Retour à l'article normal

SE-UNSA 55


 Par SE-UNSA 55
 Le  mardi 9 octobre 2018

En grève le 12 novembre 2018

 

Un ministre sur tous les fronts, des annonces à foison, une réalité budgétaire bien triste pourtant. L’Éducation n’est plus la priorité du gouvernement.

Le verdict est tombé, loin des effets de manche, des postes sont supprimés dans les ministères qui prennent en charge la jeunesse :

  • - 1 800 postes dans l’Education nationale, 
  • - 50 dans l’enseignement agricole (ce qui représente une suppression similaire à celle de l’Éducation Nationale),
  • - 1 600 envisagés, sur le quinquennat, dans le champ Jeunesse et Sport.

La coupe est franche et nette.

Même l’Enseignement Supérieur n’est pas préservé. L’augmentation de son budget est en trompe l’œil : les 500 millions d’euros seront insuffisants au regard des moyens nécessaires pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés : accompagnement des étudiants, ouverture des places nécessaires, reconnaissance des personnels.

Dans l’Education nationale, le chiffre des suppressions de postes cache des situations différentes : - 2 450 postes dans le 2nd degré confronté à une hausse démographique, - 400 postes d’administratifs s’ajoutant à celles de l’an dernier et + 2 325 postes dans le 1er degré. Déshabiller l’un pour habiller quelque peu l’autre est donc la boussole qui pilote le ministère de l’Éducation Nationale

Ce budget marque symboliquement une rupture dans la politique gouvernementale. L’Education de la jeunesse n’est plus aujourd’hui la priorité.

Face à ce budget, incompatible avec l’ambition d’un enseignement de qualité, l’UNSA Éducation, avec le Sgen Cfdt et la Fsu (lire le texte commun), appelle tous les personnels à une

Grève le 12 novembre 2018.

Ce sera l’occasion de montrer notre opposition aux choix budgétaires proposés et de demander au gouvernement de renoncer à ce projet.

Des rassemblements et/ou manifestations seront organisés localement, pour en connaître les modalités