĂ©fi de la cohĂ©sion sociale dans notre pays. Les orientations menĂ©es au pas de charge depuis le printemps 2017 sont largement empruntes d’idĂ©ologie libĂ©rale et ne peuvent nous satisfaire : modifications incessantes et formatage des programmes de l’école comme du lycĂ©e, Ă©valuations CP, CE1, 6e et 2de, suppressions d’emplois, heures supplĂ©mentaires imposĂ©es, formation initiale, crĂ©ation d’établissements publics des savoirs fondamentaux, restriction des vĹ“ux de mutations dans le premier degrĂ© et suppression du contrĂ´le des reprĂ©sentants des personnels sur les opĂ©rations de mobilitĂ© et de promotion, recours accru au contrat, cadeau Ă  l’enseignement privĂ© par le financement de ses Ă©coles maternelles… Stop au chamboule-tout M. Le Ministre !

Agir donc, mais pas n’importe comment ! Agir oui, mais pas dans tous les sens au risque de perdre le soutien des collègues et celui de l’opinion publique. Agir oui, pour exiger une politique éducative qui s’inscrive dans le long terme et se construise avec nous, en reconnaissant notre engagement pour le Service public laïque d’éducation.

Nous vous ferons connaître très bientôt les modalités de la mobilisation du 30 mars prochain dans notre département, décidées ensemble.

Le SE UNSA 58 propose à tous ses adhérents de venir échanger sur l'actualité bien chargée : le mardi 26 mars à 18 heures dans nos locaux.

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir