Retour à l'article normal

SE-UNSA 55


 Par SE-UNSA 55
 Le  vendredi 26 janvier 2018

Projet de carte scolaire 1er degré 2018 dans la Meuse

 

Le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) chargé d’étudier le projet de carte scolaire 2018 s’est réuni le jeudi 25 janvier 2018. Vous trouverez la synthèse du projet des mesures 1er degré à télécharger en bas de cette page.

Dans le premier degré, avec 378 élèves de moins prévus pour la rentrée, le département de la Meuse perdra 5 postes. Lors du comité technique, l’Inspecteur d’Académie (IA-DASEN) a présenté les orientations qui ont servies à l’élaboration du projet de carte scolaire dans le département : démographie, ruralité, éducation prioritaire, maternelle, remplacement, formation continue et enseignement de l’allemand.

Le SE-UNSA est intervenu à de nombreuses reprises, en particulier lors de l’étude au cas par cas des écoles concernées par le projet de carte-scolaire. Nous vous rappelons d’ailleurs que sans informations de votre part nous ne pouvons pas vous représenter efficacement.

Et comme toujours nous remercions nos adhérents sans qui nous n’existerions pas ! (pour adhérer c’est ici : http://sections.se-unsa.org/55/spip.php?article146)

*******************************************

Pour en savoir plus…

Contexte général

D’un point de vue démographique, le département de la Meuse accuse pour 2018 une chute de 378 élèves dans les écoles maternelles et élémentaires. Une pareille baisse du nombre d’élèves aurait pu conduire à la suppression de 20 postes d’après le ministère tout en maintenant le taux d’encadrement actuel. Toutefois, le DASEN confirme qu’il n’y aura bien que 5 postes supprimés. De ce fait le taux d’encadrement augmentera dans notre département, passant de 6,39 à 6,51 professeurs pour 100 élèves. Le taux académique est de 5,68 . Un taux qui place notre département parmi les plus favorisés de France.

Et même si le département de la Meuse subit une baisse démographique, le DASEN ne se limite pas à une stratégie purement comptable en se contentant de ne fermer que 5 classes puisqu’il choisit de renforcer les moyens qualitatifs octroyés à la Meuse : « L’immobilisme n’est pas sain. Je souhaite dégager des marges et créer de la plus-value dans les services rendus aux élèves » a-t-il déclaré.

Le DASEN fait ainsi référence à une démarche qualitative qui respecterait les caractéristiques rurales de la Meuse.

 

Six points majeurs ont contribué à l’établissement de la carte scolaire 2018 du 1er degré

6 points majeurs ont été retenus par le DASEN pour établir le projet de carte scolaire du 1er degré :

·        L’accompagnement démographique : La Meuse continue à subir une baisse de ses effectifs. Si la norme de certains départements se fixe aux alentours de 28 élèves par classe, la Meuse connaît des moyennes plus faibles. Par rapport à la baisse du nombre d’élèves, 14 fermetures de postes sont prévues par le DASEN (écoles avec moins de 20 élèves de moyenne par classe, sans passer au dessus de 25 après fermeture). La restructuration de réseaux entraîne aussi la fermeture de 4 postes supplémentaires. Un poste est cependant créé pour accompagner une recrudescence d’effectifs.

·        L’accompagnement ruralité : Le DASEN entend favoriser la ruralité isolée ou défavorisée. Ainsi, plutôt que de procéder à des fermetures dans des écoles en baisse d’effectifs, il choisit de favoriser (ou inciter) des CP allégés (aux alentours de 15 élèves). Dans ces secteurs ruraux, il sera aussi procédé à l’implantation de dispositifs plus de maîtres que de classes. La liaison école/collège n’est pas non plus oubliée. En tout, ce sont 35 postes consacrés aux spécificités de la ruralité.

·        L’Education prioritaire : Tandis que la volonté ministérielle est le dédoublement du CP et CE1 en REP+, soit une seule école en Meuse, le DASEN de la Meuse choisit d’étendre cette mesure à tous les REP du département. Cela représente la mobilisation de 6 postes.

·        La maternelle : Le taux de scolarisation des enfants de moins de 3 ans se situe en Meuse aux alentours de 21 % (en augmentation) tandis que la moyenne nationale ne se situe qu’à 10%. Pour développer davantage cette démarche qualitative en maternelle, des postes sont créés, les dispositifs passerelle sont maintenus et il y a même la création d’une classe passerelle en projet à l’école de la Halle à Saint Mihiel.

·        Les remplacements et la Formation Continue : Le DASEN veut à la prochaine rentrée scolaire renforcer les moyens liés à la formation continue et aux remplacements assurés sur l’ensemble du territoire meusien. Du coup, les 26 postes actuels de la Brigade Formation Continue pourraient passer à 29 postes (il n’y en avait que 20 en 2016/2017). Si le Ministère souhaite que les moyens attribués au remplacement représentent 9 % de la masse salariale, la Meuse fait déjà figure de bon élève avec 11%. Le DASEN ne souhaite pas minimiser ce pourcentage. Avec l’élaboration d’un plan de formation continue et l’optimisation des moyens de remplacement de la BFC, le nombre de jours de stage par année a doublé (1700 journées de formation). Cette année, il n’a pas été nécessaire de recourir à la BFC pour pallier les besoins de congés maladies et d’autorisations d’absence. Le DASEN précise que l’effort engagé sur les moyens de remplacement est à l’origine de ce qui a motivé sa réflexion sur les autorisations d’absence.

·       La promotion de l’allemand : Tandis que 320 élèves du primaire apprenaient l’allemand en 2015, aujourd’hui ce sont 1879 élèves qui bénéficie d’un enseignement (2/3 des CM2).

 

Interventions générales du SE-UNSA (au-delà des interventions au cas par cas sur les écoles qui nous ont transmis leur dossier)

Moyens qualitatifs : le SE-UNSA reconnait qu’il est plus intéressant pour notre département d’avoir moins de fermetures de postes que ce qu’il serait possible de retirer et d’utiliser en contrepartie les moyens dégagés pour implanter des postes qualitatifs (scolarisation des moins de 3 ans – plus de maîtres que de classes – liaison écoles-collèges)

Les CP allégés en zone rurale : Ce point est différent du dédoublement prévu nationalement des CP et CE1 en REP+, même si l’esprit est le même. A cause d’effectifs trop faibles, certaines écoles dans notre département se sont vues proposer un CP allégé plutôt qu’une fermeture de classe. Sur le principe, le SE UNSA y est plutôt favorable, mieux vaut garder un poste et travailler avec des effectifs allégés plutôt que de perdre une classe … mais nous aurions souhaité qu’en amont les IEN fournissent plus d’informations aux écoles concernées. Le SE-UNSA a également souligné que dans certaines écoles, les projets de fermeture de classe auront pour conséquence de faire augmenter les effectifs par classe en CP, ce qui va à l’encontre de cette orientation départementale d’allègement des CP.

Dédoublement des CE1 en REP : nationalement le dédoublement des CE1 est prévu en REP+ l’année prochaine. En Meuse les REP seront également concernées. De même que pour les CP allégés, le SE-UNSA a fait remarquer qu’il aurait été préférable qu’une meilleure communication ait eut lieu entre l’administration et les écoles concernées.

Maternelle : Le SE-UNSA a rappelé au DASEN que les 2 ans ne doivent pas être une variable d’ajustement dans les écoles. Il serait en effet regrettable que suite à certaines fermetures les deux ans ne puissent plus être accueillis.

Fléchage des postes en allemand : Vu le nombre important de postes qui pourraient être fléchés en allemand, le SE-UNSA s’interroge sur la possibilité de disposer du vivier suffisant d’enseignants germanophiles. Y aura-t-il assez de collègues pour occuper tous ces postes ? De plus ce fléchage en masse pourrait impacter de façon sensible le mouvement des personnels. Pour le SE-UNSA ce point mériterait une réflexion plus fine et plus poussée. Le DASEN  propose d’évaluer les ressources humaines disponibles et de donner une vision plus précise avant le CDEN.

Moyens de remplacement : En lien avec cette question, le SE-UNSA est intervenu à nouveau sur les nouvelles directives concernant les autorisations d’absence et l’impact financier négatif sur les collègues n’ayant pas le choix de leurs absences (rendez-vous ou suivis médicaux en particulier). Plus d’informations sur les nouvelles règles d’autorisation d’absence ici : http://sections.se-unsa.org/55/spip.php?article638